Soulager naturellement le psoriasis en période hivernale

Si en été l’exposition au soleil améliore les lésions du psoriasis, en hiver les personnes atteintes sont souvent obligées de pratiquer régulièrement des séances d’UV pour éviter la prolifération de leurs plaques. Loin de guérir le psoriasis, cette thérapie ne fait que le masquer. Mais il existe aussi d’autres façons d’agir pour influer naturellement et favorablement sur le psoriasis…

Le psoriasis, une maladie de peau à part

Le psoriasis est une maladie de peau très répandue mais non contagieuse : elle est caractérisée par des plaques rouges recouvertes de squames de peau.

Elles apparaissent majoritairement au niveau des coudes, des mains, du cuir chevelu ou des genoux.


Le psoriasis survient toujours chez des terrains prédisposés, à savoir en général des personnes tendues, angoissées et/ou soumises à des conditions de vie stressantes.

Mais il peut aussi survenir à la suite d’un stress violent ou chronique, de surmenage, de conditions de vie ou de travail dégradés, d’insomnie prolongée…etc.

Le psoriasis n’est pas vraiment une maladie de peau : c’est plutôt le système nerveux qui est agressé et qui s’exprime alors par la peau… C’est donc lui qui nécessite toute l’attention.

La gestion du stress est alors indispensable pour éviter de voir s’aggraver les lésions : yoga, sophrologie, cohérence cardiaque, méditation…etc sont à inclure régulièrement dans son emploi du temps pour gérer au quotidien les agressions faites au système nerveux. L’hiver est d’ailleurs souvent la période idéale pour débuter des activités calmes et introspectives.

Une activité physique quotidienne, même très modérée, reste également nécessaire en période froide : elle permet d’évacuer les tensions et les émotions négatives, et contribue au maintien du taux de vitamine D si elle est pratiquée en extérieur. Une marche quotidienne, à allure rapide, peut tout à fait suffire si elle dure entre 20 et 30 minutes.

Il faut également veiller à avoir suffisamment d’heures de sommeil pour ne pas épuiser son système nerveux ; la qualité du sommeil peut être améliorée grâce à des plantes comme la mélisse, la passiflore, la valériane ou l’escholtzia ou grâce à des bourgeons de plantes comme le figuier et/ou le tilleul.

Soignez votre assiette pour chouchouter votre peau

En premier lieu, il faut veiller en cas de psoriasis à réduire au maximum la part de produits laitiers dans l’alimentation.

Chez certains la diminution du gluten peut également se révéler favorable.

Dans tous les cas, la santé et l’équilibre intestinal sont primordiaux : l’intestin, notre deuxième cerveau est souvent aussi malmené que notre premier… et quand l’un va mal, il y a bien sûr des répercussions sur l’autre.

On sait que le stress joue sur nos capacités digestives, mais on pense moins souvent que si ces dernières sont insuffisantes, notre système nerveux devient fragile et sensible au stress … En effet si nous traitons et assimilons difficilement ce que l’alimentation apporte, notre système nerveux est alors privé de nutriments qui lui sont pourtant indispensables : minéraux comme le calcium et le magnésium, oligo éléments comme le zinc, vitamines …etc.

En cas de difficultés digestives ou de douleurs intestinales, il ne faut pas hésiter à consulter un thérapeute pour attaquer le problème à la base.

La prise de chlorophylle magnésienne ou de probiotiques adaptés pourront améliorer durablement l’état de la peau.

Pendant l’hiver, l’organisme vide peu à peu les réserves de vitamine D3 acquises pendant l’été ; on peut alors en apporter via l’alimentation en consommant régulièrement du beurre (bio et non pasteurisé), des œufs bio, des poissons gras…

Ces mêmes aliments apportent également des nutriments essentiels à la peau : les acides gras essentiels.

Quand le psoriasis apparait, c’est généralement que les carences en acides gras essentiels sont au plus bas… en effet le cerveau, tout comme la peau, a un besoin vital des acides gras essentiels notamment EPA et DHA.


Quelques lectures intéressantes:

Mais le système nerveux et le cerveau, considérés comme prioritaires par l’organisme, vont en capter de grandes quantités en cas de stress : si les réserves sont basses la peau est alors privée de ses nutriments et se dessèche à l’extrême…le psoriasis peut alors flamber.

D’autant plus qu’en hiver la baisse de consommation des crudités réduit aussi leur accompagnement naturel riche en acides gras: les huiles végétales !

Que faire ?

Une complémentation grâce à des huiles de poissons gras en capsules permet alors d’apporter les précieux acides gras EPA et DHA, nécessaires pour réduire l’inflammation et soutenir le système nerveux.

Il faudra aussi apporter leur précurseur, l’acide alphalinolénique, présent dans les végétaux dits oléagineux : les amandes, noisettes, noix de cajou et surtout les noix permettent de remettre à disposition de l’organisme ces précieux éléments.

L’utilisation d’huile de noix et/ou de colza en mélange avec l’huile d’olive des crudités permet également un apport régulier.

S’il est logique pour l’organisme de réduire les crudités en hiver, on peut en revanche rajouter un léger filet d’huile de noix sur les aliments ou simplement consommer à l’heure du goûter 1 à 2 noix tous les jours. Une salade de carottes crues 1 à 2 fois par semaine apportera la vitamine A, précieuse pour la peau et les muqueuses.

Un apport de vitamines B, calcium, magnésium et zinc peut également se révéler nécessaire pour passer la mauvaise saison sans voir flamber le psoriasis.

Et si en naturopathie, on considère qu’il vaut mieux éviter d’appliquer trop de soins locaux sur les plaques pour ne pas nuire à l’expression du déséquilibre, on peut tout de même se préparer un petit soin maison, bien préférable aux crèmes corticoïdes …

Huile de soin apaisante :

Pour 45 ml d’huile d’amande ou de germe de blé : (si la peau est très sèche et fissurée, on choisira plutôt le macérat huileux de calendula.)

  • 20 gouttes d’huile essentielle de Lavande vraie
  • 20 gouttes d’huile essentielle de Camomille noble
  • 20 gouttes d’huile essentielle de Géranium rosat

Bien agiter et utiliser 1 fois par jour localement sur les plaques.

 

Article rédigé par Marie Chetaille
Auteur Santé/Bien être
Diplômée CENA Robert Masson
Certificat de compétence en Homéopathie
Tel : 03 85 25 30 95

 




Vous êtes praticien santé ou paramédical ? Boostez votre visibilité en vous inscrivant gratuitement sur Therapeutes.com