Valériane: Plante médicinale antispamodique et vermifuge

La Valériane officinale (Valeriana officinalis, Valérianacée) est une plante vivace à rhizome cylindrique peu traçant et nombreuses racines filiformes. La drogue n’acquiert son odeur prononcée, caractéristique, qu’après séchage. La plante pousse au hasard dans les prairies et sur les talus couverts d’arbustes, généralement le long des cours d’eau. Les tiges sont dressées, creuses et atteignent jusqu’à 1 m de haut. Les feuilles basses sont pétiolées, les supérieures sessiles ; elles sont pennatiséquées à pennées-impaires, extrêmement polymorphes. Floraison de mai à septembre. Les fleurs, disposées en panicules corymbées, sont petites et asymétriques : les corolles sont rose pâle à blanches. Le fruit est un akène dont l’aigrette est formée des restes plumeux des dents du calice. La viabilité des graines est très limitée, ce qui explique pourquoi sa culture échoue souvent

Valériane plante médicinale :

Le genre Valeriana est très divers, comprenant des herbes, des arbrisseaux ainsi que des plantes grimpantes. La Valériane officinale est originaire de toute FEurasie et sa racine a été utilisée médicinalement depuis l’époque mé­diévale. Elle contient environ 1 % d’huile essentielle de composition très di­verse, plus des valépotriates très efficaces mais instables, de l’acide isovaléri- que et des traces d’alcaloïdes de pyridine. Comme la récolte dans la nature ne suffit pas à couvrir la grande demande pour la drogue, la plante est main­tenant cultivée. La drogue est un sédatif efficace et a une action calmante et antidépressive. Pour cette raison elle est largement utilisée en médecine po­pulaire pour différentes névroses, allant de l’agitation pathologique accom­pagnée de maux de tête et d’insomnie, jusqu’au « cœur qui cogne». Elle est surtout utilisée sous forme d’infusion préparée en versant 1 tasse d’eau bouil­lante sur 1 cuillerée à café de drogue écrasée et en laissant infuser 20 mn, après quoi on la boit lentement — 2 à 3 tasses par jour. Avant de se coucher on conseille de boire une infusion préparée en versant 1 verre d’eau tiède sur 1 cuillerée à soupe de drogue écrasée, macérée pendant 8 heures environ. La drogue peut aussi être utilisée sous forme de teinture — 1 cuillere à café sur un morceau de sucre ou dans de l’eau, 2 à 3 fois par jour — ainsi que sous forme d’extrait. Elle est toutefois plus largement utilisée dans un certain nombre de préparations commerciales très variées et combinée à d’autres drogues qui re­haussent son effet. On recherche couramment la possibilité d’obtenir la dro­gue à partir d’espèces très voisines contenant de plus grandes quantités de principes actifs.


Quelques lectures intéressantes:

  • Autres appellations : herbe aux chats, herbe à la meurtrie, herbe de Saint-Georges.
  • Parties utilisées : racine,parfois plante entière.
  • Principaux composants : essence (bornéol, ter- pènes), acide valérianique, un glucoside, un alca­loïde…

Valériane Propriétés :

  • médicament de l’équilibre nerveux
  • antispasmodique, anticonvulsivant
  • vermifuge léger

Usage externe :


  • topique

Valériane Indications :

  • neurasthénie
  • névroses, hystérie
  • hyperexcitabilités psychique et sensorielle
  • convulsions infantiles
  • adjuvant dans Vépilepsie (F. Columa)
  • insomnie
  • tachycardie
  • bouffées de chaleur
  • asthme nerveux.

Valériane Utilisation :

(l’utiliser 8 à 10 jours avec des interval­les de 15 jours à 3 semaines) :

  • macération : 100 g de racine dans 1 litre d’eau tiè­de. Macérer 12 heures. 2 à 3 tasses par jour, entre les repas (nauséabond)
  • alcoolature : 2 à 10 g par jour, en potion
  • intrait : en solution à 2 %. 1 à 3 cuillerées à café par jour
  • extrait mou : 1 à 3 g en pilules, sirop
  • extrait fluide : 10 à 15 g par jour
  • hydrolat : 20 à 40 g par jour
  • poudre de racine : 2 à 10 g par jour (cachets). Contre : épilepsie, convulsions, polydipsie.

Enfants : 0,20 à 0,40 g par année d’âge et par jour.

  • Hydrolat sédatif composé :
    • hydrolat de valériane : 25 g
    • hydrolat de marjolaine : 50 g
    • hydrolat de laitue : 25g

1 à 3 cuillerées à soupe au coucher.

  • Pilules de Méglin :
    • extrait de valériane : aa 0,5g
    • extrait de jusquiame : aa 0,5g
    • oxyde de zinc : aa 0,5g
  • potion sédative cardio-vasculaire : voir Aubépine.
  • Spécialités : nombreuses en pharmacie.

N.B. :

  • L’usage immodéré de la valériane peut entraîner une toxicomanie.
  • La valériane attire les chats, les énivre et les excite.

Crédit photo: www.blog-phytotherapie.com

Vous êtes praticien santé ou paramédical ? Boostez votre visibilité en vous inscrivant gratuitement sur Therapeutes.com