Currently set to Index
Currently set to Follow

Lampe de luminothérapie : à quoi cela sert, laquelle choisir ?

Les lampes de luminothérapie sont apparues en France il y a quelques années. Invention de nos voisins des pays du Nord de l’Europe où l’ensoleillement est bien plus réduit, les lampes de luminothérapie reproduisent une lumière blanche, comme celle du soleil.

 

Perturbations du rythme circadien et glande pinéale

Lors des changements de saison, à l’occasion d’un vol long courrier avec un décalage horaire, ou le fait d’habiter dans une région où le soleil est souvent caché par les nuages, le manque de lumière naturelle peut être important.

Cela peut même venir perturber le sommeil (rythme circadien, l’alternance des jours et des nuits au sein de notre cerveau) et engendrer des états dépressifs : anxiété, morosité, tristesse, angoisse.


En effet, lorsqu’il fait nuit ou sombre, une petite glande au sein de notre cerveau, la glande pinéale (appelée aussi épiphyse), produit un neurotransmetteur, la mélatonine.

Lire : 5 fonctions de la glande pinéale: votre troisième oeil

C’est ce neurotransmetteur qui nous aide grandement à nous endormir.

Vers 18h, sa production augmente naturellement dans le corps pour atteindre un pic vers 2h du matin.

Ce pic peut se prolonger jusqu’à 5h du matin pour les personnes dites « du soir ».

Lorsqu’il fait jour, cette production ralentit fortement… pour reprendre le soir d’après.

Détail intéressant, chez les animaux diurnes, comme nous les humains, la production de mélatonine nous fait dormir, mais chez les animaux nocturnes comme les chouettes par exemple, la production de mélatonine active l’éveil et les activités.

Quand on est soumis à des rythmes jour-nuit perturbés, exemple décalage horaire, horaires de travail de nuit ou en 2/8, la glande pinéale est perturbée, ce qui explique les somnolences en journée ou la difficulté à s’endormir, les réveils nocturnes et les insomnies.

C’est également le cas lorsque l’on regarde trop les écrans de télévision, téléphone portable, tablette et ordinateur.

En effet, ceux-ci génèrent une lumière bleue spécifique qui vient perturber l’épiphyse.

Maintenant on trouve des filtres de lumière bleue à intégrer sur les écrans de téléphone et d’ordinateur, ainsi que sur les lunettes de vue par exemple.

Lire : Comment bloquer la lumière bleue la nuit peut transformer votre sommeil

 

A quoi servent les lampes de luminothérapie ?

L’intérêt des lampes de luminothérapie, c’est de pouvoir s’exposer dans la journée à une lumière blanche rappelant au cerveau la lumière naturelle du soleil et donc de recaler la glande pinéale dans sa production.

Ainsi, les lampes de luminothérapie permettent d’améliorer le sommeil, et donc de contrer la fatigue, de lutter contre les symptômes dépressifs et de retrouver une énergie globale dans nos rythmes quotidiens parfois intenses.

 

Quelle type de lumière choisir ?

Normalement, les premières lampes étaient à lumière blanche, soit composée en réalité des 7 couleurs de l’arc-en-ciel (rouge, orange, jaune, vert, bleu, indigo et violet) car c’est le mélange de ces couleurs qui donne la lumière blanche que nous percevons.


Quelques lectures intéressantes:

On trouve aussi maintenant des lampes de luminothérapie envoyant uniquement de la lumière bleue.

En effet, le bleu est la couleur que nous percevons le mieux par la rétine, ce qui explique pourquoi nous voyons le ciel bleu parmi toutes les couleurs renvoyées par la lumière blanche (les océans sont bleus à nos yeux car ils reflètent le ciel).

Il semblerait que la lumière bleue soit un peu moins intense et donc plus agréable dans le cadre de la luminothérapie. Aussi, les fabricants de lampe en ont créé des plus petites avec la lumière bleue qui peuvent donc être emportées facilement par les voyageurs.

 

Quelle exposition et quelle puissance ?

Ce qui fait l’efficacité de la lampe, c’est la distance à laquelle vous vous exposez.

Plus vous êtes près, mieux c’est.

Les fabricants recommandent de s’exposer à une distance d’environ 30 à 50 cm.

Donc plus vous vous éloignez, moins cela fonctionnera.

Le temps d’exposition recommandé est de 30 minutes à 1 heure.

De la même façon, si vous exposez moins longtemps, l’efficacité sera moindre.

Par ailleurs, il existe sur de nombreux modèles un variateur pour adapter l’intensité de la lumière si celle-ci vous paraît trop intense.

Bien entendu, c’est à adapter en fonction de ce que vous ressentez, sans que vous soyez mal à l’aise face à la lampe.

La mesure de l’intensité lumineuse est le lux.

Les lampes à lumière blanche peuvent envoyer environ 10 000 lux et les celles à lumière bleue 200 lux.

 

Quelle taille et quel budget prévoir ?

Il existe plusieurs tailles et formes de lampes.

Pour la forme, c’est purement esthétique.

Pour la taille, cela dépendra de l’utilisation recherchée et de l’emplacement où vous souhaitez mettre votre lampe : salon, bureau, petite table…

Les lampes à lumière blanche sont plus grandes que les lampes à lumière bleue, de 30 cm de hauteur jusqu’à 70 cm.

Les lampes à lumière bleue sont davantage dans les 15 cm, d’où leur aspect pratique et mobile.

Sachez que vous n’avez pas besoin de fixer du regard la lumière pour que cela fonctionne, vous pouvez très bien travailler, lire, cuisiner à côté.

Concernant le budget, les plus petites sont entre 50 et 100 € ; les plus grands modèles en revanche avoisinent les 300 €.

A noter que les réveils simulateurs d’aube, bien que très agréables, n’ont pas les effets des lampes de luminothérapie.

 

Contre-indications

La luminothérapie peut ne pas convenir à tout le monde.

Nous vous conseillons d’en parler à votre médecin avant achat.

La pratique des lampes de luminothérapie est déconseillée aux personnes souffrant de troubles de la rétine et oculaire en général (glaucome, hypertension, décollement de la rétine) et aux personnes souffrant de troubles maniaco-dépressifs intenses (bipolaires).

En attendant que reviennent les longues journées d’été, vous avez à présent un palliatif pour profiter des vertus de la lumière !

 

Cet article donne des informations qui n’ont pas de caractère médical. En aucun cas, la responsabilité de l’auteure et du magazine ne saurait être engagée.

Crédit photo : fr.wikipedia.org

 

Article rédigé par Clotilde Rolland,
Naturopathe,
Mail : clotilde.naturo@gmail.com




Vous êtes praticien santé ou paramédical ? Boostez votre visibilité en vous inscrivant gratuitement sur Therapeutes.com