Currently set to Index
Currently set to Follow

La Reine des Prés : la reine des plantes anti-inflammatoires pour les articulations

La Reine des Prés est une plante commune bien connue des herboristes et utilisées traditionnellement depuis des siècles en France pour soulager les douleurs des articulations douloureuses. On l’appelle aussi l’ulmaire ou la fausse spirée. C’est une grande herbacée vivace de la famille des Rosacées qui attire beaucoup les abeilles et les bourdons par sa production abondante de pollen sur ses fleurs. Ce sont d’ailleurs ses fleurs qui nous intéressent, nous les humains, pour leurs applications thérapeutiques. Voyons comment.

 

Où pousse t’elle ?

La Reine des Prés est très répandue dans toute l’Europe excepté sur le bassin méditerranéen.

Elle pousse également en Asie Occidentale et en Amérique du Nord.


Elle apprécie les zones humides comme les berges des ruisseaux, les praires humides, les marais, mais aussi les fossés et les bords des mares.

Les druides s’en servaient pour jeter des sorts d’amour car elle avait la réputation de diffuser l’amour, la paix et l’harmonie aux personnes qui la consommaient. Pour cette raison, on la retrouvait aussi lors des mariages.

 

Chimie et histoire de la Reine des Prés…

La reine des prés a toujours été utilisée, et ce depuis le Moyen-Âge, pour ses propriétés anti-rhumatismales et antipyrétiques (qui fait baisser la fièvre).

On l’utilisait aussi contre les brûlures gastriques, la diarrhée et les infections virales.

Avant cela, les druides s’en servaient pour jeter des sorts d’amour car elle avait la réputation de diffuser l’amour, la paix et l’harmonie aux personnes qui la consommaient. Pour cette raison, on la retrouvait aussi lors des mariages.

En fait, la reine des prés contient un fort taux d’une molécule identique à l’acide salicylique, comme le saule, d’où le nom de cet acide, c’est pourquoi elle permet de soulager la douleur, de faire baisser la fièvre mais aussi de fluidifier légèrement le sang.

Cette molécule appelée au début acide spiréique, est le salicylate de sodium.

Ce n’est que vers la fin du XIXè siècle que le chimiste Felix Hoffmann parvint à synthétiser une forme stable de cet acide et à obtenir “l’acide acétylsalicylique” pur, qui sera commercialisé sous le nom d’Aspirin® : “a” pour acétyl et ”spirin” pour Spiraea.

Merci la reine des prés !

Par ailleurs la reine des prés contient aussi comme toutes les plantes des flavonoïdes et des tanins.

 

Galénique

On peut trouver de la reine des prés sous différentes préparations :

  • réduite en poudre en gélules,
  • en tisanes,
  • en macérat-mère donc sous forme liquide.

De notre avis, le corps répond mieux aux plantes absorbées sous forme liquide car moins soumises à un processus de digestion d’une part, et d’autre part, notre corps étant composé à 70 % d’eau, les produits présentés sous forme liquide répondent directement aux besoins des cellules et correspondent aussi à leur signature vibratoire.

 

Propriétés et vertus de la Reine des Prés

La reine des prés a de nombreuses vertus.

La plus connue est comme indiqué plus haut son action anti-inflammatoire, particulièrement appréciée pour tout ce qui a trait aux pathologies articulaires comme l’arthrite, l’arthrose, la spondylarthrite ankylosante, les bursites et les capsulites, les rhumatismes…

De plus, la reine des prés est aussi un excellent diurétique, ce qui est parfait pour élimer les toxines et particulièrement les cristaux stockés dans le corps et qui sont responsables de ces fameuses douleurs et déformations articulaires.


Quelques lectures intéressantes:

Attention à ne pas l’utiliser en cas de maladie rénal et à noter qu’une élimination des toxines quand celles-ci sont présentes en grande quantité, peut être douloureuse et provoquer aussi des migraines, des nausées, de la fatigue… C’est la fameuse crise dépurative.

En tant que diurétique, la reine des prés est donc aussi un bon drainant dans le cadre de la rétention d’eau et donc elle est tout à fait indiquée en cas d’œdèmes, de jambes lourdes et de cellulite.

Par ailleurs, la reine des prés a aussi une action anti-ulcéreuse : elle va protéger et réparer l’estomac lors d’ulcères existants et va aussi prévenir l’apparition de nouveaux.

 

Douceur et cicatrisation…

Chose intéressante, l’acide salicylique métabolisé dans notre foie quand on consomme de la reine des prés ne provoque pas de brûlures gastriques et de dérangements intestinaux, contrairement à l’acide acétylsalicylique (l’aspirine).

Enfin les tanins qu’elle contient participent eux aussi à la régénération des muqueuses digestives, mais aussi de la peau en général : acné, eczéma, psoriasis, brûlures, régulation du sébum.

 

Une plante qui lutte contre les pathogènes

Savez-vous que la reine des prés contient un agent anti-infectieux puissant ?

Elle contribue à lutter contre les affections bactériennes, comme l’Helicobacter pylori, bactérie redoutable et connue comme étant un facteur prédisposant aux ulcères gastroduodénaux (on y revient !).

On l’utilisera aussi de ce fait lors des infections urinaires à répétition.

 

Comment consommer la reine des prés ?

Sous forme de tisane, on prendra une à deux cuillères à soupe 3 fois par jour dans une grande tasse d’eau chaude.

En teinture-mère, on veillera à ne pas dépasser les 12 ml de reine des prés par jour, mais selon la concentration du macérat, nous vous recommandons de vous en tenir à la posologie indiquée par le fabricant.

Dans tous les cas, choisissez une production bio et n’hésitez à prendre conseil auprès d’un pharmacien spécialisé en herboristerie ou d’un naturopathe.

 

Contre-indications

Du fait de la présence de dérivés salicylés, on ne consommera pas de reine des prés avec la prise des médicaments augmentant le risque hémorragique (aspirine, anticoagulants : warfarine, héparines, anti-agrégants plaquettaires : clopidogrel…), ainsi que chez les personnes allergiques à l’acide salicylique et aux plantes de la famille des rosacées (rosiers, amandiers, églantiers, fraisiers, pommiers, prunus et cerisiers, alchemille…).

Elle est aussi à éviter pendant la grossesse et l’allaitement.

 

Cet article vous propose des conseils donnés à titre indicatif, il ne remplace en aucun cas un avis médical ni ne vous pousse à modifier ou suspendre votre traitement. La responsabilité de l’auteure comme du magazine ne saurait en aucun cas être engagée.

Source photo: commons.wikimedia.org, auteur: Lamiot

Article rédigé par Clotilde Rolland,

Naturopathe-Iridologue et Sylvothérapeute,
Spécialiste Fleurs de Bach
Tél : 06 26 67 49 69
Mail: clotilde.naturo@gmail.com



Vous êtes praticien santé ou paramédical ? Boostez votre visibilité en vous inscrivant gratuitement sur Therapeutes.com