Exercice d’ancrage en sophrologie : Apprendre à s’ancrer pour savoir repartir

Comme tout un chacun, la vie nous amène son lot d’épreuves, d’expériences et de moments parfois difficiles. Notre rythme de vie occidental peut également être épuisant. Pour tenir le coup dans ce parcours, nous avons besoin de prendre un temps pour nous. De la même façon qu’un arbre a besoin de racines fortes et solides pour s’élever vers le ciel, nous avons besoin de consolider notre base. Comment s’ancrer et y parvenir ?

Prendre du temps pour soi

C’est la base et pourtant combien d’entre nous le font réellement ?

Prendre du temps pour soi est une des clés pour se ressourcer et mieux repartir par la suite.


Vous avez la possibilité de prendre du temps pour vous de différentes façons. C’est propre à chacun. Entre autres possibilités, cela peut être de faire une sieste, d’aller vous promener, de vous offrir un massage, de lire, de méditer.

Mais ça peut être aussi de faire quelque chose que vous ne faîtes pas assez souvent et qui vous fait plaisir : aller au cinéma, sortir avec vos amis, commencer une activité artistique, vous (re)mettre au sport…Les idées sont multiples.

L’idée est de faire quelque chose qui vous fait du bien et que vous dédiez uniquement à vous, et pas à votre conjoint(e), enfants, patron, clients, patients…

Pourquoi prendre du temps pour soi ?

C’est très important de prendre du temps pour soi, voire même vital. Cela vous permet de mieux vous connaître, de réfléchir sur vous et votre vie, sur vos aspirations.

Cela vous repose et vous ressource aussi. On se chouchoute en même temps. On rajoute des petits moments de bonheur à notre vie.

On ralentit et on freine le mouvement, pour ne foncer droit dans le mur et y perdre sa santé mentale et physique…

On devient capable de poser des limites aux autres et à nous-même aussi puisqu’on sait ce que l’on veut et ce que l’on ne veut pas.

On apprend à se connaître donc on y gagne en maturité. On est plus zen aussi, cela évite d’envoyer reproches et agressivité aux personnes qui vous côtoient. Bref vous devenez une personne plus agréable à vivre pour les autres et même pour vous-même !

Et l’ancrage dans tout ça ?

S’ancrer, c’est s’enraciner. C’est donc se relier à qui l’on est, à nos racines. Quand vous avez pris l’habitude de prendre du temps pour vous, vous pouvez y intégrer de temps en temps de petits exercices d’ancrage.

On travaille nos fondations pour ériger les murs de notre vie solides, stables et porteurs. En visualisant et en travaillant cet ancrage, on envoie un signal à notre inconscient.

A savoir que notre vie est solide comme nos bases. On se redonne confiance en soi. Notre inconscient qui aura reçu ce message, posera l’attitude et les actes dans le même sens. Inévitablement, vous développerez une solidité à l’intérieur de vous même qui se répercutera sur votre vie, sans même vous en rendre compte.

Nous sommes les acteurs de notre vie. Nous la construisons à chaque instant. D’où l’intérêt de programmer notre inconscient avec du positif pour que cela entraîne une modification au quotidien (l’inconscient gouvernant le conscient à tout moment sans que nous en rendions compte, il faut donc surveiller et tenir propre notre inconscient du mieux possible, comme notre corps!).

Il y a de nombreuses façons de s’ancrer, chacun choisira celle pour laquelle il se sent attirée.


Quelques lectures intéressantes:

Nous vous proposons trois méthodes concrètes ci-dessous. La liste n’est pas exhaustive, vous pouvez aussi vous tourner vers l’hypnose, la PNL (Programmation Neuro-Linguistique), la gestalt-thérapie, les soins énergétiques, accompagnés par des personnes sérieuses et professionnelles.

La méditation

La pratique de la méditation est à portée de tous.

Pour travailler votre ancrage grâce à la méditation, nous vous conseillons de vous isoler dans un endroit calme, avec une musique relaxante et une odeur de bougie, d’huile essentielle ou d’encens. Asseyez-vous le dos bien droit ou restez debout à votre convenance.

Fermez les yeux, inspirez et expirez lentement. A chaque inspiration, imaginez de la lumière aller partout dans votre corps et à chaque expiration, imaginez que cette lumière sort par vos pieds et devient des racines plongeant profondément dans le sol sous vous.

Les premières expirations couvriront un mètre carré, puis ensuite toute la pièce où vous vous trouvez, puis tout le bâtiment, tout le quartier et plus même si vous le souhaitez. L’exercice est à renouveler aussi souvent que vous le souhaitez et d’autant plus dans les moments de doute, ceux où vous avez des décisions à prendre, des choix à faire.

 

La sylvothérapie (la pratique des bains de forêt)

La sylvothérapie consiste à aller s’immerger en forêt, ou dans un parc, pour se mettre en contact avec la nature et plus particulièrement les arbres.

Rien que le fait de marcher dans une forêt (mais pas courir ou foncer…) vous ancre. Vous pouvez marcher en pleine conscience, en prêtant attention à la façon dont vos pieds foulent le sol. Où vous posez vos pas, comment vos talons se déroulent jusqu’à la pointe des pieds.

Est-ce que vous faîtes du bruit en marchant, est-ce que vous laissez des traces ?

Vous pouvez aussi vous appuyez le dos contre le tronc d’un arbre. Restez bien droit, la nuque droite également.

Fermez les yeux et imaginez que comme l’arbre contre lequel vous êtes appuyé, vous plongez vos racines dans le sol à la recherche d’eau et d’éléments nutritifs.

Étirez votre colonne vertébrale pour vous grandir vers la lumière du ciel, tout en plongeant toujours plus profondément vos racines à travers la forêt et en les mêlant à celles des arbres vous entourant.

La sophrologie

En sophrologie, on mettra en place des exercices de visualisation assez similaires à ceux indiqués plus hauts. Vous pouvez aussi vous imaginer tel un bloc de pierres denses, posé sur le sol depuis des millénaires, que rien ne perturbe ni n’affecte.

Veillez à respirer calmement, à être au calme dans un endroit où vous vous sentez bien.

Quand vous avez terminé votre exercice, vous pouvez écrire ce que vous ressentez, si des mots ou des images vous sont venus pendant l’exercice.

Vous pouvez aussi vous parler à vous-même pour débriefer d’une certaine façon avec votre conscient des sensations apaisantes et sécurisantes que vous ont procuré la visualisation.

 

 

Article rédigé par Clotilde Rolland,

Naturopathe-Iridologue et Sylvothérapeute,
Spécialiste Fleurs de Bach
Tél : 06 26 67 49 69
Mail: clotilde.naturo@gmail.com

 

Vous êtes praticien santé ou paramédical ? Boostez votre visibilité en vous inscrivant gratuitement sur Therapeutes.com