Violence conjugale, fuyez votre prédateur avant que cela ne soit trop tard !

J’ai choisi d’écrire sur le sujet selon une approche en Sciences Sociales et Experte Genre mais également sous la plume du thérapeute.

Car cela est malheureusement un phénomène endémique et qui prend une ampleur considérable, mais les femmes qui succombent sous les coups de leur conjoint ne sont qu’une triste fatalité.

La femme en moi est révoltée.


Une centaine de militantes du collectif #NousToutes se sont rassemblées récemment à place du Trocadéro à Paris pour dénoncer “le 100e féminicide de l’année”, alors que s’ouvre mardi le “Grenelle” destiné à lutter contre les violences conjugales.

Par “féminicides”, les militantes entendent le nombre de femmes tuées par leur compagnon ou ex-compagnon en France, recensé par le collectif “Féminicides par compagnons ou ex”.

Il faudrait en fait plus de moyens, soit  un milliard d’euros pour lutter efficacement contre les violences conjugales, c’est trois fois et demi moins que ce que coûtent chaque année” ces violences, explique à l’AFP Anaïs Leleux, du collectif #NousToutes.  

L’accompagnement thérapeutique

Je suis souvent approchée par des personnes en grande souffrance psychologique. Et il m’est intenable de les voir rester dans  une situation malsaine simplement parceque elles n’ont nulle part où aller et pire elles sont encore amoureuses.

Comprendre le mécanisme de  la relation abuseur-abusé

Il est difficile souvent de casser le silence et d’oser avouer sa souffrance quand on est sous l’emprise d’un homme qu’on aime et qu’on redoute.

La relation est malsaine et tabou, la personne est totalement sous contrôle de l’autre comme si elle était ensorcelée, envoutée, figée mentalement par son bourreau ou tortionnaire.

L’emprise du maltraitant est un processus évolutif.

Il y aurait en fait trois étapes pour parvenir à subjuguer mentalement la « victime »

1. L’effraction

C’est quand votre abuseur s’installe dans votre territoire cad qu’il devient le propriétaire de votre propre corps et esprit. Vous n’êtes plus maitre ou maitresse de vous-même, et c’est un autre qui pense et réfléchit pour vous, car vous avez toute barrière mentale de protection entre vous et lui. Ainsi c’est autre en vous, vous domine et vous manipule.

2. La captation

Vous êtes dépossédée de toute perception sensitive et sensorielle  raisonnable. Etant dépossédée de votre raison normale, comme envoutée. Vous vivez littéralement le syndrome de Stockholm cad que vous êtes amoureuse de celui qui vous fait du mal.  Vous culpabilisez de lui faire du mal, alors qu’il vous fait du mal lui, mais vous n’en êtes pas consciente.

On parle beaucoup du pervers narcissique, mais attention un maltraitant n’est pas obligatoires un pervers narcissique, il est juste violent sous emprise de choses toxiques ou pas, donc il faut se méfier de ce mécanisme que l’on met à toutes les sauces !

3. La programmation

Comme un ordinateur votre manipulateur vous programme et vous conditionne.

Vous êtes sa chose.

Etant sa chose, vous restez prés lui. Il vous apprend à ne pas sortir, ne pas fuir même la porte ouverte.

Vous êtes sa captive psychologique.

Mais ici c’est vous qui le voulez aussi, car il va faire de vous une captive, ligotée psychologiquement et volontaire de surcroit.

ALERTE si vous subissez en plus de la maltraitance morale la maltraitance physique : votre vie est en DANGER, ce n’est qu’une question de temps !

Vous êtes manipulée mais nullement consciente !

Ce qu’il vous exprime, est pure manipulation car il joue sur le registre émotionnel et la culpabilité pour vous faire flancher et vous contrôler.

Vampire émotionnel

Nous avions parlé dans un ancien sujet sur les personnalités toxiques ou vampires, qui vous accablent par des  discours culpabilisants, l’agression verbale tout en  jouant avec vous et vos émotions. Vous êtes alors persuadée que vous méritez ce qui vous arrive. Vous pensez que vous n’êtes rien que sans lui vous n’êtes rien. Et vous en êtes persuadée, alors qu’il continue à  érode tvotre force  votre confiance et estime.


Quelques lectures intéressantes:

Votre sens critique est anesthésié, comme dans une véritable transe où vous n’êtes pas consciente de ce qui se passe.

Toute la difficulté est là : discerner le faux du vrai.

Quittez le avant que cela ne soit trop tard !

Les thérapies brèves et comportementales pourront vous aider dans ce contexte.

Elles sont directes, non directives, tout en laissant le libre arbitre.

Mais l’accompagnement ne fonctionnera probablement pas si vous ne voulez pas «briser le lien toxique » ou la situation de vie toxique : il n’y a pas de miracle !

Si la conjoncture n’est pas brisée, c’est à dire l’objet, le sujet ou l’acteur de la maltraitance, alors l’accompagnement se soldera pas un échec.

La Sophrologie peut vous accompagner à casser le lien

Il est sera pertinent de vous faire accompagner dans le cadre d’une psychothérapie.

Dans certains cas, vous pourrez aussi être amenée à consulter un confrère psychiatre s’il existe un risque de traumas ou de choc post traumatique.

En parallèle, les médecines alternatives et complémentaires vont intervenir en binôme.

L’essentiel de mon travail sera d’aider la victime en l’écoutant avec bienveillance et distanciation pour ne pas empiéter dans la réalité de cette dernière.

La Sophrologie replace la patiente dans son statut de personne à part entière, qui redevient actrice de sa destinée.

Reconstruire son miroir

Il est crucial de retrouver liberté et dignité tout en se responsabilisant.

Car  la confiance est souvent érodée, l’estime très écornéeLa blessure narcissique est si profonde après toutes ces années de maltraitance subies, que cela peut rendre la victime négative.

Comment justement réhabiliter l’image de soi, quand on a longtemps pensé à tort que l’on est rien, que l’on est nulle, bonne à rien ?

Casser les mythes de la victime sur elle même

L’emprise ne cessera que lorsque vous réaliserez que vous pouvez « retirer le pouvoir »  consenti à votre abuseur.

Pour cela, vous devez modifier votre place dans le monde : de objet de l’abuseur, en le quittant, vous redevenez sujet à part entière. Vous êtes unique et singulière !

La sophrologie en toute bienveillance guidera

Vous allez apprendre à écouter votre cœur, votre corps et votre tête.

On écoutera votre souffrance uniquement si vous acceptez de la reconnaitre d’abord, en cessant de trouver des causes et des excuses à ce qui vous est arrivé.

Résilience possible !

En sophrologie, la distanciation bienveillance, le non jugement et la non directivité permettent de donner la liberté à l’ancienne victime.

Pas d’emprise médicale ou thérapeutique non plus !

La personne ne se retrouve pas sous une autre emprise.

Le travail avec l’objet est pertinent dans cette prise en charge.

La personne devient ce sujet qui observe avec son propre regard, elle fait l’expérience de saisir ce qui se présente avec ses propres sens.

Enfin elle !

Il est crucial pour l’ancienne victime de retrouver sa capacité psychique à voir, vivre et ressentir les choses telles qu’elles sont.

Vous redevenez pro-actives, vous interagissez avec l’autre avec propre vision du monde, et votre parole à vous.

Vous ne serez plus brimée, brisée, manipulée, réduite par quiconque et surtout toutes les prémisses de ce type de relation.

Car les prédateurs sont nombreux et sévissent dans plusieurs domaines.

 

Article rédigé par Fériel Berraies,
Chercheur en Sciences Sociales Experte Genre
Sophrologue certifiée RNCP spécialisée (cancer, sexualité, périnatalité, enfance, adolescence, personnes âgées et Entreprise)
Hypnothérapeute, en formation en Naturopathie
Prix Sanitas de l’innovation santé à Monastir Tunisie en 2018
Prix UFA 2015 à Bruxelles
Site: www.feriel-berraies-thérapeute.com
Lui écrire: fbsophro@gmail.com

Vous êtes praticien santé ou paramédical ? Boostez votre visibilité en vous inscrivant gratuitement sur Therapeutes.com