Currently set to Index
Currently set to Follow

Comment éviter les crises d’angoisse pendant le confinement et dans l’anticipation de l’après confinement ?

Après les premières semaines, de chocs, de sidération, de mise en place d’une nouvelle organisation, nous voyons apparaître de plus en plus de personnes présentant des troubles anxieux allant de simples crises d’angoisse à des peurs paniques incontrôlables. Ce confinement peut donc provoquer une forte charge émotionnelle qui peut avoir de nombreuses répercussions sur le plan psychologique.

Quelles sont les signaux d’alerte ?

Réaction émotionnelle :


  • Troubles du sommeil
  • Irritabilité
  • Dépression
  • Hypocondrie


Réactions cognitives :

  • Difficulté de concentration
  • Problème de mémoire
  • Problème d’apprentissage 
  • Problème de prise de décision


Réactions comportementales :

  • Abus d’alcool
  • Drogue
  • Tabac 
  • Médicament


Réactions physiques :

  • Problème de dos
  • Migraine
  • Ulcères 
  • Hypertension


De plus, certains facteurs augmentent ces réactions de façon exponentielle.

La privation de liberté est vécue pour certains comme un sentiment d’étouffement très fort, pour d’autres la mise en confinement peut être assimilée à un véritable abandon.

Type d’abandons perçus et recensés :


Quelques lectures intéressantes:

  • Abandon de la famille (qui ne peut plus nous rendre visite)
  • Abandon de l’équipe professionnelle (difficulté d’interaction sociale)
  • Abandon du corps médical (désaccord sur l’efficacité de la mise en place d’un traitement)
  • Abandon du service de santé français (perception que ce système de santé, connu comme étant un des meilleurs au monde, est fragile et inefficace)
  • Abandon du pouvoir politique (informations contradictoires, pénuries de masques, gants, gel etc.)
  • Abandon d’une certaine logique (l’école va reprendre mais de nombreux établissements restent fermés)

Comment alors ne pas céder à la psychose ?

Tout d’abord, puiser en soi même ses propres ressources.

Accepter toutes les pensées et émotions inconfortables qui nous traversent.

Apprendre à les identifier, les apprivoiser, à faire de l’espace en soi et dans cet espace y inviter d’autres images positives.

Hiérarchiser et réguler ses priorités. Réinventer son quotidien en y alternant des moments de travail ou lecture et des moments de temps libre.

Inscrivez-vous à des vidéos de sport, de méditation, yoga etc. Prenez soin de vous.

Voir :

Acceptez le confinement comme si vous l’aviez choisi : repenser sa vie, réorganiser son intérieur (méthode de rangement de Marie Kondo), réorganiser son travail, hiérarchiser et réguler ses priorités au travail et se fixer des limites dans l’engagement professionnel.

Accordez-vous une parenthèse et apprenez à pratiquer la cohérence cardiaque :
3 fois par jour, 6 respirations par minute.

Voici plus d’explications sur la cohérence cardiaque.

Les effets sont immédiats notamment sur le stress (baisse du cortisol)

Favorisez les échanges à distance, le confinement n’est pas l’absence de relations sociales.

Utilisez les réseaux sociaux, communiquer avec vos amis et téléphonez à vos proches afin de modifier la perception de votre isolement.

Informez-vous, mais dans la mesure du raisonnable.

Enfin, si malgré tous les angoisses persistent, n’hésitez pas à communiquer à distance (sous format vidéo de préférence) avec un professionnel de l’écoute, un psychologue.

Et après le 11 Mai ?

Il est bien trop tôt pour anticiper l’après confinement et ses conséquences.

Vivez, acceptez le moment présent, libérez-vous des croyances négatives, accueillez les petites joies du quotidien.

Comment puis-je envisager demain ?  Non, aujourd’hui vous n’avez pas le pouvoir de faire cela car demain n’existe pas encore.

Article réalisé par Chantal Lagier,
Psychologue clinicienne

Consulter les avis et prendre RDV pour une téléconsultation
06.11.46.93.53




Vous êtes praticien santé ou paramédical ? Boostez votre visibilité en vous inscrivant gratuitement sur Therapeutes.com