Comment éviter l’aérophagie: 7 conseils pour l’aérophagie

Comment éviter d’avaler de l’air (aérophagie) :

  • 1) Soupirer:

la plupart des gens soupi­rent au bureau ou pendant les périodes de stress, souvent sans s’en rendre compte. Et quand on soupire on avale de l’air. Si vous ne pouvez échapper au stress, es­sayez de prendre conscience que vous soupirez et de vous en empêcher.

  • 2) Manger :

n’avalez pas le contenu de votre assiette à toute vitesse et ne mangez pas quand vous êtes énervé : dans ces deux cas vous absorbez aussi de l’air. Expirez pendant que vous mâchez ou juste avant de déglutir.


  • 3) Boire :

ne buvez pas trop en mangeant. Mais à la fin du repas. Prenez des gorgées normales, ni trop petites ni trop grandes. Servez-vous d’un verre ou d’une tasse et plongez votre lèvre supérieure dans le liquide en inclinant le récipient.

  • 4) Aliments et boissons :

évitez toutes les boissons contenant du gaz carboni­que, qu’il s’agisse de sodas ou de champagne, ainsi que toutes celles dans lesquelles on a introduit de l’air (laits mallés, milk-shakes, beurre frappé, tout ce qui a été battu, les gâteaux poreux, par exemple). Si vous souffrez d’aéro­phagie, évitez les légumes connus pour provoquer la flatulence comme les hari­cots, le chou, et les choux de Bruxelles.

N’absorbez pas non plus de liquides très chauds, car inconsciemment vous aspi­rez de l’air pour les refroidir.

  • 5) Tabac :

fumer fait saliver, l’excès de salive oblige à déglutir et ce mouve­ment augmente l’absorption d’air.

  • 6) Avaler :

il est courant, quand on souffre d’aérophagie, d’avaler de l’air dans l’espoir d’expulser celui qui gêne ; mais on en absorbe plus qu’on n’en ren­voie ; par conséquent, chaque tentative de ce genre ne fait qu’aggraver le malaise.


Quelques lectures intéressantes:

  • 7) Intestins :

ne retenez jamais un besoin de défécation ; satisfaites-le im­médiatement. Quand on se retient, les gaz qui se trouvent normalement dans le côlon se réunissent et provoquent des ballonnements.

 

Découvrez également 2 méthodes douces pour éviter l’aérophagie:

Comment éviter l’aérophagie: essayez l’ostéopathie

Par des tests manuels, l’ostéopathe va rechercher les tensions anormales des fascias et des ligaments qui “accrochent” les viscères à l’appareil squeletto-musculaire. Par de très fins mouvements indolores et non agressifs, il va libérer ces tissus de leurs surtensions afin de restaurer leur souplesse, ce qui amène généralement un soulagement.

Comment éviter l’aérophagie: essayez l’acupuncture

Les ballonnements chroniques ne sont bien souvent qu’un des multiples symptômes de la colopathie, appelée également « maladie du côlon irritable ». L’acupuncture, en rééquilibrant le potentiel énergétique, permet une prise en charge globale de cette maladie. Elle s’adapte aux besoins de chaque patient : un malade n’est pas traité de la même façon s’il a un tempérament lymphatique, apathique, nerveux… Le médecin prend en compte les réactions de chacun. Certains ont impérativement besoin de desserrer leur ceinture pour se sentir mieux, alors que d’autres seront soulagés par une pression sur leur abdomen. Certains voient leurs symptômes améliorés par la chaleur, d’autres par le froid… Enfin, l’acupuncture agit sur l’anxiété et le stress , qui la plupart du temps favorisent les ballonnements.

Source: www.topsante.com

Vous êtes praticien santé ou paramédical ? Boostez votre visibilité en vous inscrivant gratuitement sur Therapeutes.com