Pourquoi le sucre est mauvais pour vous ? Diabète, cancer…On vous dit tout !

Le sucre existe sous de nombreuses formes, bien au delà du simple sucre blanc en poudre (contiennent parfois/souvent des OGM).

Et malheureusement les effets négatifs du sucre concernent le sucre sous toutes ses formes: et même le sirop de maïs, le miel et les sirops que nous en consommons plus que jamais.

On entend souvent que le sucre est acceptable avec modération et que l’élimination de tout « groupe alimentaire » est dangereux. Certes, éviter complètement une catégorie de macronutriments (glucides, protéines ou matières grasses) serait problématique, mais le sucre en soi n’est pas un groupe d’aliments. Bien que le sucre sous une forme ou une autre soit naturellement présent dans de nombreux aliments, en soi, il ne contient :



  • pas de nutriments
  • pas de protéines
  • pas de graisses saines
  • pas d’enzymes

Ce sont juste des calories vides et rapidement digérées qui tirent les minéraux du corps pendant la digestion. Cela crée une cascade de réactions hormonale, et déclenche une boucle de rétroaction positive dans le corps pour encourager une plus grande consommation.

Le sucre blanc raffiné n’est pas un aliment. Il s’agit d’un produit chimique pur extrait de sources végétales. Son vrai nom est saccharose et sa formule chimique est C12H22O11. Il possède 12 atomes de carbone, 22 atomes d’hydrogène, 11 atomes d’oxygène, et n’a absolument rien d’autre à offrir…

Qu’y a-t-il dans le sucre ? quels sont les différents types de sucre ?

Le plus souvent, lorsque nous parlons de sucre, nous faisons référence à un mélange de glucose et de fructose, deux sucres simples qui sont contenus en différentes quantités dans différents aliments.

Le dextrose, le fructose et le glucose sont tous des monosaccharides, connus sous le nom de sucres simples. La principale différence entre eux est la façon dont votre corps les métabolise. Le glucose et le dextrose sont essentiellement le même sucre. Cependant, les fabricants d’aliments utilisent généralement le terme « dextrose » dans leur liste d’ingrédients.
Les sucres simples peuvent se combiner pour former des sucres plus complexes, comme le disaccharide sucrose (sucre de table), qui est moitié glucose et moitié fructose.

Le sirop de maïs à haute teneur en fructose (HFCS) est composé de 55 % de fructose et de 45 % de glucose.

Les alcools de sucre comme le xylitol, le glycérol, le sorbitol, le maltitol, le mannitol et l’érythritol ne sont ni des sucres ni des alcools mais sont de plus en plus utilisés comme édulcorants. Ils sont incomplètement absorbés par l’intestin grêle, pour la plupart, et fournissent moins de calories que le sucre, mais causent souvent des problèmes de ballonnements, de diarrhée et de flatulences.

Le sucralose n’est PAS un sucre, malgré son nom. C’est un édulcorant artificiel chloré, en ligne avec l’aspartame et la saccharine, avec des effets néfastes sur la santé.

Le sirop d’agave, faussement annoncé comme étant « naturel », est en fait traité et contient habituellement 80 pour cent de fructose. Le produit final ne ressemble même pas du tout à la plante d’agave d’origine.

Le miel est composé d’environ 53 % de fructose, mais il est entièrement naturel sous sa forme brute et présente de nombreux bienfaits pour la santé lorsqu’il est utilisé avec modération (il comprendre autant d’antioxydants que les épinards).

Le stévia est une herbe très sucrée dérivée de la feuille de la stévia d’Amérique du Sud, qui est totalement inoffensive (sous sa forme naturelle).

Lo han (ou luohanguo) est un autre édulcorant naturel, mais dérivé d’un fruit.

Le fructose est particulièrement nocif.

Les dangers de la consommation de sucre

Maladies cardiaques

Les graisses alimentaires sont souvent visées dans le cadre des maladies cardiaques. Et bien que certains gras industriels et inflammatoires comme les gras trans causent des crises cardiaques, le sucre est en fait le véritable coupable.

En fait, en 2016, des chercheurs ont mis au jour un énorme scandale dans l’industrie du sucre, en prouvant que le lobby du sucre a parrainé de fausses recherches sur Harvard dans les années 1960. Il s’avère que le lobby du sucre a payé des chercheurs de l’Université Harvard pour atténuer les effets du sucre sur la santé, au lieu de mettre l’accent sur le rôle supposé des graisses naturelles dans les maladies cardiaques. (1)

Cette « recherche » erronée a conclu qu’il n’y avait « aucun doute » que la seule intervention alimentaire nécessaire pour prévenir les maladies coronariennes était de manger moins de cholestérol et de manger des gras polyinsaturés au lieu de gras saturés.(2)

Vous aimerez aussi :  Comment les acides gras à chaine courte affectent votre santé et votre poids

Nous savons maintenant que ce n’est pas vrai. En 2014, les chercheurs ont pu démontrer scientifiquement que l’ingestion d’une trop grande quantité de sucre ajouté pourrait augmenter considérablement le risque de mourir d’une maladie cardiovasculaire. En fait, les personnes qui tirent 17 à 21 % des calories du sucre ajouté courent un risque 38 % plus élevé de mourir d’une maladie cardiovasculaire que celles qui ne tirent que 8 % de leurs calories du sucre. Le risque relatif est plus du double pour les personnes qui consomment 21 pour cent ou plus de leurs calories provenant de sucre ajouté. (3)

Aujourd’hui, dans les pays industrialisés, la consommation journalière de sucre est très importante. Elle avoisine les 100g de sucre par jour par habitant, alors qu’elle ne devrait pas dépasser 50g.

Problèmes de foie

Voici une autre raison de réduire la consommation de sucre. La cirrhose du fois sans alcool est en hausse en France. Et devinez ce qui est en grande partie à blâmer ? Le sucre !

La NASH (stéatohépatite non-alcoolique) peut entraîner une fibrose, qui peut évoluer en cirrhose voire en cancer, et «nous avons plein d’exemples de patients qui ne boivent pas une goutte d’alcool, n’ont jamais eu d’hépatite virale, et se voient diagnostiquer une cirrhose avec pour seul facteur de risque, le fait qu’ils boivent plusieurs sodas par jours», témoigne Lawrence Serfaty, hépatologue à l’hôpital Saint-Antoine et co-organisateur, à l’Institut Pasteur, d’un symposium dédié à cette maladie.

En France, «au vu du nombre de personnes obèses ou en surpoids, on peut estimer que 20 % environ des adultes ont une stéatose», indique le Pr Ratziu, professeur d’hépatologie à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière (Paris). D’aucuns parlent même d’«épidémie» tant le nombre de cas augmente en parallèle de l’obésité et du diabète.

En fait, le sirop de maïs à haute teneur en fructose qui se cache dans les boissons et les aliments transformés a été qualifié d' »arme de destruction massive ». (5)

Il est intéressant de noter que le microbiome est également en jeu. Le microbiome sert d’interface entre l’alimentation et le foie et modifie les effets diététiques. Les scientifiques étudient activement notre rôle dans la maladie du foie gras non alcoolique.

Le fait de réduire considérablement la consommation de sucre ajouté semble améliorer cette maladie dans une certaine mesure. (7)

Problèmes intestinaux et autres maladies métaboliques

Partant du fait que les micro-organismes qui vivent dans l’intestin agissent en fait de manière similaire à un « organe » métabolique, les chercheurs pensent maintenant que le sucre modifie le microbiote intestinal d’une manière qui augmente la perméabilité intestinale, c’est-à-dire les symptômes de fuite de l’intestin/perforation intestinale.

L’élimination de l’excès de sucre ajouté est un élément clé de tout programme efficace de traitement. Le sucre ajouté nourrit la levure et les mauvaises bactéries qui peuvent endommager la paroi intestinale, créant une fuite dans l’intestin.

Cela signifie que l’inflammation chronique de bas grade déclenchée par le sucre peut entraîner le transfert de substances de l’intestin dans la circulation sanguine. Cela peut déclencher l’obésité et d’autres maladies métaboliques chroniques. (89) Sur une note similaire, une étude de décembre 2014 a révélé que les boissons gazeuses sucrées peuvent influencer le développement de maladies métaboliques, car les chercheurs ont découvert que les buveurs de boissons gazeuses ont des télomères plus courts, signe d’une diminution de la longévité et d’un vieillissement cellulaire accéléré. (10)

Diabète

Le sucre peut causer une résistance à l’insuline, tremplin vers le syndrome métabolique et le diabète.
L’insuline est une hormone très importante dans le corps.

Elle permet au glucose (sucre dans le sang) d’entrer dans les cellules à partir de la circulation sanguine et demande aux cellules de commencer à brûler le glucose au lieu de la graisse.

Avoir trop de glucose dans le sang est très nocif, c’est l’une des raisons des complications du diabète, comme la cécité.

L’une des caractéristiques du dysfonctionnement métabolique causé par le régime alimentaire occidental est que l’insuline cesse de fonctionner comme il se doit. Les cellules y deviennent « résistantes ».

Le problème est également connu sous le nom de résistance à l’insuline, qui est considéré comme l’un des principaux moteurs de nombreuses maladies… notamment le syndrome métabolique, l’obésité, les maladies cardiovasculaires et surtout le diabète de type II.

Vous aimerez aussi :  Santé de l’œil: Comment prendre soin des yeux ?

De nombreuses études montrent que la consommation de sucre est associée à la résistance à l’insuline, surtout lorsqu’elle est consommée en grande quantité.

La résistance à l’insuline peut progresser vers le diabète de type II

Lorsque nos cellules deviennent résistantes aux effets de l’insuline, les cellules bêta de notre pancréas en produisent davantage.

C’est crucial, car des taux de glycémie élevés de façon chronique peuvent causer de graves dommages.

Dans certains cas, à mesure que la résistance à l’insuline s’aggrave progressivement, le pancréas ne peut plus répondre à la demande de production d’insuline en quantité suffisante pour maintenir le taux de sucre dans le sang à un bas niveau.

À ce stade, le taux de sucre dans le sang monte en flèche: c’est le diagnostic de diabète de type II.

Étant donné que le sucre peut causer une résistance à l’insuline, il n’est pas surprenant de constater que les personnes qui boivent des boissons sucrées présentent un risque jusqu’à 83 % plus élevé de diabète de type II.

Cancers

Le sucre a-t-il un impact sur le risque de cancer ?

Oui, les sucres ajoutés augmentent le risque de cancer de l’œsophage, et le fructose ajouté (pensez aux dangers du sirop de maïs à haute teneur en fructose) semble augmenter le risque de cancer de l’intestin grêle. (12)

D’autres recherches laissent entendre qu’il existe un lien entre la consommation élevée de sucres ajoutés et le cancer du côlon. Ce risque plus élevé semble subsister même après ajustement pour tenir compte d’autres facteurs de risque de cancer du côlon, comme l’embonpoint, l’obésité ou le diabète. (13)

Le sucre alimentaire pourrait également augmenter le risque de tumeurs du cancer du sein et de métastases dans les poumons. Le MD Anderson Cancer Center de l’Université du Texas a publié une étude en 2016 qui révèle que des quantités élevées de sucre alimentaire dans le régime alimentaire occidental typique semblent effectuer une voie de signalisation enzymatique connue sous le nom de 12-LOX (12-lipoxygénase) d’une manière qui augmente le risque de cancer du sein. .

« Nous avons constaté que l’apport en saccharose chez la souris, comparable aux niveaux des régimes alimentaires occidentaux, a entraîné une augmentation de la croissance tumorale et des métastases, comparativement à un régime sans amidon sucré… Des recherches antérieures ont examiné le rôle du sucre, en particulier le glucose, et les voies métaboliques énergétiques dans le développement du cancer. Cependant, la cascade inflammatoire peut être une autre voie d’étude de la cancérogénèse due au sucre qui justifie une étude plus approfondie. » (Peiying Yang, PhD, professeur adjoint de médecine palliative, de réadaptation et de médecine intégrative)

Les chercheurs ont identifié le fructose, un composant du sucre de table et du sirop de maïs, comme étant l’élément facilitant la métastase pulmonaire dans les études sur les tumeurs du sein. Des études épidémiologiques antérieures ont montré que la consommation de sucre alimentaire a un impact sur le développement du cancer du sein, l’inflammation jouant un rôle.

Dans une étude réalisée sur les animaux, 30 pour cent des souris sous régime de contrôle de l’amidon présentaient des tumeurs. Les régimes enrichis en saccharose ? Cinquante à 58 pour cent avaient des tumeurs mammaires. (Le saccharose est le principal composant du sucre de table). Le cancer du sein était plus susceptible de se propager aux poumons chez les souris nourries avec le régime enrichi en saccharose ou en fructose, comparativement au régime de contrôle de l’amidon. (1415)

 

Problèmes de dents

Le sucre ajouté est mauvais pour vos dents.
Vous avez probablement déjà entendu cela un million de fois…. mais cela vaut la peine de le répéter.

Les sucres ajoutés (comme le saccharose et le sirop de maïs à haute teneur en fructose) contiennent tout un tas de calories sans AUCUN élément nutritif essentiel.

C’est pour cette raison qu’on les appelle des calories « vides ».

Il n’y a pas de protéines, de graisses essentielles, de vitamines ou de minéraux dans le sucre…. juste de l’énergie pure.

Le sucre est très mauvais pour les dents, car il fournit de l’énergie facilement digestible pour les mauvaises bactéries dans la bouche.