Mycoprotéines: Danger ou Protéines saines de substitution ?

« Myco » fait référence aux champignons. Les mycoprotéines sont produites par un champignon filiforme que l’on trouve dans le sol. Le nom officiel est Fusarium venenatum.

Les mycoprotéines sont une tendance relativement nouvelle. Elles ont été inventées dans les années 1980 par des industriels britanniques qui s’inquiétaient de la crise alimentaire mondiale. En particulier, ils craignaient que nous ne soyons pas en mesure de produire suffisamment de protéines pour alimenter la population planétaire croissante. Par tâtonnements (et erreurs), ils ont mis au point un procédé dans lequel les spores fermententent dans de grandes cuves, avec du glucose comme source alimentaire et divers autres nutriments. La biomasse qui en résulte ressemble à une sorte de pâte fibreuse riche en protéines mais aussi en fibres. Elle a également une texture semblable à celle de la viande et une légère odeur de champignon.

Où trouver des Mycoprotéines ?

Les Mycoprotéines font partie d’une gamme de substituts de viande végétariens commercialisés sous la marque Quorn. Sauf erreur de notre part, Quorn (comprenant habituellement du faux poulet et du substitut de boeuf haché) est le seul industriel à produire des mycoprotéines.



Les produits Quorn de Mycoprotéines ne sont pas disponibles sous forme de poudre de protéine, par exemple, ou comme ingrédient brut.

Les produits Quorn originaux utilisent de petites quantités de protéines d’œufs ou de lait pour améliorer la texture, et de l’orge maltée pour la saveur, ce qui les rend inappropriés pour les végétaliens et les personnes qui évitent le gluten. Cependant, l’entreprise a maintenant élargi sa gamme de produits pour inclure certains produits végétaliens et sans gluten. Il vous faudra vérifier les étiquettes.

Quels sont les avantages des Mycoprotéines

En l’absence d’études fiables, nous parlerons ici des avantages « potentiels » des mycoprotéines:

  • Favorise la perte de poids
  • Soutient la santé digestive
  • Protéines complètes
  • Faible taux de cholestérol
  • Régule la glycémie

1. Favorise la perte de poids

Les Mycoprotéines sont riches en protéines et en fibres mais pauvres en calories, ce qui est la combinaison parfaite si vous cherchez à perdre un peu de poids.

Augmenter votre apport en protéines peut aider à augmenter la satiété et à diminuer les niveaux de ghréline, l’hormone de la faim. Selon une étude publiée dans l’American Journal of Clinical Nutrition, le fait d’augmenter l’apport en protéines de seulement 15 % réduit l’apport calorique quotidien moyen de 441 calories et entraîne également une diminution significative du poids corporel et de la graisse corporelle. (1) Les fibres peuvent aussi aider à réduire l’appétit. Elles se déplacent lentement dans le système digestif, ce qui vous aide à vous sentir plus rassasié plus longtemps afin d’éviter les envies de grignoter.

Plusieurs études se sont penchées directement sur les effets des mycoprotéines sur la perte de poids. Une étude publiée dans le British Journal of Nutrition a montré que la consommation d’un repas contenant cette protéine réduisait l’apport calorique de 10 % par rapport à un repas contenant du poulet. (2) Une autre étude de l’Université de Leeds au Royaume-Uni a donné des résultats similaires, notant que la mycoprotéine fonctionne en augmentant la satiété et en réduisant l’appétit. (3)

Vous aimerez aussi :  Thérapie par les animaux: quelle utilité pour les maladies mentales ?

2. Soutient la santé digestive

Les Mycoprotéines sont une excellente source de fibres, contenant environ six grammes de fibres par 100 grammes, ce qui représente jusqu’à 24 % de la fibre dont vous avez besoin tout au long de la journée.

Les fibres peuvent avoir un effet bénéfique sur plusieurs aspects de la santé, mais elles peuvent être particulièrement utiles pour la santé digestive. Un examen de 2012 a compilé les résultats de cinq études et a montré que l’augmentation de l’apport en fibres était efficace pour augmenter la fréquence des selles chez les personnes souffrant de constipation. (4)  Les fibres alimentaires peuvent également avoir un effet protecteur contre les conditions qui affectent le tube digestif, comme les ulcères intestinaux et les maladies inflammatoires de l’intestin. (56)

3. Protéines complètes

Un avantage clair de la nutrition à base de mycoprotéines par rapport à d’autres types de substituts de viande est qu’elles sont considérées comme protéines complètes. Cela signifie qu’elles contiennent tous les acides aminés essentiels qui ne peuvent pas être produits par votre corps et qui doivent être obtenus par des sources alimentaires.

Obtenir suffisamment de protéines dans votre alimentation est absolument essentiel au maintien de votre santé globale. Non seulement les protéines constituent le fondement de vos cheveux, de votre peau, de vos ongles, de vos muscles et de vos os, mais elles sont également nécessaires à la construction et à la réparation des tissus, à la production d’enzymes importantes et à la synthèse de certaines hormones.

Une carence en protéines peut avoir des effets délétères sur votre santé, entraînant des symptômes tels qu’un métabolisme lent, une fonction immunitaire affaiblie, une cicatrisation lente et des difficultés à perdre du poids. Les personnes qui suivent un régime végétalien ou végétarien courent un risque encore plus élevé de carence en protéines, surtout si le régime n’est pas bien planifié.

4. Faible taux de cholestérol

Le cholestérol est une substance lipidique que l’on retrouve dans tout l’organisme et qui constitue la membrane de vos cellules et aide à la synthèse des acides biliaires et des hormones. Cependant, un excès de cholestérol peut s’accumuler dans vos vaisseaux sanguins, ce qui peut augmenter votre risque de maladie cardiaque et d’accident vasculaire cérébral au fil du temps.

Des recherches prometteuses ont révélé que les mycoprotéines peuvent aider à contrôler votre taux de cholestérol afin de réduire le risque de maladie cardiaque. Une étude de l’Université de Londres a montré que la mycoprotéine était capable de réduire le taux de cholestérol total de 13 %, de réduire le mauvais cholestérol LDL de 9 % et d’augmenter le bon cholestérol HDL de 12 %. (7)

Vous aimerez aussi :  Top 20 aliments riches en fer, d'origine animale ou végétale

5. Régule la glycémie

L’hyperglycémie peut entraîner des effets secondaires assez graves. Si rien n’est fait, le maintien à long terme d’une glycémie élevée peut entraîner des risques d’affections cutanées, de lésions nerveuses et de problèmes rénaux.

La mycoprotéine est riche en fibres, ce qui peut ralentir l’absorption du sucre dans le sang et équilibrer votre glycémie. Une étude publiée dans l’American Journal of Clinical Nutrition s’est penchée sur les effets de la mycoprotéine sur la glycémie et a constaté que la consommation d’un milkshake qui en contenait était en fait capable de réduire la glycémie jusqu’à 36 % par rapport à un groupe témoin. (8)

Dangers et effets secondaires des mycoprotéines

Malgré le chapitre ci-dessus traitant de leurs bienfaits, les mycoprotéines présentent cependant aussi des effets secondaires qui doivent être pris en considération.

Aux Etats-Unis, depuis 2002, plusieurs organisations réclament des règlements plus stricts de la Food and Drug Administration (organisme de régulation) afin d’avertir les consommateurs des risques possibles de la consommation de mycoprotéines.

Plusieurs personnes ont souffert de réactions graves à la suite d’une allergie aux mycoprotéines, qui peut causer des symptômes tels que nausées, vomissements, diarrhée et urticaire.

Selon le Center for Science in the Public Interest, au moins 2 000 rapports ont été recueillis auprès de consommateurs ayant souffert de réactions allergiques, et deux décès ont même été liés à la consommation de produits contenant des mycoprotéines. Les allergies aux mycoprotéines peuvent en fait être assez courantes ; une étude non publiée a même révélé que 10 % des participants ont éprouvé des symptômes comme des nausées, des vomissements ou des douleurs à l’estomac à la suite de la consommation de produits à base de mycoprotéines, comparativement à seulement 5 % dans le groupe témoin. (9)

Le problème, comparativement au soja, aux crustacés, aux arachides et au blé, c’est que la mycoprotéine n’est pas un allergène bien connu, ce qui signifie que beaucoup de gens ne sont probablement même pas conscients qu’ils peuvent en être allergiques.

La plupart d’entre eux ne savent pas ce qu’est la mycoprotéine et, malheureusement, les industriels (Quorn) n’ont pas toujours fourni une explication clair sur l’emballage. Après tout, le champignon n’est pas forcément l’ingrédient le plus appétissant à lire sur une étiquette. De nombreux consommateurs croient aussi, à tort, que les mycoprotéines peuvent provenir d’autres variétés de champignons nutritifs, comme le cordyceps ou le champignon reishi.

Cependant, depuis 2017, Quorn a accepté de rendre les ingrédients de ses produits plus clairs en indiquant directement sur l’étiquette : « La Mycoprotéine est un membre de la famille des champignons. Il y a eu de rares cas de réactions allergiques à des produits contenant des mycoprotéines. »

Vous êtes seul juge, même s’il s’agit d’un produit intéressant, devez vous vraiment courir le risque de tester votre allergie ?