Fatigue, faiblesse…Et si vous aviez une carence en Iode ?

Saviez-vous que la carence en iode est maintenant considérée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) comme le cas de déficience cognitive le plus fréquent et facilement évitable chez les enfants dans le monde ?

Au moins 30 millions de personnes souffrent de cette maladie qui est pourtant évitable.

Certaines situations et périodes de la vie exposent particulièrement aux manques : grossesse, tabagisme, pratique d’un sport, végétarisme…



L’iode est un oligo-élément et un composant essentiel des hormones thyroïdiennes, la triiodothyronine (T3) et la thyroxine (T4). Ces hormones régulent les activités métaboliques de la plupart des cellules et jouent un rôle vital dans le processus de croissance et de développement précoce de la plupart des organes, en particulier le cerveau. Un apport insuffisant d’aliments riches en iode entraîne une production insuffisante de ces hormones, ce qui a des effets néfastes sur les muscles, le cœur, le foie, les reins et le cerveau en développement. (1)

Voici des statistiques sur les carences en iode qui pourraient vous surprendre :

Selon le National Health Nutritional Examination Survey, les niveaux d’iode ont diminué de 50 % au cours des 30 dernières années.

Dans le cadre d’une étude clinique menée par le Dr David Brownstein, spécialiste de la thyroïde aux Etats-Unis, (2) plus de 96 % des plus de 5 000 patients testés présentaient une carence en iode.

Selon l’OMS, la carence en iode touche 72 % de la population mondiale.

Et pourtant, en 2011, 70% des ménages dans le monde avaient accès au sel iodé (3)

Les troubles dus à une carence en iode sont tous évitables si la dose appropriée d’iode est administrée. Les troubles courants qui résultent d’une carence en iode sont l’hypothyroïdie, l’augmentation du taux de cholestérol, le goitre endémique, le crétinisme, la baisse du taux de fertilité, l’augmentation de la mortalité infantile, les maladies fibrokystiques du sein, l’athérosclérose et le cancer du sein.

Symptômes de la carence en iode

1. Prise de poids

L’un des signes les plus visibles d’une carence en iode est une prise de poids inattendue.

Lorsqu’une personne a un métabolisme sain, elle brûle des calories pour lui donner de l’énergie. L’hypothyroïdie, ou manque d’hormones thyroïdiennes, ralentit le métabolisme d’une personne.

Lorsque le métabolisme d’une personne ralentit, les calories sont plus susceptibles d’être stockées sous forme de graisse, ce qui entraîne une prise de poids.

Il est important de se rappeler que la prise de poids n’est pas toujours le signe d’une carence en iode.

2. Sensation de faiblesse

Lorsqu’une personne a une carence en iode, elle peut se sentir faible.

Cette faiblesse s’explique par le fait qu’une personne a moins d’énergie qu’elle n’en avait auparavant. L’hypothyroïdie ralentit le métabolisme d’une personne. Cela signifie qu’elle brûle moins de calories pour l’énergie. Moins d’énergie signifie que les muscles ne fonctionnent pas aussi efficacement. Cela fait qu’une personne se sent faible.

3. Sensation de fatigue

Une fatigue inexpliquée peut être le symptôme d’une carence en iode.
Une baisse du taux métabolique entraîne aussi une sensation de fatigue. Par conséquent, se sentir fatigué est un autre signe de carence en iode.

Comme pour la prise de poids, le fait de se sentir fatigué ne signifie pas toujours qu’une personne est déficiente en iode. Si une personne ne se repose pas suffisamment, il est naturel qu’elle se sente fatiguée.

Mais si la fatigue est inexpliquée, alors il peut s’agir d’un symptôme de carence en iode.

4. Perte de cheveux

5. Peau sèche

Une peau sèche et squameuse pourrait être un signe d’hypothyroïdie, car elle peut être le résultat d’une carence en iode.

Les hormones thyroïdiennes aident les cellules à se renouveler. Un manque de ces hormones peut entraîner l’accumulation de cellules mortes de la peau, ce qui entraîne parfois une sécheresse de la peau

6. Sensation de froid

La carence en iode entraîne un manque d’hormones thyroïdiennes. Avoir moins d’hormones thyroïdiennes ralentit le rythme métabolique d’une personne.

Comme le métabolisme ralentit, la personne produit moins d’énergie. Hors l’énergie donne de la chaleur au corps.

7. Rythme cardiaque ralenti

Une carence en iode peut faire battre plus lentement le cœur d’une personne.

Lorsque le rythme cardiaque d’une personne ralentit, elle peut se sentir étourdie ou malade. Il se peut aussi qu’elle s’évanouisse.

8. Problèmes d’apprentissage ou de mémoire

Les hormones thyroïdiennes sont importantes pour le développement du cerveau. La carence en iode peut entraîner un manque de ces hormones, ce qui entraîne des problèmes de mémoire et d’apprentissage.

Une étude réalisée en 2014 a révélé que l’hippocampe était plus petit chez les personnes ayant un faible taux d’hormones thyroïdiennes. L’hippocampe est la partie du cerveau qui affecte la mémoire.

9. Complications de grossesse

La carence en iode peut causer des problèmes pour le développement du fœtus pendant la grossesse.
Il peut être difficile pour une femme enceinte d’obtenir suffisamment d’iode. Une femme enceinte en a besoin pour elle-même et pour le bébé qui grandit en elle.

Vous aimerez aussi :  Respirez en pleine conscience et éliminez vos tensions corporelles !

Les hormones thyroïdiennes sont nécessaires au développement sain du bébé avant sa naissance. Un déficit de ces hormones peut empêcher le cerveau de se développer correctement. Cela peut aussi retarder la croissance.

10. Règles abondantes ou irrégulières

Un faible taux d’hormones thyroïdiennes peut affecter les taux d’hormones qui régulent les règles d’une femme. Les signes suivants pourraient être des signes d’une carence en iode.

11. Cou gonflé

Si une personne a une carence en iode, son cou peut enfler. C’est parce que leur glande thyroïde, qui est située dans leur cou, s’est agrandie.

Lorsque la thyroïde n’a pas assez d’iode, elle essaiera d’absorber davantage de sang. La thyroïde s’agrandit, ce qui donne l’impression que le cou est gonflé.

Comment prévenir une carence en iode

Meilleures sources d’iode
L’AJR pour l’iode est la suivante : (4)

  • 1 à 8 ans – 90 microgrammes tous les jours
  • 9-13 ans – 120 microgrammes tous les jours
  • 14 ans et plus – 150 microgrammes chaque jour
  • Femmes enceintes ou qui allaitent – 290 microgrammes par jour.

Les algues marines sont l’une des meilleures sources alimentaires d’iode, mais leur teneur en iode est très variable. On retrouve parmi elles l’arame, le kombu, le wakame, le varech et le hijiki. Le varech possède la plus grande quantité d’iode de tous les aliments au monde.

Parmi les autres bonnes sources d’iode, mentionnons les fruits de mer, les produits laitiers (habituellement en raison de l’utilisation de suppléments alimentaires iodés et d’agents désinfectants à base d’iode dans l’industrie laitière) et les œufs. Les produits laitiers, en particulier le lait cru et les produits céréaliers, sont les principales sources d’iode dans le régime alimentaire. L’iode est également présent dans les préparations pour nourrissons et le lait maternel humain.

La teneur en iode des légumes et des fruits varie en fonction de la teneur en iode du sol, des pratiques d’irrigation et de l’engrais utilisé. Les concentrations d’iode dans les plantes peuvent varier de 10 mcg/kg à 1 mg/kg de poids sec. Cette variabilité influence la teneur en iode des produits animaux et de la viande parce qu’elle affecte la teneur en iode des aliments que les animaux consomment.

Les aliments riches en iode

1. Légumes de mer

L’océan abrite le plus grand entrepôt d’aliments iodés, notamment les Kelp, Arame, Hiziki, Kombu et Wakame. Le Kelp a la plus grande quantité d’iode de tous les aliments de la planète et une seule portion offre 4 fois le minimum requis par jour.

  • 1 cuillère à soupe de varech contient environ 2000/mcg d’iode.
  • 1 cuillère à soupe d’Arame contient environ 730/mcg d’iode.
  • 1 cuillère à soupe de Hiziki contient environ 780/mcg d’iode.
  • 1 morceau d’un pouce de Kombu contient environ 1450/mcg d’iode.
  • 1 cuillère à soupe de Wakame contient environ 80/mcg d’iode.

Nous recommandons de les saupoudrer dans des soupes ou des salades.

2. Canneberges

Ce fruit riche en antioxydants est une autre grande source d’iode. 113 grammes de canneberges contiennent environ 400/mcg d’iode. Nous recommandons l’achat de baies ou de jus biologiques frais. Si vous achetez du jus de canneberge industriel, faîtes attention à la quantité de sucre qu’il contient.

3. Yogourt biologique

Probiotique naturel, le yogourt est un excellent aliment iodé que vous devriez ajouter à votre alimentation. Une portion contient plus de la moitié de vos besoins quotidiens. 1 tasse contient environ 90/mcg d’iode.

4. Haricot de mer biologique

De nombreux haricots sont une excellente source d’iode et les haricots marins peuvent figurer en tête de liste. Seulement 1/2 tasse de ces haricots contiennent environ 32/mcg d’iode. Les haricots ne sont pas seulement un aliment iodé, ils sont aussi incroyablement riches en fibres.

5. Fraises biologiques

Ce savoureux fruit rouge contient jusqu’à 10 % de vos besoins quotidiens en iode en une seule portion. Une tasse de fraises fraîches contient environ 13/mcg d’iode.

6. Fromage cru et biologique

Le fromage est riche en iode, en vitamines B essentielles, en calcium et en protéines. Le fromage de chèvre est plus facile à digérer et contient un peu plus de calcium et de protéines. Les produits laitiers, qu’ils soient crus ou pasteurisés, peuvent ne pas être le meilleur choix pour certaines personnes, en particulier celles qui ont un système digestif sensible ou qui suivent un régime végétalien et/ou végétarien.

7. Pommes de terre biologiques

La pomme de terre commune s’insère facile dans la plupart des repas et est l’une des sources d’iode les plus riches du règne végétal. Laisser la peau…une pomme de terre cuite au four de taille moyenne contient 60/mcg d’iode. Assurez-vous de n’acheter que des pommes de terre biologiques, car les pommes de terre ont tendance à aspirer les pesticides très facilement !

Vous aimerez aussi :  Des meilleures performances avec la créatine

Les bienfaits de l’Iode

1. Régule le métabolisme

L’iode influence grandement le fonctionnement des glandes thyroïdiennes en aidant à la production d’hormones directement responsables du contrôle du taux métabolique de base de l’organisme. Le taux métabolique assure l’efficacité des systèmes organiques et des processus biochimiques de l’organisme, notamment le cycle du sommeil, l’absorption des aliments et la transformation des aliments en énergie que nous pouvons utiliser.

Les hormones, comme la thyroxine et la triiodothyronine, influencent la tension artérielle, la fréquence cardiaque, la température corporelle et le poids. Le métabolisme de base est maintenu par l’organisme à l’aide de ces hormones qui jouent également un rôle dans la synthèse des protéines.

2. Energie

L’iode joue un rôle vital dans le maintien d’un niveau d’énergie optimal de l’organisme par l’utilisation des calories, en évitant qu’elles se déposent sous forme d’excès de graisse.

3. Aide à prévenir certains types de cancer

L’iode joue un rôle dans le renforcement de l’immunité et induit l’apoptose, c’est-à-dire l’autodestruction de cellules cancéreuses dangereuses. Bien que l’iode aide à détruire les cellules mutantes, il ne détruit pas les cellules saines. Les études démontrent la capacité des algues riches en iode à inhiber la croissance des tumeurs mammaires. (4) Cela peut être corrélé avec le faible taux de cancer du sein dans certaines parties du monde, en particulier au Japon, où les femmes consomment une alimentation riche en iode. Si vous remarquez des changements dans les tissus mammaires, cela pourrait être un signe de carence en iode.

Le brome joue également un rôle dans ce domaine. La recherche montre que le brome est un cancérogène soupçonné qui « peut exacerber l’insuffisance en iode, puisque le brome est en concurrence pour l’absorption de l’iode par la glande thyroïde et d’autres tissus (par exemple, le sein) ». (5)

4. Élimine les produits chimiques toxiques

L’iode peut éliminer les toxines des métaux lourds comme le plomb, le mercure et d’autres toxines biologiques. Différentes études suggèrent qu’il existe de nombreux avantages extrathyroïdiens de l’iode, notamment les fonctions antioxydantes, le maintien de l’intégrité de la glande mammaire ainsi que des propriétés antibactériennes, en particulier contre H. pylori, qui est une infection bactérienne dans l’estomac et associée au cancer de l’estomac.

5. Peau saine et brillante

Une peau sèche, irritée et rugueuse qui s’enflamme est un signe courant de carence en iode. L’iode aide à avoir la peau, les dents et les cheveux en bonne santé.

6. Augmente l’immunité

L’iode n’affecte pas seulement la thyroïde ; il fait beaucoup d’autres choses, par exemple il joue un rôle important en tant que stimulateur immunitaire. L’iode est un piégeur de radicaux hydroxyles libres, il stimule et augmente l’activité des antioxydants dans tout l’organisme afin de fournir une défense forte contre diverses maladies, notamment le cancer et les maladies cardiovasculaires.

Des études récentes ont montré que l’iode protège directement les cellules cérébrales des rats contre les effets nocifs des radicaux libres en se liant aux acides gras de la membrane cellulaire, laissant moins de place aux radicaux libres pour avoir un impact négatif sur l’organisme. (6)

 

7. Prévient l’hypertrophie de la glande thyroïde

La carence en iode est largement reconnue comme la principale cause de goitre. En fait, selon une méta-analyse en provenance de Chine, des valeurs plus faibles de concentration urinaire d’iode « étaient associées à un risque accru de goitre, et… la carence en iode peut conduire à un risque accru de goitre ». (7)

Ajoutez du sel de mer, des fruits de mer, du lait cru et des œufs à votre alimentation pour éviter la carence en iode, car cela fonctionne souvent aussi comme une étape préventive de l’hypertrophie de la glande thyroïde.

8. Aide à prévenir les troubles du développement et de la croissance chez les enfants

Des études ont montré que la carence en iode pendant la petite enfance et la grossesse peut interrompre le développement et la croissance du cerveau. Les nourrissons sont plus vulnérables à la mortalité et à un risque élevé de problèmes neurodégénératifs s’ils souffrent d’une carence en iode, comme une forme mentale d’incapacité connue sous le nom de crétinisme, des troubles de la fonction motrice, des troubles d’apprentissage et un faible taux de croissance.

En fait, selon des recherches publiées par des professeurs de l’Université de Sydney en Australie et de l’Institut fédéral suisse de technologie en Suède, « les lésions cérébrales et les retards mentaux irréversibles sont les troubles les plus importants induits par la carence en iode ». (8)