Café, glycémie et diabète : quelles sont leurs relations ?

Le diabète de type 2 est un énorme problème de santé à l’échelle mondiale.

Environ 29 million de personnes, soit 9% de la population adultes des États-Unis, étaient atteintes de diabètes de type 2 en 2012 (1).

Des études sur le long terme ont associé la consommation de café avec une réduction des risques de diabète de type 2 (2, 3).


Cependant, et c’est un constat presque paradoxal, de nombreuses études à court terme ont démontré que le café et la caféine pouvaient augmenter les taux de glycémie et d’insuline (4, 5, 6).

On ne sait pas exactement pourquoi cela se produit, mais il existe plusieurs théories.

Cet article examine les effets à court et long terme du café sur la glycémie et le diabète.

 

Les buveurs de café ont moins de risques d’avoir du diabète de type 2

 

Les bienfaits pour la santé du café sont bien établis.

Dans de nombreuses études d’observation, le café est associé à une réduction des niveaux de glycémie et d’insuline, qui sont des facteurs de risques majeurs du diabète de type 2 (7).

De plus, consommer régulièrement du café ordinaire ou décaféiné est associé à une diminution de 23% à 50% des risques de développer du diabète de type 2 (3, 8, 9, 10, 11).

Des études ont également démontré que chaque tasse de café quotidienne que consommée peut réduire les risques de 4% à 8% (3, 8).

De plus, les personnes buvant 4 à 6 tasses de café par jour présentent des risques plus faibles de développer du diabète de type 2 que les personnes qui en boivent moins de 2 tasses par jour (12).

Conclusion : Boire du café régulièrement est associé à une diminution de 23% à 50% des risques de diabète de type 2. Chaque tasse de café quotidienne est liée à une réduction des risques de 4% à 8%.

 

Le café et la caféine peuvent élever la glycémie

 

Il existe un paradoxe majeur entre les effets à long terme et à court terme du café.

Les études à court terme ont associé la consommation de café et de caféine à une augmentation du taux de glycémie et de résistance à l’insuline (13).

Une étude récente a démontré qu’une seule portion de café contenant 100 mg de caféine, pouvait affecter négativement la régulation de la glycémie chez les hommes en bonne santé mais en surpoids (14).

D’autres études à court terme – effectuée avec des personnes en bonne santé et atteintes de diabète de type 2 – montrent que consommer du café perturbe la régulation de la glycémie et la sensibilité à l’insuline après les repas (13, 15, 16).

Tel n’est pas le cas avec le café décaféiné, ce qui laisse à penser que la caféine peut être la cause de ces piques de glycémie. La plupart des études sur la caféine et la glycémie prennent s’intéressent d’ailleurs plus directement à la caféine plutôt qu’au café en lui-même (4, , 6).

Certaines études ont essayé de trouver une réponse concrète, en montrant que les effets de la caféine et du café ordinaire étaient différents (17).

Conclusion : Les études à court terme montrent que la caféine peut entraîner une élévation des taux de glycémie et une diminution de la sensibilité à l’insuline.

 

Comment cela affecte-t-il les buveurs de café réguliers ?

 

Certaines études à court terme ont montré que les personnes habituées à boire beaucoup de café ne présentent pas d’élévation de la glycémie et d’insuline (18, 19).

D’ailleurs, certaines d’entre elles ont observé une amélioration des fonctions de leur foie et de leurs cellules adipeuses, grâce à une augmentation des niveaux d’hormones bénéfiques comme l’adiponectine.

Ces facteurs peuvent être partiellement responsables des bienfaits de la consommation à long terme de café.

Une étude s’est intéressée aux effets du café chez les personnes en surpoids non habituées à boire du café ayant une glycémie élevée à jeun (20).

Parmi trois groupes randomisés, des participants ont bu 5 tasses de café avec caféine, décaféiné, ou pas de café du tout pendant 16 semaines.

Le groupe au café avec caféine présentait des taux de glycémie considérablement plus faibles, tandis qu’un changement n’a été enregistré chez les autres groupes.

Après ajustement de quelques facteurs de confusion, les groupes au café avec et sans caféine ont présenté une légère diminution du taux de glycémie après 16 semaines.

Bien qu’il existe toujours des résultats différents selon les individus, les effets négatifs sur la glycémie et l’insuline semblent s’équilibrer avec le temps.

En d’autres termes, la glycémie et l’insuline peuvent augmenter quand vous commencez à boire du café. Cependant, après quelques semaines ou quelques mois, les taux peuvent être plus bas que quand vous avez commencé.


Quelques lectures intéressantes:

Conclusion : Les buveurs de café réguliers ne semble pas être affectés par une augmentation des taux d’insuline et de glycémie. Une étude sur une période 4 mois a démontré qu’avec le temps, les buveurs de café présentaient un taux de glycémie plus bas.

 

Le café décaféiné a-t-il les mêmes effets ?

 

Des études ont démontré que le café décaféiné apporte la plupart des bienfaits du café ordinaire, dont la diminution des risques de diabète de type 2 (3, 8, 10, 20).

Puisque le café décaféiné ne contient que de très faibles quantités de caféine, il n’a pas des effets stimulants aussi puissants que le café avec caféine.

Et contrairement au café avec caféine, le décaféiné n’est pas associé à une diminution considérable du taux de glycémie (15, 16).

Cela renforce l’hypothèse selon laquelle la caféine est responsable des effets à court terme sur la glycémie plutôt que d’autres composés du café (21).

De plus, le café décaféiné peut être une bonne alternative pour les personnes qui présentent une augmentation de leur taux de glycémie après avoir vu du café avec caféine.

Conclusion : Le café décaféiné n’a pas les mêmes effets sur la glycémie et l’insuline que le café ordinaire. Le déca peut être une bonne alternative pour les personnes atteintes de troubles glycémiques.

 

Comment le café peut-il élever la glycémie tout en réduisant les risques de diabète ?

 

Le paradoxe est ici très clair : le café peut élever la glycémie à court terme, mais contribue à prévenir le diabète de type 2 sur le long terme.

Les raisons exactes sont inconnues. Cependant, des chercheurs ont émis quelques hypothèses.

La suivante est une explication pour les effets négatifs à court terme :

  • Adrénaline : Le café augmente l’adrénaline, ce qui peut élever la glycémie sur une courte période (13, 22).

Voici quelques explications possibles pour les effets bénéfiques sur le long terme :

  • Adiponectine : L’adiponectine est une protéine qui favorise la régulation de la glycémie. Elle est souvent à un taux faible chez les diabétiques. Les buveurs de café réguliers ont des taux plus élevés d’adiponectine (23).
  • La globuline liant les hormones sexuelles (SHBG) : Un faible taux de SHBG est lié à de la résistance à l’insuline. Certains chercheurs ont suggéré que la SHBG augmente avec la consommation de café, et pourrait donc aider à prévenir le diabète de type 2 (24, 25, 26).
  • Autres composés du café : Le café est riche en antioxydants. Ils peuvent affecter les taux de glycémie et d’insuline, réduisant ainsi les effets potentiellement négatifs de la caféine (4, 8, 17, 21, 27, 28).
  • Résistance : Il semblerait que le corps devienne plus résistant à la caféine sur le long terme, devenant ainsi également plus résistant aux changements de niveau de glycémie (8).
  • Fonctionnement du foie : Le café peut réduire les risques de stéatose hépatique non alcoolique, qui est étroitement liée à la résistance à l’insuline et au diabète de type 2 (29, 30, 31).

En bref, le café peut avoir des effets bénéfiques et néfaste concernant le diabète. Cependant, pour la plupart des gens les facteurs bénéfiques semblent éclipser les effets négatifs.

Conclusion : Il existe plusieurs théories sur la différence des effets du café à long et court terme. Néanmoins, pour la plupart des gens le café est associé à une réduction des risques de diabète de type 2.

 

À retenir

 

Bien que les raisons exactes soient inconnues, beaucoup de données indiquent que les buveurs de café présentent des risques bien plus faibles de développer du diabète de type 2.

En revanche, les études à court termes montrent que le café peut élever la glycémie et l’insuline.

Il est important de noter que boire du café peut avoir des effets différents selon les individus (32).

Si vous êtes atteint de diabète ou que vous avez des troubles glycémiques, il vous faut surveiller votre taux de glycémie et voir comment il est affecté par la consommation de café.

Si le café élève considérablement votre glycémie, alors le café décaféine peut être une meilleure alternative.

Au bout du compte, il vous faudra faire quelques expérimentations pour trouver ce qui vous convient le mieux.

 

Sources et crédit photo :

https://fr.wikipedia.org/ https://authoritynutrition.com http://www.comment-economiser.fr/

Vous êtes praticien santé ou paramédical ? Boostez votre visibilité en vous inscrivant gratuitement sur Therapeutes.com