Ces aliments qui perturbent la thyroïde

Si vous avez des problèmes de thyroïde, vous avez certainement entendu parler des goitrogènes. Vous savez peut-être même que certains aliments devraient être évités parce qu’ils contiennent cette substance et que ce sont des aliments qui perturbent la thyroïde.

Mais est-ce que les goitrogènes, qu’on trouve dans les aliments qui perturbent la thyroïde, sont vraiment un problème ? Est-ce que vous devriez les éviter ?

aliments qui perturbent la thyroïde

Cet article va vous présenter en détails les goitrogènes et leurs effets sur la santé.

Que sont les goitrogènes?

Les goitrogènes sont des composés qui interfèrent avec le fonctionnement normal de la glande thyroïde.

Pour faire simple, les goitrogènes pertubent la thyroïde, qui a alors du mal à produire les hormones dont le corps a besoin pour que son fonctionnement métabolique soit normal.

Le lien entre les goitrogènes et le fonctionnement de la thyroïde a été décrit pour la première fois en 1928, lorsque des scientifiques ont observé l’augmentation du volume de la glande thyroïde chez les lapins qui mangeaient du chou qui venait d’être cueilli. (1)

Cette croissance anormale de la glande thyroïde est également connue sous le nom de goitre, ou goître, ce qui a donné leur nom aux goitrogènes.

Cette découverte a conduit à l’hypothèse que certaines substances présentes dans les légumes en font des aliments qui perturbent la thyroïde, s’ils sont consommés en trop grandes quantités. (2)

Depuis, plusieurs types de goitrogènes ont été identifiés, dans tout un tas d’aliments différents.

A retenir: les goitrogènes sont des substances naturellement présentes dans certains aliments. Lorsqu’ils sont consommés en trop grandes quantités, ils peuvent interférer avec le fonctionnement de la glande thyroïde.

Les différents types de goitrogènes dans les aliments qui perturbent la thyroïde

Il existe trois types principaux de goitrogènes : (3)

  • La goitrine.
  • Les thiocyanates,
  • Les flavonoïdes (ou bioflavonoïdes).

La goitrine et les thiocyanates sont produits lorsque les plantes sont abîmées, par exemple lorsqu’on les coupe ou qu’on les mastique.

Les flavonoïdes (ou bioflavonoïdes) sont naturellement présents dans de nombreux aliments différents. Par exemple, on trouve deux types de flavonoïdes facilement : la catéchine dans le thé vert et le resvératrol dans le vin rouge.

Les flavonoïdes sont généralement considérés comme des antioxydants bons pour la santé, mais certains d’entre eux peuvent devenir des goitrogènes lorsqu’ils passent par notre système digestif et sont transformés par nos bactéries intestinales. (34)

A retenir : la goitrine, les thiocyanates et les flavonoïdes sont les trois formes de goitrogènes les plus communs. Ils sont présents dans de nombreux aliments.

Les goitrogènes pourraient causer des problèmes de thyroïde

Pour les personnes qui ont des problèmes de thyroïde, une consommation trop importante de goitrogènes peut empirer le fonctionnement de la glande thyroïde en :

Bloquant l’iode: les goitrogènes, présents dans les aliments qui perturbent la thyroïde, pourraient empêcher l’iode d’entrer dans la glande thyroïde, et l’iode est nécessaire pour produire certaines hormones.

Interférer avec la thyroperoxydase (TPO ou peroxydase thyroïdienne) : Cette enzyme permet de fixer l’iode à l’acide aminé appelé tyrosine, qui forment ensemble la base des hormones thyroïdiennes.

Réduire la thyréostimuline (ou thyréotropine) : les goitrogènes peuvent interférer avec ces hormones qui stimulent la glande thyroïde et l’aident à produire des hormones.

Lorsque le fonctionnement de la glande thyroïde est troublé, elle a du mal à produire les hormones qui permettent de réguler votre métabolisme.

Cela peut entraîner des problèmes pour la régulation de la température du corps, du rythme cardiaque, de la production de protéines, des niveaux de calcium dans le sang et de la manière dont le corps utilise les matières grasses et les glucides.

Le corps peut compenser une baisse de la production d’hormones par la thyroïde simplement, en relâchant plus de thyréostimuline, ce qui pousse la glande thyroïde à produire plus d’hormones.

Vous aimerez aussi :  Ménopause et prise de poids: Pourquoi certaines femmes prennent du poids avec la ménopause ?

Néanmoins, une glande thyroïde qui fonctionne mal ne réagit pas aussi efficacement à la thyréostimuline. La glande thyroïde compense alors en créant plus de cellules, ce qui provoque une augmentation du volume de cette glande, un phénomène médical appelé goitre.

Cette croissance de la glande peut causer un enrouement, une impression d’avoir la gorge serrée, peut faire tousser, et rendre difficile le fait de respirer et d’avaler. (5)

A retenir : les goitrogènes peuvent empêcher la glande thyroïde de produire en quantités suffisantes les hormones dont le corps a besoin pour fonctionner normalement. Ces aliments qui perturbent la thyroïde ont plus de risques d’avoir un impact négatif chez les personnes qui ont déjà des problèmes de thyroïde.

Les goitrogènes peuvent causer d’autres problèmes de santé

Les goitres ne sont pas les seules problèmes de santé qu’on doit garder à l’esprit lorsqu’on consomme des aliments qui perturbent la thyroïde. Une glande thyroïde qui ne peut pas produire suffisamment d’hormones peut provoquer d’autres problèmes de santé, comme par exemple :

Un déclin des facultés mentales : lors d’une étude, un mauvais fonctionnement de la thyroïde a fait augmenter le risque de déclin des facultés mentales et de démence de 81% chez des personnes de moins de 75 ans. (6)

Des maladies cardiovasculaires: un mauvais fonctionnement de la thyroïde a aussi été associé à un risque plus important de 2 à 53% de développer une maladie cardiovasculaire et une augmentation du risque de mort prématurée à cause de ce type de maladie de 18 à 28%.  (78)

La prise de poids : lors d’une étude longue durée faite sur trois ans et demi, les personnes dont la glande thyroïde ne fonctionnait pas correctement prenaient jusqu’à 2,3 kilos de plus que les autres. (9)

 L’obésité : des chercheurs ont découvert que les personnes qui avaient un mauvais fonctionnement de la thyroïde avaient entre 20 et 113% de risques en plus d’être obèses. (10)

Retard du développement de l’enfant: des niveaux bas de certaines hormones produites par la thyroïde durant la grossesse, surtout lors du premier trimestre, peuvent interférer avec le développement du cerveau du fœtus. (11)

Des fractures des os : une étude a découvert que les personnes qui ont un mauvais fonctionnement de la thyroïde avaient 38% de risques en plus de se faire une fracture de la hanche et 20% de risques en plus de se faire des fractures non-vertébrales. (1213)

A retenir : les hormones produites par la glande thyroïde aident à réguler le métabolisme. Une thyroïde qui n’es pas capable de produire autant d’hormones que nécessaire peut causer de nombreux problèmes de santé.

Quels sont les aliments qui perturbent la thyroïde ?

C’est étonnant mais il y a une grande variété d’aliments qui contiennent des goitrogènes et peuvent donc perturber le fonctionnement de la glande thyroïde, y compris les fruits, les légumes, les féculents et les aliments à base de soja.

Les légumes crucifères :

  • Le chou de Chine ou bok choy.
  • Le brocoli.
  • Les choux de Bruxelles.
  • Le chou.
  • Le chou vert.
  • Le raifort.
  • Le chou kale.
  • Le chou-rave.
  • Les feuilles de moutarde.
  • Le colza.
  • Les rutabagas.
  • Les épinards.
  • Les navets.

Les fruits et les féculents

  • Les pousses de bambou.
  • La fleur ou la racine de manioc.
  • Le maïs.
  • Les haricots de lima.
  • Les graines de lin.
  • Le millet.
  • Les pêches.
  • Les cacahuètes.
  • Les poires.
  • Les pignons de pin.
  • Les fraises.
  • Les patates douces.
  • Les aliments à base de soja
  • Le tofu.
  • Le tempeh.
  • L’edamame.
  • Le lait de soja.

A retenir : les goitrogènes sont présents dans tout un tas de légumes crucifères (de la famille des choux), des fruits, des féculents et des aliments à base de soja. Ce sont des aliments qui perturbent la thyroïde.

Vous aimerez aussi :  Les incroyables bienfaits du psyllium: avis sur cette plante indienne curative

Comment minimiser les effets des goitrogènes

Si votre glande thyroïde ne fonctionne pas correctement ou ne produit pas assez d’hormones, ou si vous vous inquiétez de la présence de goitrogènes dans votre alimentation, il existe quelques méthodes faciles pour réduire le risque d’effets négatifs des aliments qui perturbent la thyroïde :

Variez votre alimentation : manger une grande variété d’aliments à base de plantes peut aider à limiter la quantité de goitrogènes que vous consommez. En plus, cela vous aidera à consommer suffisamment de vitamines et de minéraux.

Cuisez tous les légumes : essayez de faire sauter, de cuire à la vapeur ou de faire griller les légumes au lieu de les manger crus. Cela aide à réduire l’enzyme appelée myrosinase (ou thioglucoside glucohydrolase) ce qui par conséquent permet de réduire la présence de goitrogènes. (1415)

Faites blanchir les légumes: si vous aimez les épinards ou le chou kale frais et crus, dans les smoothies par exemple, essayez de faire blanchir les légumes et puis de les congeler avant de les presser. Cette technique permet de limiter leur impact sur la glande thyroïde.

Arrêtez de fumer : fumer est un facteur de risque important du développement de goitres. (16)

Consommez plus d’iode et de sélénium

Consommer suffisamment d’iode et de sélénium peut aussi limiter les effets des aliments qui perturbent la thyroïde en bloquant les goitrogènes. Il se trouve même qu’une carence en iode est un facteur de risque très connu qui peut contribuer au dysfonctionnement de la thyroïde. (17)

Deux bonnes sources alimentaires d’iode sont les algues, telles que le varech, le kombu ou les algues nori ainsi que le sel iodé. Moins d’une demi-cuillère à café de sel iodé suffit pour couvrir les besoins journaliers du corps en iode.

Toutefois une consommation trop importante d’iode peut aussi avoir des effets négatifs sur la thyroïde. Cependant, ce risque représente moins de 1%, alors vous ne devriez pas trop vous en préoccuper. (18)

Avoir un apport suffisant en sélénium peut aussi empêcher certaines maladies de la glande thyroïde. (19)

De très bonnes sources de sélénium sont les noix du Brésil, le poisson, la viande, les graines de tournesol, le tofu, les haricots cuits, les champignons portobellos, les pâtes de blé complet et le fromage.

A retenir : une alimentation variée, une bonne cuisson des aliments, une consommation suffisante d’iode et de sélénium et ainsi qu’arrêter de fumer ou éviter le tabagisme passif permettent de limiter les effets des goitrogènes sur le fonctionnement de la glande thyroïde.

Devriez-vous vous inquiéter de la présence des goitrogènes ?

La réponse globale est non, ce n’est pas la peine. A moins que votre fonction thyroïdique soit déjà limitée ou rencontre des difficultés, vous n’avez pas besoin de limiter votre consommation d’aliments qui contiennent des goitrogènes.

En plus, lorsque ces aliments sont cuits ou consommés avec modération, ils ne devraient pas être dangereux pour qui que ce soit, pas même pour les personnes qui ont des problèmes de thyroïde. (17)

Il se trouve aussi que beaucoup d’aliments qui perturbent la thyroïde sont aussi très importants d’un point de vue nutritionnel, même s’ils contiennent des goitrogènes.

Par conséquent le risque que représentent les aliments qui perturbent la thyroïde n’est pas très grand, et les bienfaits sur la santé que ces aliments peuvent avoir sont bien plus importants.

Sources et crédit photo:

doctissimo.fr authoritynutrition.com futura-sciences.com medecine.savoir.fr