Sureau noir: plante médicinale et l’un des meilleurs antiphlogistiques !

Le Sureau noir est généralement un grand arbuste à propagation rapide, moins souvent un arbre, rarement de plus de 6 m de haut. Feuilles opposées et pennées impaires à folioles ovales, irrégulièrement dentelées. Fleurs disposées en cymes terminales plates, régulières, pentamères, à calice tubulaire et corolle blanc jaune rotacée. Les fruits sont de petites drupes globuleuses, noir violacé, à trois graines et à chair molle qui laisse des taches rouge violet. Les fruits sont utilisés comme colorant naturel, par exemple pour colorer boissons et aliments. En médecine populaire on utilise aussi mais dans une moindre mesure, l’espèce voisine : le Sureau à grappes (Sambucus racemosa) et le Sureau hièble (Sambucus ebulus). Ceux-ci, toutefois, sont légèrement toxiques.

  • Autres appellations : sambu, hautbois.
  • Parties utilisées : seconde écorce (de branches d’ 1 ou 2 ans), fleurs, baies.
  • Principaux composants : nitrate de potasse (une des plantes les plus riches), alcaloïde (sambu- cine), glucoside (sambunigrine)…

Propriétés :

l’un des meilleurs antiphlogistiques (qui combat les inflammations)

baies :


  • purgatif
  • antirhumatismal
  • antinévralgique seconde écorce :
  • diurétiquedéchlorurant, laxatif
  • antirhumatismal et antigoutteux
  • dissolvant des calculs (?)
  • antiépileptique

fleurs :

  • sudorifique
  • diurétique
  • dépuratif
  • galactogène.

Indications :

baies :

  • constipation
  • névralgies

seconde écorce :

  • rhumatisme, goutte
  • hydropisie
  • néphrites
  • lithiase urinaire
  • tous les cas de rétention liquidienne dans l’orga­nisme
  • épilepsie essentielle

fleurs :

  • rhumes
  • bronchites, asthme
  • rhumatisme
  • fièvres éruptives : rougeole, scarlatine (favorise l’éruption)
  • affections oculaires
  • affections rénales, cystites
  • tuberculose
  • dermatoses, furoncles (usage externe).

Sureau noir Utilisation :

Usage interne :


Quelques lectures intéressantes:

baies :

  • 20 à 30 g de suc le matin (constipation, névralgies) ou 20 à 30 g d’extrait (roo de sureau)

seconde écorce :

  • décoction avec 2 poignées par litre. Réduire de moitié. A boire dans la journée (rhumatismes, goutte, rétention liquidienne)
  • extrait aqueux : 0,20 g à 1 g par jour
  • contre l’épilepsie essentielle : 50 g + 150 g d’eau chaude. Infuser 48 heures. Prendre le matin à jeun, par moitié, à 1/4 d’heure d’intervalle. Faire ainsi chaque semaine, pendant 2 mois

fleurs :

  • 1 poignée par litre d’eau bouillante. Infuser 10 mi­nutes. A volonté (bronchites, rhumatismes, fièvres éruptives).
  • Tisane diurétique :
    • fleurs de sureau : aa 10 g
    • fleurs de bourrache : aa 10 g
    • fleurs de souci : aa 10 g
    • pariétaire : 20 g
    • eau bouillante : 600 g

infuser 1 heure. Passer avec expression et ajouter 100 g de sirop de menthe. Par verres en 24 heu­res.

  • Apozème diurétique :
    • écorce de sureau : 10 g
    • eau : 400 g

bouillir 2 minutes. Infuser 10 minutes. Ajouter 3 g d’extrait de genièvre. 1 cuillerée à soupe toutes les 2 heures (ascite, néphrite).

  • Vin diurétique :
    • écorce moyenne de sureau : 10 g
    • vin blanc : 1 litre

laisser macérer 2 jours, de 100 à 150 g par jour.

Usage externe :

  • 2 poignées de fleurs dans 1 litre d’eau bouillante. Infuser 10 minutes. Compresses adoucissantes et bains chauds pour engelures. Bains d’yeux pour les affections oculaires, l’eczéma des paupières.

Crédit photo: www.sureau.biologique.bio

 




Vous êtes praticien santé ou paramédical ? Boostez votre visibilité en vous inscrivant gratuitement sur Therapeutes.com