Rhume de cerveau: Symptômes et Précisions

Le nez est l’organe le plus atteint par le rhume de cerveau. C’est lui qui fait entièrement les frais de cette maladie, la plus courante de toutes.

Pas moins d’une quarantaine de virus sont à l’origine d’une rhinite aiguë. Et bon nombre de ces virus peuvent être trouvés sur des personnes en bonne santé, porteurs asympto­matiques.

Le germe d’un rhume de cerveau est transmis par l’un de ses porteurs lorsque celui-ci parle, tousse ou éternue, ou bien au contact d’un objet qui a été contaminé par lui. La période d’incubation varie de un à quatre jours.


Une bonne santé ne constitue pas nécessairement une barrière au rhume de cerveau, mais la dépression, la fatigue et la tension nerveuse réalisent des terrains très favorables. Des expériences menées en Angleterre ont montré que le coup de froid n’était pas un facteur majeur de l’affection.

Danger: Le rhume de cerveau, en réduisant les capacités de  résistance de l’organisme, particulièrement chez l’en­fant ou chez les personnes âgées, peut conduire à une pneumonie, une trachéo- bronchite, une laryngite, une infection des sinus ou des troubles auriculaires. Dès qu’il est accompagné d’une fièvre élevée (plus de 39 °C) ou d’une douleur d’oreille, thoracique ou pulmonaire, il faut appeler un médecin.


Quelques lectures intéressantes:

Un germe courant présent dans le nez ou la gorge d’une personne en bonne santé peut proliférer en cas de rhinite sévère, lorsque les défenses naturelles de l’organisme se trouvent affaiblies par la lutte contre l’affection. Celle-ci évolue alors en bronchite, en otite ou en sinusite, particulièrement chez l’enfant dont les forces de résis­tance ne sont pas encore suffisamment développées.

Rhume de cerveau Symptômes :

La rhinite aiguë débute brutalement, prenant le patient au dé­pourvu. Il a la gorge irritée, le nez qui coule, il est sujet à des crises d’étemue- ment et ressent un malaise diffus. L’enfant peut manifester une petite fièvre.

Le mal de tête est habituellement modéré ; s’il est intense, il faut suspecter une complication ou une autre maladie. Une perte de l’odorat ou du goût est fréquente, ainsi que des courbatures dans le dos ou les jambes , la toux est plus rare. Par la suite, le nez se bouche, le besoin de se moucher devient constant, la voix s’affaiblit ou s’enroue.

Vous êtes praticien santé ou paramédical ? Boostez votre visibilité en vous inscrivant gratuitement sur Therapeutes.com