Currently set to Index
Currently set to Follow

Qu’est-ce que le « cycle syncing » ? Votre naturopathe vous répond

Qu’est-ce que le « cycle syncing », la méthode qui adapte l’alimentation, l’exercice physique et la gestion de son temps au cycle menstruel ?

Les femmes sont soumises à un cycle d’environ 28 jours. Lors de ce cycle nous pouvons ressentir des fluctuations hormonales notamment les œstrogènes et la progestérone qui se manifestent au travers de notre énergie, de notre créativité, de notre rapport à l’alimentation, de notre humeur ou encore de notre fertilité.

Je vous suggère d’ailleurs la lecture du livre « Lune rouge, les forces du cycle féminin » de Miranda Gray qui explique les trésors cachés du cycle et de la féminité.


Lorsque nous prenons la pilule nous sommes soumises à des hormones synthétiques qui modifient les vrais ressentis dus aux hormones naturelles.

De nombreuses femmes souhaitent reprendre la main sur leur corps et se synchroniser à nouveau à leur cycle. La méthode syncing permet cela.

Les différentes phases du cycle féminin

Il existe quatre phases dans le cycle féminin, la phase menstruelle les sept premiers jours du cycle, la phase folliculaire les jours huit à treize, la phase ovulatoire les jours 14 à 21 et enfin la phase lutéale les jours 22 à 28. Accompagner ces phases permettra d’être en accord avec les fluctuations hormonales et ainsi être mieux dans son corps et son esprit.

En quoi consiste la synchronisation du cycle

La synchronisation du cycle repose sur la gestion de l’alimentation, de l’exercice physique, de son emploi du temps personnel et professionnel en se calant sur les quatre phases du cycle féminin.

Quels sont les avantages de cette méthode

Ils sont assez conséquents et ont des répercussions sur les douleurs liées aux règles, les symptômes prémenstruels, la libido, la fertilité et les troubles hormonaux.

La méthode

La première phase

C’est la phase dite menstruelle qui démarre le premier jour des règles, sang issu de l’endomètre ou muqueuse utérine qui se désagrège.

Il va être important de ressentir pendant les différentes phases les modifications physiques et psychiques qui en découlent.

Lors de cette première phase les femmes ressentent souvent le besoin de se recentrer, de ralentir et de se connecter à leur intériorité.

La perte de sang entraine le besoin de se cocooner, de se réchauffer et de consommer des aliments riches en fer pour en compenser la perte comme les légumineuses, le chocolat noir, le boudin, le foie, la spiruline ou encore différentes noix. Les soupes chaudes constituées de légumes (choux, épinards, champignons, haricots, blettes) seront les bienvenues ainsi qu’une nourriture nourrissante et anti-inflammatoire riche en oméga-3 (petits poissons gras et huiles de noix, chanvre, colza, cameline ou lin), les épices comme le curcuma, la cannelle ou le cumin.

N’oubliez pas de boire suffisamment d’eau car le fait de saigner entraine aussi des déperditions d’eau.

L’exercice physique devra être doux et adapté à la période, le Pilates ou le yoga seront conseillés et il ne faut pas hésiter à pratiquer également des techniques comme le massage ou la sophrologie. C’est le moment de prendre soin de soin et de se reposer.

La deuxième phase

Il s’agit de la phase folliculaire qui voit le niveau hormonal progresser de façon régulière, surtout les œstrogènes.


Quelques lectures intéressantes:

L’énergie va se remettre ainsi à augmenter avec des répercussions physiologiques et psychiques. Pendant cette période l’organisme se prépare à libérer un ovule et les femmes se sentent davantage en énergie, confiantes et prêtes à entrer en action.

C’est le moment de consommer des aliments énergétiques comme les légumes verts riches en vitamines, minéraux et oligo-éléments ou encore des oméga-3, des protéines et des aliments riches en vitamine E pour favoriser la croissance des follicules comme l’huile de germe de blé, les amandes, les graines de tournesol, les noix, les œufs de poisson, les avocats ou encore les épinards. En ce qui concerne l’exercice physique il pourra être plus intense et dynamique et ce sera le moment propice pour bouger, organiser, planifier ou découvrir de nouvelles activités.

La troisième phase

C’est la phase ovulatoire qui libère l’ovule dans les trompes de Fallope et qui arrive en principe autour du 14° jour. Les œstrogènes sont à leur plus haut niveau et la progestérone commence à augmenter pour une éventuelle future gestation.

C’est donc la période propice pour les projets. Les femmes se sentent à ce moment de leur cycle alertes, passionnées et plus amoureuses. L’organisme est de son côté prêt à éliminer le trop plein d’œstrogènes et de toxines.

L’ovulation peut entrainer des symptômes comme les nausées, la constipation ou encore les crampes. L’assiette devra donc être riche en antioxydants que l’on trouvera dans les légumes et fruits frais de saison. Les aliments riches en magnésium sont les bienvenus pour rétablir le juste équilibre entre œstrogènes et progestérone.

Les aliments riches en eau et en fibres comme les fruits et légumes seront à mettre à l’honneur pour lutter contre une éventuelle constipation.

Enfin les aliments riches en vitamines du groupe B comme les levures, céréales complètes ou les oléagineux vont contribuer à faciliter la libération de l’œuf et son éventuelle implantation. L’exercice physique pourra être intense et de préférence collectif.

La quatrième phase

Enfin la phase dite lutéale. Soit l’ovule va être fécondé et va aller s’implanter dans la muqueuse utérine qui du coup s’épaissit pour se transformer en nid douillet, dans ce cas les niveaux hormonaux sont très hauts. Soit il n’y a pas fécondation, les niveaux de progestérone et d’œstrogènes vont baisser et la muqueuse va se désagréger entrainant parfois une humeur irritable et autres symptômes prémenstruels. Logiquement la femme va à nouveau se recentrer et avoir besoin de se dorloter, elle se sent plus casanière.

C’est le moment d’effectuer des tâches plus routinières. L’exercice physique quand à lui devra être plus doux comme dans la phase menstruelle.

L’assiette devra comporter des aliments riches en oméga-3, en vitamine C pour favoriser la fabrication de progestérone en cas de nidation et privilégier les légumes de saison. Des aliments plutôt chauds et réconfortants sont à privilégier notamment le fameux bouillon d’os ou de légumes riches en minéraux et hydratant.

Article rédigé par Laurence Guillon

Naturopathe à Lille (Nord) et à Colombes (Hauts de Seine)

Possibilité de consultation en vidéo

Laurenceguillon.naturo@gmail.com

06 07 04 26 76




Vous êtes praticien santé ou paramédical ? Boostez votre visibilité en vous inscrivant gratuitement sur Therapeutes.com