Currently set to No Index

Oreillons: Symptômes, Prévention et Traitement

Oreillons (parotidite épidémique)

Cette infection virale aiguë, très commune, affecte les glandes salivaires et éventuellement, chez les adultes, les testicules et les ovaires. Maladie bénigne chez les enfants, qui sont le plus exposés entre 5 et 13 ans, les oreillons peuvent devenir sérieux au-delà de la puberté.

Oreillons Contagion : Elle est forte et s’effectue par l’intermédiaire des gouttelettes de salive infectée – éternuement, toux, respiration – ou du contact avec n’im­porte quel objet touché par le patient. Incubation : Dix-sept ou dix-huit jours en moyenne, la fourchette s’étendant de douze à vingt-six jours.


Oreillons Durée : Environ trois semaines à comp­ter de l’apparition du premier symp­tôme.

Oreillons Danger : Chez les sujets masculins ayant dépassé le stade de la puberté, les oreillons peuvent être à l’origine d’une Orchite 253, avec atrophie des testicules. Ils peuvent aussi avoir un effet très nocif sur d’autres organes comme le cœur, la glande thyroïde et le système nerveux central, et prédisposer à une Pancréatite aiguë. Pendant les quatre premiers mois de la grossesse, les oreillons peu­vent provoquer une difformité du fœtus.

Oreillons Symptômes :

Une fièvre modérée ou élevée se déclare peu après que les glandes salivaires ont commencé à enfler sous la mâchoire ou devant l’oreille, ou encore sous l’oreille, bilatéralement ou unilatéralement. L’enflure et la douleur sont parfois considérables.


Quelques lectures intéressantes:

On dispose d’un test très simple avant même l’apparition des symptômes ca­ractéristiques : il suffit de donner un cornichon ou un citron au patient ; le test est positif si celui-ci ressent une douleur. Le fait d’ouvrir la bou­che ou d’avaler augmente souvent la souffrance.

La salive est d’ordinaire peu abon­dante, mais il arrive aussi également qu’elle soit excessive ; de toute manière, elle n’est jamais normale La bouche est sèche, la langue chargée, les ganglions du cou hypertrophiés. L’enflure dispa­raît généralement vers le dixième jour.

Oreillons Traitement :

Il n’existe pas de traite­ment spécifique. Le patient doit être mis à l’écart et au repos pendant huit jours. Une bonne hygiène de la bouche est conseillée, de même qu’un régime à base d’aliments tendres ou liquides évitant la mastication et les déglutitions doulou­reuses. Les compresses chaudes ou froides apportent un certain réconfort aux régions affectées. Si les testicules sont touchés, voir le traitement appro­prié à Orchite.

Oreillons Prévention :

Il est souhaitable que les enfants contractent les oreillons de bonne heure. Au-delà de la puberté, il faut immuniser les garçons qui n’ont jamais eu la maladie s’ils y ont été exposés. L’effet de l’immunisation pas­sive au moyen des immunoglobulines est discutable. Le vaccin vivant atténué confère une immunité passagère (quatre ans) mais ne doit être administré ni aux femmes enceintes ni aux personnes allergiques aux œufs ou à la néomycine ; il est associé de manière satisfaisante aux vaccins contre la rougeole et la rubéole.

Pronostic : La maladie confère une immunité à vie à plus de 95 p. cent des sujets.




Vous êtes praticien santé ou paramédical ? Boostez votre visibilité en vous inscrivant gratuitement sur Therapeutes.com