Notre ventre, ce deuxième cerveau au temps du «Métro-Boulot-Dodo»

« Dis-moi ce que tu manges, je te dirai qui tu es. » Disait le célèbre gastronome Jean Anthelme Brillat-Savarin. 

NON AU DÉJEUNER SUR LE POUCE ! Manger à toute vitesse ? Habitude encore et toujours plus présente dans le mode de vie des français. Elle s’est grandement accentuée depuis la crise Covid avec la fermeture des restaurants et le télétravail renforcé (avec ou sans présence obligatoire au bureau). 

Au temps où les restaurants sont donc fermés et que les travailleurs n’ont d’autres choix que d’acheter des repas rapides à manger le midi et peu de temps le soir pour réellement cuisiner, le ventre se retrouve malmené et peut avec le temps conduire à des conséquences pouvant avoir des répercussions sur votre corps et votre esprit. 


Votre ventre compte pas moins de 100 millions de neurones, et s’avère être le siège de votre immunité, mais ce n’est pas tout. C’est à cet endroit qu’est synthétisé la sérotonine, la fameuse hormone du bonheur. 

Après un tel constat, prendre soin de sa sphère abdominale, c’est protéger son esprit mais aussi son corps dans sa globalité. 

Manger pratiquement les mêmes plats à l’heure du déjeuner, souvent fades la plus part du temps et peu équilibrés dans le seul but de « tenir la journée» n’a rien de bénéfique pour l’organisme. Cette pause déjeuner n’est plus perçue comme un moment de repos permettant de morceler la journée en plusieurs étapes mais devient une étape nécessaire pour apporter de l’énergie au corps pour qu’il puisse continuer sa journée à un rythme effréné. L’envie et le plaisir de manger sont remplacés par le « devoir faire » pour la simple nécessité d’assurer ses performances au travail et d’éviter la fameuse crise d’hypoglycémie ou le coup de fatigue de la mi-journée.

Cependant, bien manger à la pause déjeuner ne veut pas simplement dire : prendre son temps pour digérer, il s’agit aussi de manger équilibré. 

Contrairement aux idées reçues, le sandwich n’est pas forcément à proscrire, le but est simplement de diversifier son alimentation et éviter de prendre le même plat tous les midis. 

Un sandwich le lundi, une salade le mardi, une soupe le mercredi et ainsi de suite. 

De plus en plus de clients viennent consulter avec comme sensations des maux de tête, ballonnements, remontées acides, fatigue post-prandiale (état de fatigue après avoir manger) etc… 

Ces maux qui se manifestent après avoir manger en un temps record pour vite reprendre le travail sont devenus des plaintes beaucoup plus courantes qu’auparavant. 


Quelques lectures intéressantes:

De plus il est important de mettre en lumière le fait que l’alimentation est importante mais il ne faut pas oublier qu’une bonne hydratation est également essentielle au bon fonctionnement de l’organisme. Votre corps a besoin d’être hydraté tout au long de la journée pour tenir le rythme : aussi bien pour votre cerveau et votre concentration afin d’éviter les violentes migraines de fin journée que pour favoriser et faciliter votre digestion. 

Attention, la surconsommation de café ne rentre pas dans l’idée d’hydratation dont nous parlons ici. Pensez donc à consommer suffisamment d’eau tout au long de la journée (environ 1,5 litre).

N’hésitez pas à vous concocter le soir des plats à emporter avec vous au travail ainsi qu’une gourde ou une bouteille d’eau afin d’optimiser votre temps de pause déjeuner en évitant de courir vers la grande surface la plus proche et surtout vous offrir ce privilège d’un repas équilibré avec les aliments que vous aviez soigneusement choisi la veille. 

Et si vous n’avez pas d’idées de recette? 

Pas de panique! De nombreux sites prévus à cet effet sont là pour vous donner envie de manger équilibré et vous redonner le goût et le plaisir de vous alimenter sainement même pendant une journée qui défile à toute vitesse.

Enfin j’ajouterais : « dis moi ce que tu manges je te dirais ce que tu as » .

Le vente nous parle et sait bien se faire comprendre. 

Des ballonnements situés côté gauche de votre ventre peuvent indiquer une consommation excessive de protéines, tandis que le côté droit peut symboliser un excès de prise de glucides. De plus, des ballonnements situés au dessus du nombril puis qui auraient tendance à se diffuser dans tout l’abdomen peuvent orienter vers une possible intolérance au gluten. 

Ces signes correspondent aux fonctions que possèdent les différentes parties de votre colon dans l’assimilation des différentes substances qu’il reçoit. 

Si ces symptômes apparaissent après un changement d’habitudes alimentaires, écoutez votre corps et réajustez votre alimentation. En revanche si ces signes restent marqués même en l’absence de surconsommation de ces aliments, il serait judicieux d’en parler avec votre médecin traitant qui vous proposera peut être des examens complémentaires afin de s’assurer que tout aille bien et qu’il n’y a pas de causes sous jacente à cette plainte. 

Enfin, souvenons nous ensemble de cette belle citation de Alice May Brock, aussi encourageante qu’inspirante : « Nous sommes ce que nous mangeons, mais ce que nous mangeons peut nous aider à être beaucoup plus que ce que nous sommes ».

Article rédigé par Constance Jego, Ostéopathe à Paris


👩‍⚕️ Vous êtes praticien santé ou paramédical ? Boostez votre visibilité en vous inscrivant gratuitement sur Therapeutes.com