Currently set to Index
Currently set to Follow

L’hypnose contre l’hypocondrie : quelle efficacité ?

L’hypocondrie correspond à un trouble de santé mental : la personne concernée ressent une peur et une anxiété démesurée concernant sa santé et le bon fonctionnement de son corps. Elle s’inquiète régulièrement voire constamment d’être malade.

Dans cet article, nous parlerons des symptômes de ce trouble ainsi que des conséquences au quotidien pour en venir aux solutions possibles, dont l’hypnose.

Qu’est-ce que l’hypocondrie ?

Dès que la personne souffrant d’hypocondrie ressent une douleur, un symptôme, elle soupçonne une maladie et se rend chez le médecin pour faire une batterie d’examens.


Malgré les résultats négatifs, la personne n’est pas forcément rassurée. Elle n’a d’ailleurs pas souvent confiance dans les médecins et/ou dans les méthodes de détection d’un problème éventuel.

Elle peut avoir peur que le problème n’ait pas été détecté. Pour d’autres, les résultats peuvent apaiser pendant un temps, jusqu’au retour d’un symptôme.

L’hypocondrie est une peur reliée à l’anticipation d’une situation imaginaire où la personne se considère déjà malade. Elle a des inquiétudes concernant ce qui va se passer dans le futur, des suites de sa pathologie, imagine des scénarios catastrophes.

Elle passe beaucoup de temps à ruminer ses pensées négatives.

L’hypocondrie est différente de la nosophobie. Une personne souffrant de nosophobie a peur d’attraper des maladies alors que lorsqu’elle souffre d’hypocondrie, elle se considère comme déjà malade et a peur des conséquences à venir.

La nosophobie ou la peur d’attraper une maladie

La nosophobie est la peur irrationnelle de développer une maladie. Elle provoque également une forte souffrance psychologique, un isolement social et peut amener à développer des troubles obsessionnels compulsifs (TOC) comme le lavage des mains excessif par exemple.

Une personne souffrant de nosophobie va avoir tendance à développer un système d’évitement des endroits comme les hôpitaux, les transports en commun, les parcs d’attractions, mais aussi vis-à-vis d’un certain nombre de contacts physiques, de rapports sexuels… afin d’éviter au maximum les contacts.

La personne concernée peut par exemple se méfier de tout ce qu’elle mange, est-ce que les aliments ont bien été lavés, cuits…, mais aussi s’il n y a pas la présence d’une seringue sur un siège lorsqu’elle s’assoit…

Les symptômes de l’hypocondrie

L’hypocondrie se caractérise par des “crises” ou au contraire, est présente de manière constante. Les principaux symptômes physiques d’une crise sont les suivants :
– Des douleurs
– Des palpitations
– Des crampes
– Des fourmillements…


Quelques lectures intéressantes:

La personne souffrant d’hypocondrie est à l’écoute permanente de son corps. Elle peut aussi développer une obsession à se renseigner sur tout ce qui touche la santé via les sites internet, les objets connectés permettant de mesurer un grand nombre de données relatives au corps…

Les inquiétudes peuvent s’orienter vers un organe en particulier (le cœur, les reins…) ou sur une fonction, comme le tube digestif. Les inquiétudes peuvent également concerner des maladies dont on parle souvent telles que le sida ou le cancer.

Chaque symptôme physique est considéré comme révélateur d’une maladie grave, potentiellement mortelle.

Un cercle vicieux se met généralement en place : la peur d’être malade génère des réactions physiques comme des sensations d’étouffement, des vertiges, des palpitations… qui peuvent aboutir dans certaines situations, à une crise d’angoisse. Si la personne n’est concrètement pas malade, son angoisse est quant à elle bien présente.

Dans les cas les plus sévères, les personnes souffrant d’hypocondrie enclenchent inconsciemment par elle-même les maux, initialement non présents. La souffrance psychologique a quant à elle un caractère bien réel.

Les causes

En général, l’hypocondrie se développe chez des personnes au tempérament anxieux. Elles ont un besoin constant d’être rassuré face à de nombreuses inquiétudes. L’hypocondrie peut aussi être associée à une dépression, qui peut aggraver les symptômes. Dans cet état de mal être psychologique, les personnes ont l’impression que leur corps s’arrête de fonctionner, que leurs organes ont de graves problèmes pouvant entraîner la mort.

On retrouve plusieurs raisons possibles des causes de l’hypocondrie :
– une peur panique de la mort ou des signes de vieillesse qui apparaissent
– une peur de l’abandon
– un traumatisme lié à la maladie et/ou la mort d’un proche…

L’hypocondrie concerne aussi bien les hommes que les femmes, les personnes âgées que les jeunes. Elle est également difficile à vivre pour l’entourage.

Les solutions possibles

Plusieurs approches sont recommandées pour accompagner les problèmes d’hypocondrie : la psychothérapie, la thérapie cognitivo-comportementale (TCC), l’hypnothérapie.

En hypnose, le principe est de réapprendre des nouveaux schémas de fonctionnement afin de bien faire la distinction entre les préoccupations générales au sujet de la santé, du bien-être et la peur irrationnelle.
En état hypnotique, vous faites appel à vos propres ressources internes inconscientes. Ces ressources que nous ne savons pas forcément comment mobiliser. Cet état permet à chacun de s’aider soi-même à trouver ses propres solutions.

C’est avec plaisir d’échanger si vous avez la moindre question. Retrouvez toutes les informations sur l’hypnose ainsi que mes coordonnées sur :

Therapeutes.com

Bien à vous,
Laurie Le Borgès
Hypnose Paris 10




Vous êtes praticien santé ou paramédical ? Boostez votre visibilité en vous inscrivant gratuitement sur Therapeutes.com