Les myosites : explications et traitements naturels efficaces

La myosite est utilisée comme un terme générique qui regroupe l’inflammation des muscles mais aussi les dommages musculaires. Il n’existe aucun remède connu, mais beaucoup de personnes savent maîtriser la douleur, c’est pourquoi il est important d’être totalement renseigné à ce sujet.

Les myosites : ce qu’il faut savoir

Signes et symptômes

Il existe plusieurs types de myosite et les symptômes peuvent varier d’un cas à l’autre. Les symptômes courants de la plupart des formes de myosite peuvent inclure :

  • Se sentir très fatigué ou faible après s’être levé, avoir marché ou monté un escalier.
  • Être maladroit, trébucher ou tomber.
  • Difficulté à avaler ou à respirer.
  • Muscles douloureux, faibles ou douloureux après l’activité.
  • Faiblesse qui s’aggrave avec le temps (jours à mois).

Symptômes spécifiques pour chaque catégorie principale de myosite

  • La polymyosite

Les symptômes comprennent une faiblesse musculaire des deux côtés du corps, en commençant par le tronc. Avec le temps, elle entraîne une faiblesse croissante. Cela peut rendre difficile des actions comme monter des marches, se lever, soulever des objets ou atteindre quelque chose au-dessus de sa tête. D’autres symptômes comprennent l’essoufflement, l’arthrite ou des douleurs articulaires, des troubles de la parole ou de la déglutition et une perturbation des rythmes cardiaques inhabituels. (1)


  • La dermatomyosite

Cette maladie ressemble beaucoup à la polymyosite, mais elle a aussi des symptômes cutanés. Une éruption rougeâtre ou violacée peut apparaître sur le visage, le cou ou la poitrine, le haut du dos et les épaules, les genoux, les chevilles, les coudes et les paupières. L’éruption peut être écailleuse, sèche et rugueuse. Les personnes atteintes de dermatomyosite peuvent développer des bosses dures et douloureuses sous la peau (calcinose). Ils peuvent aussi avoir de douloureuses petites bosses sous la peau à cause d’une inflammation graisseuse (panniculite). La faiblesse touche surtout le haut du corps, le cou et les cuisses. Des douleurs et inflammations articulaires (arthrite) peuvent également survenir. (2)

  • La myosite à inclusions

Cette condition entraîne une faiblesse musculaire qui se répercute ensuite surtout sur les cuisses, les poignets et les doigts. Elle peut aussi causer des problèmes de déglutition. De nombreuses personnes atteintes de myosite à inclusions font beaucoup de voyages ou tombent assez souvent. (3)

  • La myosite juvénile

Cette maladie affecte les enfants, bien qu’elle puisse durer jusqu’à l’âge adulte. Elle provoque une faiblesse musculaire dans tout le corps. Il peut être difficile pour les patients de se lever, de s’habiller, de se coiffer, de se peigner, de monter les escaliers et de faire d’autres activités. Ils peuvent se sentir souvent faibles ou fatigués. De plus, la plupart des personnes atteintes de myosite juvénile ont une éruption cutanée. L’éruption est rouge ou violacée et se trouve souvent au-dessus des coudes, des genoux et des articulations. Une éruption violacée autour des yeux est également fréquente. L’affection peut également entraîner des bosses dures sous la peau et des difficultés à avaler. (4)

  • Une myopathie auto-immune nécrosante

Ce type de myosite est rare et provoque une faiblesse dans le haut et le bas du corps. L’apparition des symptômes peut être soudaine, bien moins souvent graduelle, et peut devenir très grave en quelques jours ou semaines seulement. D’autres symptômes peuvent inclure une perte de poids, des douleurs musculaires et de la fatigue. (5)

Causes de la myosite

La myosite est causée par tout type de pathologie qui entraîne une inflammation des muscles. Les causes de myosite peuvent être divisées en plusieurs catégories :

Conditions inflammatoires

Les pathologies causant l’inflammation dans tout le corps peuvent affecter les muscles, causant la myosite. Beaucoup de ces causes sont des maladies auto-immunes dans lesquelles le corps attaque ses propres tissus. Les pathologies inflammatoires causant une myosite potentiellement sévère incluent :

  • Dermatomyosite
  • Polymyosite
  • Myosite d’inclusions

D’autres pathologies inflammatoires ont tendance à causer des formes plus légères de myosite, notamment :

Les affections inflammatoires sont souvent les causes les plus graves de myosite, nécessitant un traitement à long terme.


Quelques lectures intéressantes:

Infections

Les infections virales sont les infections qui causent le plus souvent une myosite. Plus rarement, des bactéries, des champignons ou d’autres organismes peuvent aussi causer une myosite. Les virus ou les bactéries peuvent envahir directement le tissu musculaire ou libérer des substances qui endommagent les fibres musculaires. Les virus du rhume et de la grippe, ainsi que le VIH, ne sont que quelques-uns des virus qui peuvent causer la myosite.

Drogues

De nombreux médicaments et drogues peuvent causer des lésions musculaires temporaires. Comme l’inflammation des muscles n’est souvent pas identifiée, le problème musculaire peut être appelé myopathie au lieu de myosite. Les médicaments qui causent la myosite ou la myopathie comprennent :

  • Statines
  • Colchicine
  • Plaquenil (hydroxychloroquine)
  • Alpha-interféron
  • Cocaïne
  • Alcool

La myopathie peut survenir juste après avoir commencé à prendre un médicament, ou peut survenir après avoir pris un médicament pendant des mois ou des années. Parfois, elle est causée par une interaction entre deux médicaments différents. Les myosites graves causées par des médicaments sont cependant assez rares.

Blessures

L’exercice vigoureux peut entraîner des douleurs musculaires, des gonflements et une certaine faiblesse pendant des heures ou des jours après une séance d’entraînement. L’inflammation contribue à ces symptômes, ce qui en fait techniquement une forme de myosite. Les symptômes de myosite après l’exercice ou une blessure disparaissent presque toujours complètement avec le repos et la récupération.

Rhabdomyolyse

La rhabdomyolyse se produit lorsque les muscles se décomposent rapidement. Les douleurs musculaires, la faiblesse et l’enflure sont des symptômes de la rhabdomyolyse. L’urine peut aussi prendre une couleur brun foncé ou rouge.

Diagnostic de la myosite

Un médecin peut soupçonner une myosite en fonction des symptômes de faiblesse musculaire ou d’autres signes de myosite. Les tests pour la myosite incluent :

Des tests sanguins

Des niveaux élevés d’enzymes musculaires, comme la créatine kinase, peuvent signifier qu’il y a une inflammation musculaire. D’autres tests sanguins vérifient la présence d’anticorps anormaux qui peuvent identifier une maladie auto-immune.

IRM

Un scanner utilisant un aimant de grande puissance et un ordinateur crée des images des muscles. L’IRM peut aider à identifier les zones de myosite et les changements dans les muscles au fil du temps.

EMG

En insérant des électrodes à aiguille dans les muscles, un médecin peut tester la réponse des muscles aux signaux électriques nerveux. L’EMG permet d’identifier les muscles faibles ou endommagés par la myosite.

Biopsie musculaire

C’est le test le plus précis pour diagnostiquer la myosite. Un médecin identifie un muscle faible, fait une petite incision et prélève un petit échantillon de tissu musculaire pour le tester. La biopsie musculaire mène à un diagnostic final chez la plupart des personnes atteintes de myosite.

Il existe de nombreuses causes de faiblesse musculaire et de douleurs plus fréquentes que la myosite, et le dépistage de la myosite n’est pas un processus simple. Pour ces raisons, il faut faire preuve de patience car le processus de diagnostic de myosite peut être long.

 

Traitements naturels de la myosite

Régime anti-inflammatoire (pour la myosite auto-immune)

Lorsque vous vivez avec une maladie auto-immune, un régime anti-inflammatoire est de la plus haute importance. Sevrez lentement les mauvaises habitudes alimentaires et échangez-les contre des produits biologiques, des noix, des graines, de viandes blanches et de la volaille bio, du poisson sauvage, des œufs et des matières grasses saines, comme l’avocat, l’huile de noix de coco et d’olive.

De plus, l’ail, les oignons, le curcuma, le gingembre et le poivre de Cayenne aident tous à soulager l’inflammation.

Compléments

CoQ10

Selon une étude publiée par The Cleveland Clinic Journal of Medicine [http://www.ccjm.org/content/77/7/435.full], la CoQ10 (ubiquinone) peut être utile pour traiter les symptômes de la myosite.

Les statines abaissent les taux de CoQ10. Les personnes qui prennent des statines devraient commencer un supplément de CoQ10. Si vous avez plus de 30 ans, prenez la forme de CoQ10 connue sous le nom d’ubiquinol. Vous pouvez commencer avec 200 mg. par jour, mais par précaution demandez un avis à un professionnel de santé.

Probiotiques

Le « Journal of Clinical Nutrition » a publié une étude [http://jn.nutrition.org/content/137/3/798S.long] qui a révélée que les probiotiques modulent la réponse immunitaire et augmentent l’activité tueuse naturelle et les fonctions des cellules T des cellules immunitaires hôtes. Cela les rend efficaces dans le traitement des maladies auto-immunes.

Vous êtes praticien santé ou paramédical ? Boostez votre visibilité en vous inscrivant gratuitement sur Therapeutes.com