Le yoga peut avoir des avantages sociaux pour les enfants hospitalisés d’après une étude

Une nouvelle étude de l’Université de Nottingham en Angleterre (classée parmi les meilleures au monde) a constaté qu’un certain type de yoga pourrait potentiellement aider à améliorer la santé et le bien-être psychologique des enfants hospitalisés ou sous traitement.

L’étude est intitulée «Le Kundalini Yoga comme outil de récupération: une étude sur les enfants pris en charge et leurs soignants», publiée dans le « Journal of Children’s Services ». Cette étude a révélé que la pratique du Kundalini yoga dans les centres de soins, lorsque le personnel et les enfants sont impliqués, procure de nombreux avantages sociaux et individuels.

Une recherche menée pour le ministère de l’Éducation a démontré que les enfants pris en charge ont des besoins plus élevés en matière de santé physique bien sûr, mais aussi mentale, que leurs homologues en bonne santé.

«La pratique créative en tant qu’outil de récupération»

Cette nouvelle étude a été menée sous le signe de la «pratique créative en tant qu’outil de récupération» et a examiné l’hypothèse selon laquelle la créativité partagée et l’expérience collective peuvent favoriser la résilience dans la santé mentale et le bien-être des communautés traditionnellement divisées, par exemple le personnel des foyers et les enfants.

L’étude a été menée par des experts de l’Institut de santé mentale de l’Université de Nottingham, en collaboration avec des collaborateurs externes, tels que Mark Ball, gestionnaire d’Edge of Care au Nottingham City Council (enfants et familles), Emily Haslam-Jones, Kundalini enseignante de yoga à Yoganova et David Crepaz-Keay de la Fondation pour la santé mentale.

Les experts ont testé un programme de 20 semaines de yoga Kundalini dans trois foyers situés dans les East Midlands. Le programme a été évalué en fonction des taux de recrutement et de rétention, des questionnaires d’auto-déclaration des participants et des entrevues semi-structurées.

Vous aimerez aussi :  Prasarita Padottanasana : posture des pieds écartés (explications et vidéo)

Les résultats montrent que la pratique du yoga dans les foyers d’enfants, surtout lorsque la participation est élevée, a le potentiel d’encourager la cohésion et d’améliorer la santé et les résultats psychologiques pour les enfants en soins.

Tous les participants ont indiqué que l’influence de l’étude était personnellement significative tant sur le plan individuel (c’est-à-dire qu’ils se sentaient plus détendus) que sur le plan des avantages sociaux (ils se sentaient plus ouverts et positifs).

Des prestations sociales de grande portée

Les individus ont rapporté que les séances de yoga les ont aidé à leur montrer des exercices bénéfiques qu’ils pourraient utiliser dans divers contextes, comme avant d’aller au lit, ou au cours des moments émotionnellement difficiles au travail ainsi qu’à la maison.

Les bénéfices sociaux ont également été importants, certains participants ayant déclaré qu’ils se sentaient plus positifs, ouverts aux autres et, par conséquent, avaient observé une amélioration de leur vie sociale et de leur travail.

Certains membres du personnel et les résidents ont remarqué que d’autres personnes interagissaient plus positivement avec eux.

Le Dr Elvira Perez, chercheur principal à Horizon, membre de l’Institut de santé mentale et principal auteur de l’étude, déclare: «Les résultats sont très intéressants car ils suggèrent que la pratique du yoga Kundalini, impliquant à la fois le personnel et les enfants est un outil pertinent qui peut mener à des bénéfices individuels et sociaux, ce qui pourrait avoir des avantages énormes pour les enfants pris en charge ainsi que pour tout le personnel travaillant dans les milieux résidentiels.

Vous aimerez aussi :  Virabhadrasana II : posture du guerrier II (explications et vidéo)

« L’étude a généré un certain nombre de précieux principes directeurs et des recommandations qui pourraient étayer le développement de toute intervention future pour les enfants en soins et le personnel travaillant dans ces foyers. »