Currently set to Index
Currently set to Follow

Le concept du «less is more» pour mieux résister à l’envie de sortir

Adoptez le concept du « less is more » en confinement pour mieux résister à l’envie de sortir, grâce à la méditation et au coaching, par Flore Thuong.

 

Dans un contexte de crise sanitaire sans précédent où l’injonction omniprésente est  « Restez chez vous » ou « stay home» , pour les anglophones…


On constate que cet état de confinement n’est pas respecté par tous et ralentit ainsi la diminution de la propagation du virus.

Si l’on se réfère au philosophe grec Aristote qui pense que « l’homme est un animal social », dont les besoins d’appartenance prennent le dessus sur ceux de dominance, on pourrait peut-être mieux comprendre cette irrésistible tentation de sortir pour se regrouper…

Et si ce que vous alliez chercher à l’extérieur (parfois plus de vivres que nécessaire, des interactions humaines par le jogging alors que vous détestiez courir avant le 17 mars …) se trouvait à l’intérieur de vous ?

Je vous propose d’adopter le concept du « less is more », soit l’idée de vous satisfaire du minimum et de profiter pleinement de ce que vous avez déjà chez vous et en vous !

Voici quelques astuces inspirées du coaching et de la méditation pour vous sentir de plus en plus léger(e) et comblé(e) intérieurement.

3 étapes pour se satisfaire du minimum et se sentir bien chez soi

Etape N°1 : Accepter vos émotions

Nous abordons la 4ème semaine de période de confinement.

Nous sommes passés brutalement de la liberté totale de circuler à l’état de confinement.

Ce changement de paradigme a bouleversé nos habitudes de vie et nos schémas comportementaux.

Et comme tout changement brutal et non anticipé, cela peut provoquer des réactions similaires à celles que l’on peut éprouver après le deuil d’un proche.

La psychiatre suisse, Elisabeth Kübler-Ross a décrit les 5 stades de la courbe du deuil :

  1. Le choc, puis le déni (allocution du président E.Macron du 12 mars sur la crise sanitaire, puis le confinement du 17 mars)
  2. La colère (contre la situation subie)
  3. Le marchandage (regrets ou culpabilité de ne pas avoir vu arriver la pandémie)
  4. La tristesse ou la dépression (incertitude des lendemains, émergence de peurs enfouies dans un environnement anxiogène de crise sanitaire)
  5. L’acceptation de la situation (la crise sanitaire est présente et elle est planétaire, c’est un fait)

Il est donc important d’accepter ses émotions et ses sentiments négatifs comme la colère, l’incertitude, la peur, la sidération qui sont légitimes. Cela permet de passer à autre chose, vers un autre paradigme qui n’est pas encore bien défini.

On peut ainsi plus facilement aller puiser en soi les ressources intrinsèques nécessaires pour faire face à la situation, à « l’ennemi invisible ».

Il n’est pas forcément évident de traverser ces différents stades seul ; aussi un accompagnement en coaching de vie pourra être envisagé pour faciliter cette « traversée du désert » et susciter la motivation.

 

Etape N°2: Créez votre cocon sur mesure en simplifiant

« Une maison est percée de portes et de fenêtres, c’est encore le vide qui permet l’habitat. »  Lao Tseu

Pour ce faire, il est pertinent de s’alléger et de simplifier, à commencer par l’intérieur de sa maison ou son appartement :

Comment ?


Quelques lectures intéressantes:

  • Désencombrez vos pièces : triez, jetez, mettez de côté pour donner (après le confinement)
  • Customisez vos vêtements (ceux que vous trouvez un peu démodés)
  • Soyez sélectifs : ne gardez que ce qui vous plaît vraiment
  • Nettoyez (c’est votre ménage de printemps) fenêtres ouvertes et chantez si le coeur vous en dit !
  • Coupez-vous le plus possible de l’information en continu : testez une journée sans info,  vous vous sentirez probablement plus léger(e) en fin de journée
  •  Apportez une ambiance agréable à votre intérieur et interpellez vos 5 sens (diffusez des huiles essentielles de lavande ou verveine, repeignez un mur en rose, cuisinez en prenant tout votre temps, offrez-vous un gommage du corps…)
  • Pratiquez un sport doux comme le yoga  ou le Pilates ou plus dynamique comme le step ou le saut à la corde
  • Soyez en lien avec la nature : si vous avez la chance d’avoir un jardin, prenez le temps de voir le printemps s’y installer avec l’éclosion des premières fleurs et si ce n’est pas le cas, en appartement, ouvrez votre fenêtre et appréciez le calme de la ville et le chant des oiseaux plus perceptible, les rayons du soleil sur votre visage, et pourquoi pas faire pousser quelques plantes sur votre balcon (avocat, plantes aromatiques…) ?

 

Etape N°3 : Testez les bienfaits de la méditation par la respiration consciente*

* « La sérénité de l’instant » de Thich Nhat Hanh, moine zen vietnamien qui dispense son enseignement à travers le monde.

Faites un usage positif des situations quotidiennes stressantes par la respiration consciente, chaque respiration vous permettant de vous relier à vos activités de tous les jours et de rendre votre vie plus agréable.

Comment pratiquer ?

Voici un exercice de respiration très simple :

  • Installez-vous à un endroit que vous aimez, en position assise ou allongée,
  • Fermez les yeux comme si vous fermiez vos volets intérieurs
  • Tout en inspirant, dites-vous « J’inspire, je sais que j’inspire »
  • Et expirant, dites-vous « J’expire, je sais que j’expire » 

C’est tout, vous pouvez même le simplifier davantage avec ces deux mots :

« Inspire, Expire ».

Avec une pratique quotidienne (même 5 minutes), votre respiration deviendra douce et calme et apaisera votre corps et votre esprit.

Ce que vous pouvez retenir…

  1. Acceptez vos émotions négatives : elles ont besoin d’être extériorisées
  2. Créez votre cocon sur mesure, c’est faire le vide chez vous pour faire le plein (d’énergie positive en vous)
  3. Testez les bienfaits de la sophrologie et instaurez la respiration en pleine conscience dans toutes les pièces de votre appartement/maison et dans toutes les situations du quotidien
  4. Sentez-vous léger(e) et rempli(e) de motivation (c’est bon pour développer votre créativité)

 

Pour conclure, je citerais Fabrice Midal, fondateur de l’école occidentale de la méditation qui écrit que  « le confinement n’est pas forcément un enfermement, mais une façon de revenir chez soi. »

Une « promenade » dans votre maison pourrait même vous apporter beaucoup de sensations inédites, comme porter un regard attentif sur ses objets, ses meubles qui pourraient vous raconter des tranches de votre histoire de vie.

Et pourquoi pas organiser votre propre « Escape Game » à la maison , dont l’objectif ne serait plus de s’échapper en une heure, mais de rester le plus longtemps possible agréablement confiné(e) chez soi ?

 

Article rédigé par Flore Thuong,  le 07/04/20
Coach professionnelle de transitions de vie certifiée RNCP
Sophrologue certifiée RNCP
Praticienne en hypnose Ericksonienne certifiée
Prendre rendez-vous pour une séance à distance
Email : flore.thuong@free.fr
Tel : 06 75 04 08 92

 

 

Un accompagnement en coaching ou sophrologie ne peut se substituer à un traitement médical

 




Vous êtes praticien santé ou paramédical ? Boostez votre visibilité en vous inscrivant gratuitement sur Therapeutes.com