L’anxiété pourrait être héréditaire !

Plus souvent présents chez les jeunes adultes et les femmes, les troubles de l’anxiété généralisée touchent environ 2% de la population. 
Les personnes en souffrance cherchent des solutions pour l’atténuer car cela peut souvent se transformer en problème grave (dépression). Cependant, rares sont celles qui en cherchent les causes possibles. Des chercheurs se sont penchés sur la question et l’anxiété pourrait être une pathologie héréditaire…

L’anxiété pourrait être héréditaire

L’anxiété peut être héritée de vos parents

Même si un certain nombre de problèmes peuvent contribuer à l’anxiété, qu’il s’agisse de l’alimentation, de l’exposition à des substances toxiques ou des conditions

sociologiques, des recherches récentes indiquent que vous pourriez aussi hériter d’une prédisposition à l’anxiété de vos parents.


Selon cette recherche, menée sur des singes rhésus, la connectivité entre le noyau central de l’amygdale et le noyau du lit de la strie terminale

deux régions du cerveau impliquées dans le traitement de la peur – peut être transmise des parents à leurs enfants.

L’auteur principal, le Dr Ned Kalin, professeur de psychiatrie à la faculté de médecine et de santé publique de l’Université du Wisconsin, a déclaré:

“Nous continuons à découvrir les circuits cérébraux qui sous-tendent l’anxiété humaine, en particulier les altérations de la fonction des circuits qui sous-tendent le

risque de développer des troubles anxieux et dépressifs chez les jeunes enfants.”

Avec ces données (provenant d’une espèce étroitement apparentée à l’être humain), ces résultats indiquent fortement des altérations des fonctions cérébrales humaines

qui contribuent au niveau d’anxiété d’un individu. Plus important encore, ces résultats sont très pertinents pour les enfants souffrant d’anxiété pathologique et

pourraient permettre de guider l’élaboration de nouvelles approches thérapeutiques.

Cette connectivité cérébrale héréditaire est toutefois loin d’être complète. Les chercheurs soulignent que sa contribution à la variance dans les mesures de l’anxiété

est faible – probablement autour de 4 % environ. Pourtant, c’est une autre partie du casse-tête, et les chercheurs espèrent que les résultats mèneront éventuellement à

de meilleures stratégies d’intervention chez les enfants à risque élevé.

Un contributeur peu connu

Parallèlement à l’augmentation de l’anxiété et d’autres troubles de santé mentale comme la dépression, la recherche démontre que l’exposition chronique aux champs

électromagnétiques (CEM) des téléphones cellulaires et des téléphones sans fil, des routeurs Wi-Fi, des moniteurs pour bébés, des compteurs intelligents et autres

appareils Bluetooth, peut avoir une influence directe sur votre santé mentale.

Grâce au travail innovants du biochimiste Martin Pall, nous savons maintenant que les canaux

calciques voltage-dépendants (CCVD) sont plus de 7 millions de fois plus sensibles aux rayonnements micro-ondes que les particules chargées dans nos cellules et à

l’extérieur.

Lorsque les champs electro magnétiques frappent vos canaux calciques, près d’un million d’ions calcium par seconde sont libérés dans la cellule, ce qui provoque la

libération excessive d’oxyde nitrique (NO) dans la cellule. Lorsque le NO est combiné avec du superoxyde, des peroxynitrites sont créés, qui à leur tour forment des

radicaux libres hydroxyles dangereux qui causent un dysfonctionnement mitochondrial massif.

La raison pour laquelle votre santé mentale est si facilement influencée par les champs electro magnétiques est simplement que l’un des organes avec la plus grande

densité de canaux calciques est votre cerveau. Lorsque les canaux du cerveau sont activés, cela provoque une perturbation majeure des neurotransmetteurs et de


Quelques lectures intéressantes:

l’équilibre hormonal qui peut augmenter radicalement le risque d’anxiété et de dépression, mais aussi d’autisme et d’Alzheimer.

Cette recherche révèle le défaut fatal de l’argument selon lequel le rayonnement micro-ondes est inoffensif parce qu’il ne peut pas causer de dommages

thermiques.

La façon dont l’exposition aux champs electro magnétiques cause des dommages biologiques est d’activer les canaux calciques dans vos cellules, en particulier les

cellules nerveuses qui ont une densité plus élevée de canaux calciques, déclenchant un effet en cascade qui entraîne la production de peroxynitrite et provoquant des

dommages oxydatifs. L’absence d’influence thermique est donc sans conséquence.

Si vous ne prenez pas les mesures nécessaires pour minimiser votre exposition, non seulement vous endommagerez votre ADN et augmenterez votre risque de contracter la

plupart des maladies chroniques, mais cela diminuera aussi sérieusement la capacité de votre corps à se désintoxiquer et diminuera considérablement votre réponse

immunitaire face à la grande variété d’agressions infectieuses pathogènes.

Le message à retenir est le suivant :

Si vous êtes anxieux ou êtes dépressif, il serait sage de prendre toutes les mesures nécessaires pour minimiser votre exposition aux téléphones cellulaires, téléphones

portables, routeurs Wi-Fi, compteurs intelligents, ordinateurs sans fil et tablettes, surtout la nuit pendant votre sommeil.

Le cerveau anxieux

Les chercheurs connaissent exactement comment tous les singes de leur colonie, et les filiations. Ils ont pu retracer l’héritage des comportements anxieux dans l’arbre

généalogique. Ils ont découvert que 35 % de la variation de l’anxiété pouvait s’expliquer par les gènes transmis par la mère et le père.

Mais les chercheurs sont allés plus loin.

Ils ont examiné des régions spécifiques du cerveau qui s’activaient pendant des situations stressantes, puis les ont comparées à des régions du cerveau dont la

structure et la fonction étaient héritées selon le même modèle que l’anxiété. Ils ont constaté que la structure ne semblait pas affecter un tempérament anxieux. En

revanche, la fonction des trois régions du cerveau était à la fois héréditaire et impliquée dans l’anxiété.

La première, le cortex orbitofrontal, est situé derrière le front et constitue la partie du cerveau la plus avancée par rapport à l’évolution.

La seconde l’amygdale, une région en forme d’amande au centre du cerveau qui est impliquée dans la peur et l’émotion.

La troisième est le système limbique, qui se trouve à la base même du tronc cérébral et fait partie du cerveau des reptiles les plus primitifs.

“Ce que nous avons identifié, c’est plus d’activité dans les cerveaux anxieux”. (Dr Ned Kalin)

C’est comme si les parties du cerveau qui ont évolué pour faire face aux menaces normales étaient devenues hypersensibles, réagissant aux menaces légères comme si

elles étaient majeures, a-t-il expliqué.

“Nous pensons que notre étude montre que la suractivité de ce système est héritée de nos parents. Cette suractivité peut alors rendre une personne vulnérable à la

dépression et à l’anxiété. ”

“Nous nous concentrons maintenant sur la petite enfance, sur les altérations des fonctions cérébrales chez les enfants et, idéalement, sur l’élaboration d’idées

nouvelles sur ce que nous pouvons faire pour aider les enfants qui ont cette suractivité cérébrale”.

“La prochaine étape consiste à continuer d’utiliser des singes rhésus pour comprendre les systèmes cérébraux et les interactions moléculaires qui mènent à des régions

hyperactives. ”

 

Vous êtes praticien santé ou paramédical ? Boostez votre visibilité en vous inscrivant gratuitement sur Therapeutes.com