Khella: plante médicinale diurétique, spasmolytique, vaso-dilatateur coronaire…

Le Khella (Ammi visnaga, Ombellifère) est une plante herbacée annuelle ou bisannuelle de la famille des Apiaceae.

Utilisations traditionnelles

Le khella était déjà employé en Egypte antique dans le cadre du traitement de l’asthme et les calculs rénaux. Extrait des fruits, le remède constitué est diurétique. Elle est aussi et surtout spasmolytique, et agit sur les muscles lisses des bronches, du tractus gastro-intestinal, du système urogénital et les coronaires. (Attention à la toxicité à long terme)

Les remèdes à base de khella étaient aussi employés par les Egyptiens (Egypte antique) contre le psoriasis, en usage externe.


 

Le Khella est également utilisé pour les maladies du cœur et des vaisseaux sanguins (troubles cardiovasculaires) notamment l’hypertension artérielle, les arrythmies, l’insuffisance cardiaque congestive, la douleur thoracique (angine), le “durcissement des artères” (athérosclérose), et le cholestérol. Le Khella améliore efficacement l’irrigation sanguine des muscles cardiaques et soulage les angines en apaisant les artères coronaires. Cependant, contrairement à certaines croyances courantes, le khella n’aide pas à abaisser la tension artérielle.

D’autres utilisations comprennent le traitement du diabète, des crampes coliques et abdominales, des troubles du foie et de la vésicule biliaire, des calculs rénaux et de la rétention liquidienne.

Les femmes utilisent parfois le khella pour soulager les douleurs menstruelles et le syndrome prémenstruel (SMP).

Le Khella est également appliqué sur la peau pour traiter les plaies, les rougeurs et les gonflements cutanés (inflammation) et les piqûres vénéneuses.


Quelques lectures intéressantes:

Les recherches sur le Khella

Du fruit de la plante méditerranéenne appelée khella, on extrait la khelline, une substance photosensibilisante chimiquement proche du psoralène, utilisé pour la photothérapie PUVA. La khelline a été testée en application topique et par voie orale dans plusieurs petits essais cliniques. Une étude menée en 2004 a même montré que la khelline avait une efficacité comparable à celle du psoralène dans le cadre de la photothérapie UVA. En outre, l’utilisation de la khelline à la place du psoralène pour potentialiser les rayons UVA pourrait engendrer moins d’effets secondaires, surtout en application topique. Cependant, les essais cliniques ont été menés sur un petit nombre de patients et ont donné des résultats contradictoires. En 2008, un comité d’experts anglais a donc conclu que les données probantes étaient insuffisantes pour recommander l’utilisation de la khelline en remplacement du psoralène. (Passeportsanté)

D’autre part, des chercheurs en Espagne (Andalousi) ont utilisé le khella pour nettoyer les dents et les résultats ont été jugés excellents.

 

  • Parties utilisées : semences.
  • Principaux composants : khelline,visnagine, khellol…

Propriétés du khella, plante médicinale :

  • antispasmodique des fibres lisses(artères coronai­res, uretères, bronches)
  • vaso-dilatateur coronaire
  • modérateur du système nerveux central.

Indications :

  • coliques néphrétiques
  • lithiase urinaire
  • asthme,coqueluche
  • infarctus du myocarde.

Comment l’utiliser :

  • teinture alcoolique de semences au 1/10 : 3 g par jour
  • lchelline : 100 à 200 mg par jour, en ingestion ou suppositoires

ou : 50 à 100 mg par jour, en injections intramus­culaires.

Crédit photo: 2.bp.blogspot.com

Vous êtes praticien santé ou paramédical ? Boostez votre visibilité en vous inscrivant gratuitement sur Therapeutes.com