Hypopituitarisme: Traitement et 8 remèdes naturels

Hypopituitarisme : définition, causes, traitement

L’insuffisance hypophysaire – également connue sous le nom hypopituitarisme – peut être une maladie grave et qui dure toute la vie. L’hypophyse est notre glande maîtresse. Elle aide à produire de nombreuses hormones qui sont nécessaires pour que notre corps fonctionne correctement.

Les symptômes de cette maladie rare peuvent être graves. Cependant, avec un traitement approprié, les personnes atteintes d’hypopituitarisme devraient être en mesure de vivre une vie normale et productive. Pour certaines personnes, un traitement hormonal substitutif peut être nécessaire. Il existe également des façons utiles d’équilibrer naturellement vos hormones .

Qu’est-ce que l’hypopituitarisme ?

L’hypopituitarisme  est  une affection caractérisée par un déficit global en hormones hypophysaires, essentiellement celles de l’antéhypophyse (corticotrophine, thyréostimuline, somathormone, gonadotrophines et prolactine).
Ce déficit peut atteindre l’ensemble des sécrétions de l’hypophyse (panhypopituitarisme) ou concerner seulement certaines sécrétions (hypopituitarisme dissocié).
L’hypopituitarisme est une maladie rare, dont les causes sont diverses. La plupart des hypopituitarismes sont acquis. Ils succèdent habituellement à une tumeur ou à une irradiation de l’hypothalamus et de l’hypophyse, à une hémochromatose (surcharge de fer dans l’organisme) ou à un syndrome de Sheehan (nécrose de l’antéhypophyse d’origine vasculaire). La forme congénitale est très rare, souvent marquée par un déficit isolé en somathormone (hormone de croissance), et de cause inconnue.


Source : Larousse.fr

Symptômes  et signes de  l’hypopituitarisme

Les symptômes d’hypopituitarisme ne sont parfois pas évidents et peuvent être négligés. La gravité des symptômes dépend généralement des hormones hypophysaires et de l’ampleur de l’insuffisance hormonale. Certains signes et symptômes communs de l’hypopituitarisme comprennent:

  • Fatigue
  • diminution de l’appétit
  • perte de poids
  • Sensibilité ou intolérance au froid
  • Diminution de la tolérance à l’exercice
  • Diminution de la libido
  • Infertilité
  • Visage bouffi
  • Anémie
  •  Bouffées de chaleur
  • Menstruations absentes ou irrégulières
  • Perte des poils pubiens
  • Incapacité à produire du lait maternel
  • Perte des cheveux chez les hommes
  • Diminution de la masse musculaire et de la densité minérale osseuse
  • Taille basse chez les enfants (2)

 

Les symptômes de l’hypopituitarisme dépendent des hormones manquantes. Les symptômes associés à des déficiences hormonales spécifiques sont énumérés ci-dessous:

L’insuffisance de l’hormone adrenocorticotrope (ACTH). Fatigue, faible teneur en sodium dans le sang, perte de poids et paludisme.

Déficit de l’hormone stimulant la thyroïde (TSH). Fatigue, gain de poids, peau sèche, constipation, sensibilité au froid

Hormone lutéinisante (LH), déficit en hormone folliculo-stimulante (FSH). Absence de menstruations pour les femmes, dysfonction érectile et impuissance pour les hommes, perte de libido et infertilité.

Déficit de l’hormone de croissance (GH). Manque de croissance pour les enfants et les adolescents, augmentation de la graisse corporelle, incapacité à atteindre un pic de masse osseuse normale ou une diminution de la masse musculaire et osseuse.

Carence en prolactine (PRL). Incapacité à allaiter

Déficit d’oxytocine. Cela pourrait rendre l’allaitement maternel plus difficile.

Déficit de l’hormone antidiurétique (vasopressine). Miction fréquente pendant le jour et la nuit, dilue l’urine et  soif excessive (3)

La perte progressive de la sécrétion d’hormones hypophysaires est habituellement un processus lent. Cela peut se produire sur une période de quelques mois ou d’années. Cependant, parfois, l’hypopituitarisme commence brusquement avec une rapide apparition des symptômes.

Généralement, l’hormone de croissance est la première touchée. Ensuite, se produit une déficience en hormone lutéinisante . Les pertes d’hormone folliculo-stimulante, d’hormone thyroïdienne et d’hormones adrénocorticotropines et de prolactine suivent  beaucoup plus tard généralement. (4)

Hypopituitarisme : Causes et facteurs de risque

Un certain nombre de facteurs ou de problèmes de santé peut causer un hypopituitarisme. Il s’agit notamment des maladies de la glande pituitaire ou des maladies de l’hypothalamus qui provoquent une sécrétion réduite des hormones de libération hypothalamique. Ces maladies de l’hypothalamus réduisent la sécrétion des hormones hypophysaires correspondantes.

Certaines tumeurs peuvent également affecter la fonction de la glande pituitaire; notamment les tumeurs cérébrales, les tumeurs de la glande pituitaire et les tumeurs de l’hypothalamus. À mesure que la tumeur augmente, elle peut comprimer et endommager le tissu hypophysaire, ce qui entrave la production d’hormones. La cause la plus fréquente d’hypopituitarisme est une tumeur hypophysaire, également connue sous le nom d’adénome hypophysaire. Une tumeur hypophysaire est presque toujours bénigne. Cependant, elle exerce une pression sur le reste de la glande pituitaire. Elle limite également ou  détruit la capacité de la glande pituitaire à produire des hormones de manière appropriée.

Votre hypophyse peut également arrêter de produire une ou plusieurs de ses hormones en raison d’une blessure traumatique. Cela peut inclure une chirurgie cérébrale, une infection cérébrale ou une blessure à la tête.

Les maladies causées par une inflammation, un dysfonctionnement de la fonction immunitaire ou une croissance anormale des tissus peuvent entraîner une mauvaise utilisation de la glande pituitaire. (5) Cela inclut les infections du cerveau, telles que la méningite, les infections telles que la tuberculose, la syphilis et les mycoses, et les maladies inflammatoires suivantes:

  • Sarcoïdose – une maladie impliquant une collecte anormale de cellules inflammatoires qui forment des grumeaux connus sous le nom de granulomes.
  • L’histiocytose langerhansienne – lorsque des cellules anormales causent des cicatrices dans de nombreuses parties du corps.
  • Hémocromatose – une maladie  qui se caractérise par un excès de fer s’accumule dans le corps.D’autres problèmes de santé qui peuvent conduire à l’hypopituitarisme comprennent: une perte sévère de sang pendant l’accouchement, ce qui peut causer des dommages à la partie avant de la glande pituitaire (c’est le syndrome connu de Sheehan ou la nécrose hypophysaire post-partum), des mutations génétiques entraînant une diminution de la production d’hormones hypophysaires et les maladies hypothalamiques.

Le syndrome de Sheehan est une condition qui affecte les femmes qui perdent une quantité potentiellement mortelle de sang dans l’accouchement et / ou n’ont pas assez d’oxygène après l’accouchement. C’est l’une des causes les plus fréquentes d’hypopituitarisme dans les pays sous-développés et en développement. (6)

Diverses études ont également examiné les effets de radiation et leur lien avec l’hypopituitarisme. Les données montrent qu’avec de faibles doses de radiation, la carence en hormone de croissance se produit chez environ 30% des patients. Avec des doses de radiations plus élevées (30 à 50 Gy), la déficience en hormone de croissance peut atteindre 50 à 100% des patients. Les chercheurs ont également constaté qu’avec une irradiation crânienne à dose plus élevée ou suite à une irradiation conventionnelle pour les tumeurs hypophysaires, de multiples déficiences hormonales se produisent chez 30 à 60% de patients après dix ans de suivi. (7)


Quelques lectures intéressantes:

Traitement

  • Le nanisme hypophysaire chez l’enfant est traité par l’hormone de croissance STH synthétique.
  • Le traitement des adultes est substitutif à vie.
  • Le malade doit absorber les hormones qu’il ne peut sécréter puisque l’anté-hypophyse est incapable de stimuler ses glandes:
    –  L’ insuffisance surrénale est traitée par l’hydrocortisone, avec parfois de la 9 alpha fluorohydrocortisone)
    – L’insuffisance thyroïdienne est traitée par la lévothyroxine
    –  L’insuffisance gonadique est traitée par la testostérone-retard chez l’homme (Stérandryl) ou les oestroprogestatifs chez la femme.
  • Un traitement chirurgical ou une radiothérapie est parfois complémentaire.

Source : doctissimo.fr

8 remèdes naturels pour l’hypopituitarisme

1. L-arginine

La L-arginine est un type d’acide aminé qui stimule la production de certaines hormones, notamment les hormones de croissance particulièrement intéressantes et l’insuline. La L-arginine peut aider à réduire les symptômes de l’hypopituitarisme, comme la perte de cheveux. Elle peut également aider à équilibrer les liquides du corps, guérir les plaies, stimuler la production de sperme et permettre la relaxation des vaisseaux sanguins.

Une étude de 2005 publiée dans Growth Hormone and IGF Research a révélé que 5 à 9 grammes d’arginine par voie orale ont provoqué une augmentation importante de l’hormone de croissance, qui a commencé environ 30 minutes après l’ingestion et a culminé environ 60 minutes après l’ingestion.(12)

Pour aider naturellement votre corps à fabriquer et à utiliser plus de L-arginine, consommez des protéines propres. Il s’agit notamment des œufs élevés en plein air, du bœuf nourri à l’herbe, de la volaille de pâturage, les abats, des poissons sauvages, des noix et des amandes.

 

2. Probiotiques

La microbiote intestinale a des effets métaboliques. C’est pourquoi ils sont parfois administrés à des nourrissons prématurés. La recherche montre que les jeunes enfants qui reçoivent une supplémentation probiotique peuvent avoir une croissance plus rapide. (13) La recherche suggère également que les probiotiques provoquent des augmentations importantes de l’hormone de croissance et des taux de testostérone chez les animaux. (14)

En plus de prendre un complément quotidien, utilisez des aliments  riches en probiotiques pour augmenter votre consommation de ces bactéries saines. Cela comprend le kéfir, les légumes cultivés, le fromage au lait cru, le kombucha, le vinaigre de cidre et le miso. Dans le même temps, il est important d’éviter les aliments qui peuvent endommager votre intestin. Il s’agit notamment des aliments transformés, des huiles hydrogénées et du sucre ajouté.

 

3. Cuivre

Une forte carence en cuivre peut nuire au corps de multiples façons et notamment provoquer un ralentissement de la croissance. Les recherches montrent qu’une consommation adéquate de cuivre et d’autres micronutriments est nécessaire pour la croissance de l’enfance. Le cuivre joue un rôle important dans la croissance et la réparation corporelle. (15) Le corps utilise souvent du cuivre et il ne peut pas stocker le minerai en quantité suffisante. Manger des aliments riches en cuivre comme les noix, les graines, les fruits de mer sauvages, les haricots, le foie et les huîtres peut vous aider à prévenir une carence en cuivre et à maintenir l’équilibre hormonal.

 

4. Glycine

La glycine est un acide aminé qui joue un rôle dans la production de l’hormone de croissance humaine. Des études montrent que la glycine augmente les niveaux d’hormone de croissance. La preuve est mitigée quant à son efficacité pour les personnes présentant une carence en hormone de croissance existante. Une étude de 2003 publiée dans Nutritional Neuroscience effectuée sur 42 participants en bonne santé a administré cinq grammes d’un supplément nutritionnel contenant de la glycine, de la glutamine et de la niacine ou un placébo , deux fois par jour pendant trois semaines. Le supplément nutritionnel contenant de la glycine a augmenté les taux d’hormone de croissance de 70% par rapport au placebo. (16)

 

5. Plantes adaptogènes

Les plantes adaptogènes contribuent à équilibrer, restaurer et protéger le corps. Elles répondent à toute influence ou stress, normalisant vos fonctions physiologiques. La recherche montre que les plantes adaptogènes ont des avantages positifs sur la santé reproductive des hommes et des femmes. Ils peuvent améliorer la fertilité et le désir sexuel. Les plantes  adaptogènes peuvent également avoir des effets bénéfiques sur le système cardiovasculaire, ce qui aide à protéger le cœur et à réguler la tension artérielle. Ceci est important parce que les personnes atteintes d’hypopituitarisme courent un risque accru de décès dus à des problèmes cardiovasculaires. (17)

Les plantes adaptogènes les plus puissantes sont le ginseng, le basilic sacré, la rhodiola, l’ashwagandha et la racine d’astragale. Parce que ces plantes affectent les hormones du stress, vous ne devez les utiliser sous la surveillance de votre prestataire de soins. Ceci est particulièrement important si vous suivez déjà un traitement hormonal substitutif.
6. Graisses saines

Manger des graisses saines, comme l’huile de coco, les avocats, le beurre fourré et le saumon sauvage, contribuent à équilibrer vos hormones naturellement. Le corps a besoin d’acides gras à courte, moyenne et longue chaîne pour créer des hormones. Ces graisses essentielles ne sont pas seulement des éléments fondamentaux pour la production d’hormones, elles réduisent également l’inflammation et améliorent la santé cardiaque. (18)

 

7.Le sport

L’un des nombreux avantages du sport  est sa capacité à augmenter la prévalence de l’hormone de croissance. La recherche menée à l’Université de Syracuse suggère que le sport est un stimulant très puissant de la libération d’hormone de croissance. Des recherches considérables documentent l’augmentation spectaculaire de l’hormone de croissance. Des études suggèrent que le sport peut augmenter les niveaux d’hormone de croissance de 300 à 500%. (19)

 

8. Dormir

Un sommeil adéquat, c’est à dire 7 à 8 heures tous les soirs, est essentiel pour l’équilibre hormonal. Vos hormones fonctionnent selon un horaire. Le corps régule les niveaux de cortisol au milieu de la nuit.  Le sommeil aide à maintenir les hormones du stress équilibrées. Il aide également à produire de l’énergie et à permettre au corps de se remettre du stress correctement.(20)

 

Précautions

L’hypopituitarisme peut être une maladie potentiellement mortelle si elle n’est pas correctement régulée. Les remèdes naturels doivent toujours être utilisés sous la surveillance de votre médecin. Pour certaines personnes, le traitement hormonal substitutif peut être un traitement nécessaire.

Récapitulatif

  • Les symptômes de l’hypopituitarisme dépendent des hormones qui sont déficientes. Certains signes courants sont la fatigue, la perte de poids, la diminution de la tolérance à l’exercice, la diminution de la libido et la petite taille chez les enfants.
  • Un certain nombre de facteurs ou de conditions de santé peuvent causer un hypopituitarisme. Il s’agit notamment des maladies de la glande pituitaire, des maladies de l’hypothalamus, des tumeurs hypophysaires et des effets de radiation.
  • La recherche montre que l’hypopituitarisme peut être soigné. Un patient souffrant de ce problème devrait être capable de faire des activités normales tant que la thérapie hormonale appropriée est utilisée de manière cohérente et correcte.
  • Les remèdes naturels pour l’hypopituitarisme sont : la L-arginine, les probiotiques, le cuivre, les plantes adaptogènes et l’exercice physique.

 

Source : draxe.com

Crédit : wikimedia.org

 

 

 

 

Vous êtes praticien santé ou paramédical ? Boostez votre visibilité en vous inscrivant gratuitement sur Therapeutes.com