Quelle différence entre protrusion, hernie discale et protubérance: Symptômes et traitements

Les vertèbres sont les éléments constitutifs de la colonne vertébrale. La région lombaire est composée de 5 grandes vertèbres (numérotées de  L1 à L5 ). La principale fonction de la vertèbre lombaire est de supporter le poids de tout le tronc tout en fournissant une structure de support mobile et de protéger la moelle épinière.

Les disques intervertébraux sont situés entre le corps des vertèbres. Un disque intervertébral sain se compose en deux parties. Le centre du disque s’appelle le noyau pulpeux qui est constitué d’une forte substance gélatineuse . La partie externe est appelée l’anneau de cartilage fibreux (annulus fibrosus). Lorsque le disque perd son élasticité, il peut dépasser sa limite normale et peut comprimer les nerfs de la colonne vertébrale ou la moelle épinière.

La fonction de ces disques consiste à agir comme amortisseur. Le niveau le plus courant pour qu’une hernie discale se produise se situe entre la quatrième vertèbre lombaire et la cinquième. C’est le niveau où le poids de l’ensemble du tronc est constamment absorbé et où se produit la majorité des mouvements de la colonne vertébrale.


En tant que centre d’architecture du corps, il est également fortement affecté par la biomécanique des membres inférieurs. Cela signifie que tout dysfonctionnement ou blessure des membres inférieurs peut prédisposer la colonne vertébrale  à des blessures, des dysfonctionnements et des faiblesses possibles.

Différence entre protrusion, hernie discale, protubérance ?

Les termes utilisés pour décrire les problèmes de disque dans la colonne lombaire sont nombreux et peuvent être source de confusion. Les termes hernie, disque glissé, disque rompu ou prolapsus discal sont généralement utilisés de manière interchangeable par différentes spécialités dans les professions médicales pour décrire la saillie discale vers l’arrière et la compression des nerfs spinaux ou de la moelle épinière.

Par souci de simplicité, on utilisera le terme hernie discale dans cet article pour inclure tout ce qui précède. Le terme protubérance se réfère à l’élargissement général du disque au-delà de sa limite naturelle et n’inclut aucun impact ou compression des nerfs de la colonne vertébrale ou de la moelle épinière.

Il existe de nombreuses causes d’hernie discale. L’obésité, les  flexions et de torsions et de nombreux types de traumatismes peuvent affaiblir le disque intervertébral. L’âge joue un rôle important. À mesure que nous vieillissons, les disques perdent de la flexibilité et de l’eau, ce qui peut rendre le disque plus susceptible à une hernie.

Ce n’est  pas le plus souvent la conséquence d’un incident mais d’une accumulation de traumatismes répétitifs et un affaiblissement sur une longue période. Quand on leur demande la plupart des patients sont incapables de se rappeler d’un épisode spécifique.

Fait intéressant, la taille de la hernie n’est pas nécessairement équivalente à plus de douleur. Une protubérance dans la plupart des cas, est découverte par hasard, c’est-à-dire lors d’une radiographie pour une plainte non liée. Celles-ci peuvent être assez grandes et  peuvent ne pas causer de signes ou de symptômes. D’autres bosses plus petites peuvent causer une douleur accablante et être très invalidantes.

Signes et symptômes

Les symptômes des hernies discales lombaires varient considérablement sur la localisation de la protrusion et sur l’endroit où la racine du nerf spinal est comprimée. Au début, on peut ressentir de la douleur dans le bas du dos ou la région des muscles fessiers avec une sensation de douleur rayonnant vers l’arrière de la cuisse et parfois même vers l’extérieur du mollet. Les sensations peuvent englober les engourdissements, les picotements, les chocs électriques, les crampes ou les spasmes musculaires dans le dos ou le pied.

Cette douleur est habituellement aggravée par la flexion, la torsion, le fait de se lever ou de s’asseoir et souvent soulagée en s’asseyant sur les genoux. Ce soulagement est causé par une libération de la pression sur le disque.

Il peut y avoir une diminution des réflexes du genou et de la cheville et une faiblesse musculaire. Dans les cas plus sévères, le pied ne se soulève pas correctement lors de la marche. Cette pathologie est connu sous le nom de «pied tombant».

Le «syndrome de la queue de cheval» est une complication rare et est une urgence chirurgicale. Il est causé par une très grande hernie qui entraîne une incontinence et d’autres complications urinaires.
Le syndrome de Piriforme est une condition qui imite la douleur du disque, mais est en réalité causée par une compression du nerf sciatique par le muscle piriforme qui est situé au fond du muscle glutéal. La douleur, l’engourdissement et un picotement dans les fessiers peuvent être ressentis le long du nerf sciatique.

Diagnostic

Il est impératif que vous consultiez un ostéopathe dès que possible. Une étude de cas approfondie est la première étape pour établir un diagnostic précis. La prochaine étape est un examen physique complet qui comprend la résistance musculaire, le réflexe et le test de sensation.


Quelques lectures intéressantes:

Une IRM est le plus souvent utilisé pour aider au diagnostic, mais n’est utile que lorsqu’elle est utilisée conjointement avec les résultats de l’examen physique. La plupart des patients, y compris ceux qui ont une vingtaine d’années, qui ont effectué une IRM, peuvent présenter des signes de dégénérescence de leurs disques et à mesure que nous vieillissons, la hauteur du disque entre les vertèbres diminuera. Ceci est dû au fait que le disque perde son élasticité et à la diminution de la teneur en eau. En l’absence de toute anomalie, cela est considéré comme normal et fait partie du processus de vieillissement.

Une radiographie ne pourra pas montrer s’il y a un  prolapsus discal mais peut montrer s’il existe un rétrécissement des hauteurs de disque qui est un signe de dégénérescence et toute autre anomalie osseuse.

Le traitement d’un patient souffrant d’une hernie discale dépend de nombreux facteurs. L’âge, la gravité des symptômes, les résultats de l’examen physique et les résultats de l’IRM et des radiographies doivent être pris en compte avant qu’un traitement efficace spécifiquement adapté au patient ne soit mis en œuvre.

La plupart des hernies discales se résoudront au fil du temps, 6 semaines étant le temps moyen et  cela peut  aller jusqu’à 4 mois après l’apparition initiale. Il est très important que vous permettez à votre corps de vous reposer et de modifier les activités quotidiennes et d’éviter tout facteur aggravant. Au début, se reposer avec les genoux fléchis pour soulager la pression sur le disque peut être bénéfique, mais le repos au lit prolongé pendant plus de 48 heures peut être préjudiciable. Les activités quotidiennes devraient être  essayées après cette période, mais il faut écoutez votre corps. Une tentative d’entraînement ou d’autres exercices à ce stade peut causer des douleurs et des dégâts supplémentaires et un retard dans le temps de guérison.

Une combinaison de glace pour réduire l’inflammation et  de chaleur pour réduire le spasme musculaire peut être très efficace.

L’intervention pharmacologique est également utile dans la lutte contre les symptômes. Les AINS (anti-inflammatoires non stéroïdiens) et les médicaments à base de stéroïdes sont utiles dans la réduction de l’inflammation autour des nerfs affectés, ce qui entraîne une diminution de la douleur.

Des médicaments narcotique plus fort contre la douleur  peuvent être nécessaires dans des cas plus graves, mais doivent être pris avec une extrême prudence car les effets secondaires peuvent inclure la somnolence et la dépendance.

Il est extrêmement important de se rappeler que tous les médicaments ne doivent être utilisés que sous des conseils médicaux corrects et ne constituent qu’une solution à court terme.

Intervention chirurgicale

Comme dans la plupart des cas, la chirurgie ne doit être envisagée que lorsque toutes les autres méthodes ont échoué ou  lorsqu’il n’y a tout simplement pas d’autre choix.

La procédure la plus courante est une «discectomie» et nécessite essentiellement une élimination partielle ou complète du noyau pulpeux ou de la partie centrale du disque. Le taux de réussite est estimé à environ 85%. L’engourdissement peut mettre plus de temps à disparaître et selon la gravité de la compression, peut-être jamais complètement résolu.

La meilleure défense

La douleur est un signe d’alerte important et ne doit jamais être ignorée. Alors que nous devrions toujours nous efforcer à dépasser nos limites, il faut tout de même être raisonnable. Définissez toujours un objectif réaliste et réalisable et faites tout votre possible pour l’atteindre. Entraînez-vous à fond, mais assurez-vous également que vous avez la possibilité de vous reposer et de vous rétablir.

La douleur et les blessures d’une partie du corps, au fil du temps affecteront les parties environnantes et distales. Pensez à une pierre jetée dans un étang, les ondulations s’étendent loin du site de l’éclaboussure initiale. La dysfonction vertébrale fonctionne pareil !

La meilleure défense dont nous disposons est de développer et renforcer notre stabilité de la colonne vertébrale, d’éviter les flexions et les torsions répétitives et, si vous vous engagez dans des étirements et un travail d’endurance, faites-le toujours sous la supervision d’un expert. Les armes contre les douleurs lombaires comprennent l’étirement, l’exercice régulier, bien manger, la consommation d’eau tout au long de la journée et des traitements réguliers tels que l’ostéopathie, le massage et l’acupuncture.

Source : backinhealthosteo.com.au

Crédit photo : wikimedia.org

 

Vous êtes praticien santé ou paramédical ? Boostez votre visibilité en vous inscrivant gratuitement sur Therapeutes.com