Currently set to Index
Currently set to Follow

Hypertension et sel, quels aliments sont à privilégier ou à éviter ?

L’hypertension nécessite un traitement adapté, mais il peut être accompagné par des mesures alimentaires pour en augmenter l’efficacité.  L’hypertension est souvent la conséquence d’une alimentation déséquilibrée et/ou d’un mode de vie inapproprié.  L’hérédité est également un facteur aggravant : si l’hypertension est fréquente dans votre famille proche, vous avez également tout à intérêt à soigner votre alimentation en prévention.

 

La tension artérielle désigne la pression exercée par le sang sur la paroi de l’artère ;  lorsqu’elle est élevée en permanence, elle devient nocive pour les artères comme pour les organes irrigués: Foie, reins, cœur….

Quels sont les aliments à éviter ?

Le sel, l’ennemi n° 1

Aujourd’hui, il est universellement admis qu’il faut limiter le sel dans notre alimentation et qu’il est un ennemi sournois mais bien réel de notre santé cardiovasculaire : mais comment agit-il sur notre tension ? tout simplement par son action sur les hormones hypertensives. ..Petite présentation pour mieux comprendre.


Les hormones hypertensives sont naturellement secrétées par l’organisme chaque jour : elles sont nécessaires pour maintenir la pression sanguine et l’irrigation correcte de l’ensemble de l’organisme.

Elles sont sécrétées principalement en début de journée,  le pic matinal de cortisol accompagnant cette augmentation naturelle de la pression sanguine nécessaire à la mise en route du corps au réveil.

La présence de sel à ce moment là et jusqu’à midi décuple l’activité de ces hormones. En conséquence, il s’agit de réduire sa consommation journalière de sel mais aussi et surtout de le bannir de l’alimentation pendant la première partie de la journée, période à laquelle il sera le plus préjudiciable à l’hypertension.

Recommandations

La réduction de l’apport en sel constitue un objectif phare des Programmes Nationaux Nutrition Santé successifs. Le PNNS 3 (2011-2015) fixe ainsi un objectif de diminution de la consommation de sel dans la population pour atteindre en 2015 une consommation moyenne de :

  • 8 g/jour chez les hommes adultes ;
  • 6,5 g/jour chez les femmes adultes et les enfants.

Source: www.anses.fr

Chasse au sel, mode d’emploi

Chassez tous les aliments ultra transformés de votre alimentation :

  • charcuterie, en particulier la charcuterie industrielle
  • plats cuisinés,
  • biscottes,
  • conserves,
  • soupes en sachets ou en briques…etc.

En savoir plus sur les différentes sources de sel dans l’alimentation:

Ils sont tous gorgés de sel, utilisé comme exhausteurs de goût, conservateur ou encore pour retenir l’eau dont est additionné le produit…

Attention, même les plats préparés ou les charcuteries pourvus du label bio contiennent une quantité parfois non négligeable de sel. Remplacez les par des aliments le moins transformés possible.

Le pain et les fromages sont une autre source habituelle de sel, il faut donc veiller à limiter leur consommation et surtout à éviter d’en consommer le matin, ainsi que du beurre salé, des biscottes, certaines céréales pour petit déjeuners, jambon…etc.


Quelques lectures intéressantes:

Privilégier au repas du matin la prise de bananes (riches en minéraux dont le potassium), pain ou biscottes non salées dont on peut relever le goût avec une purée d’oléagineux nature, de beurre, de confiture maison, de compote…etc.

Une infusion d’olivier et/ou d’aubépine, par cure de 3 semaines peut compléter de façon agréable ce petit déjeuner. Sinon privilégier un thé contenant peu ou pas de théine, comme le thé blanc ou le Roiibos.

Enfin pour limiter l’apport de sel aux autres repas principaux, il suffit souvent de diminuer progressivement l’assaisonnement ; en effet le goût est un sens qui s’éduque et la diminution par étape du sel passera presque inaperçu si elle s’effectue par palier.

Les papilles se renouvelant tous les 15 jours, la sensibilité au gout salé s’émoussera  en fait très rapidement. En attendant, il est également possible de remplacer le sel par du gomasio, (du sésame grillé salé) des épices, des plantes aromatiques… et pour ceux qui le supporte au niveau digestif, l’ail cru reste le meilleur allié : non seulement il assaisonne sainement la cuisine mais il contribue aussi à faire baisser la tension.

D’autres amis et ennemis du système cardiovasculaire

Attention évidement au café et au thé, dont la caféine/théine sont hypertensives s’ils sont consommés en excès et bien sûr à l’alcool et au tabac qui nuisent à la souplesse des artères, aggravant ainsi l’hypertension.

Les dépôts de cholestérol sont aussi responsables d’une perte de souplesse des artères : l’alimentation peut apporter en revanche des nutriments capables de solubiliser le cholestérol et éviter qu’il ne dépose : les précieux omégas 3.

L’alimentation très industrialisée et occidentale est fortement carencée en omégas 3 ; préférer les œufs et la viande labellisés bio ou au moins bleu blanc cœur. Ces animaux et sous produits animaux présentent une meilleure qualité nutritionnelle,  notamment une teneur supérieure en oméga 3. L’apport d’huile végétale de qualité au quotidien permet également un supplément régulier des précurseurs des omégas 3.

Par contre l’huile d’olive plébiscitée par le régime méditerranéen n’en apporte pas : il faut lui ajouter un peu d’huile de noix ou de colza pour rééquilibrer ce rapport. Il suffit également de consommer 1 à 2 noix ou quelques amandes par jour pour avoir un apport équilibré… Par contre en cas d’hypertension élevée, une complémentation permettant d’apporter des omégas 3 sous leur forme directement assimilable peut s’avérer nécessaire.

Les aliments riches en potassium, favorable à l’équilibre de la tension artérielle sont à privilégier au quotidien :

  • fruits,
  • légumes,
  • pommes de terre,
  • bananes…etc.

En fonction du terrain de la personne, l’apport de fruits peut se révéler particulièrement bénéfique. Pour tous, un jeûne pratiqué de façon ponctuelle mais régulière (un jour par mois par exemple) peut aussi être un atout santé non négligeable pour les artères.

En bref une alimentation équilibrée et de bonnes habitudes à prendre pour protéger non seulement le système cardio vasculaire mais l’organisme dans son ensemble…

 

Article rédigé par Marie Chetaille
Auteur Santé/Bien être
Diplômée CENA Robert Masson
Certificat de compétence en Homéopathie
Tel : 03 85 25 30 95

 




Vous êtes praticien santé ou paramédical ? Boostez votre visibilité en vous inscrivant gratuitement sur Therapeutes.com