Fièvre jaune (fièvre hémorragique): Symptômes, Causes et Traitements

Général ou Autre | Médecine préventive | Fièvre jaune (fièvre hémorragique)

Description

La fièvre jaune est une maladie infectieuse grave que l’on trouve généralement en Afrique centrale et en Amérique tropicale (Amazonie) et en Amérique du Sud. Des cas de fièvre jaune se produisent le plus souvent dans les zones urbaines d’Afrique (Afrique de l’Ouest en particulier).


Après une incubation de 3-6 jours, l’infection se manifeste par une fièvre élevée et soudaine, avec la congestion du visage, qui devient pléthorique, et des douleurs abdominales et musculaires. La maladie peut régresser spontanément après 3-4 jours ou s’aggraver, provoquant un état de choc avec hypothermie, jaunisse et vomissements, anurie (arrêt de la production d’urine), une plus grande protéinurie (taux anormalement élevé de protéines dans l’urine). Ces signes traduisent un effet grave du foie et du rein qui peut conduire au coma et à la mort.

Causes et facteurs de risque

La fièvre jaune est causée par le virus amaril. Il existe deux modes de transmission: par les animaux (en particulier les primates) ou accidentellement, des animaux aux humains (fièvre fourré) ou par les moustiques du type Aedes ou Haemagogus.


Quelques lectures intéressantes:

La fièvre jaune est transmise par les moustiques et affecte principalement les hôtes non-humains dans la jungle, comme les singes. Les gens qui passent du temps dans la jungle où les moustiques et singes infectés vivent peuvent contracter la fièvre jaune de brousse et peuvent être responsable des épidémies de fièvre jaune urbaine. Les gens peuvent obtenir la fièvre jaune urbaine, s’ils sont piqués par un moustique Aedes aegypti qui a déjà mordu un singe infecté ou un homme qui souffre de la fièvre jaune. Le risque d’épidémie de fièvre urbaine est plus élevé dans les zones de jungle qui sont à proximité de l’endroit que les moustiques infectés et les singes fréquentent souvent.

Diagnostic et traitement

Le diagnostic est basé sur des tests sérologiques (recherche d’anticorps dans le sang). Il n’existe aucun traitement autre que symptomatique: la déshydratation, la dialyse rénale, la transfusion. Le vaccin est seulement une protection efficace, la vaccination est obligatoire dans les zones endémiques et confère la protection pendant une période d’au moins deux ans. Il n’y a pas de médicaments efficaces contre le virus de la fièvre jaune. Le traitement vise à affaiblir les symptômes. La fièvre est réduite par l’administration d’acétaminophène, et non pas d’aspirine ou de l’ibuprofène qui favorisent le saignement. Boire beaucoup de liquides est important afin d’éviter la déshydratation….

Vous êtes praticien santé ou paramédical ? Boostez votre visibilité en vous inscrivant gratuitement sur Therapeutes.com