Faire le deuil d’un amour perdu

J’ai beaucoup écrit sur la thématique du deuil affectif, car le chagrin d’amour ou la rupture affective est devenue d’une banalité affligeante.

Pourtant, son effraction narcissique et affective est très violente.

J’écris ce billet pour toutes ces personnes à la croisée des chemins affectifs qui doivent obligatoirement se soustraire de relations toxiques ou moribondes, mais qui sont complètement désemparées face à la perspective de la solitude, face à l’inconnu.


Peur de l’inconnu

Que sera demain?

Nul ne le sait, la vie sentimentale est faite d’imprévus bons comme mauvais. Pourtant il existe beaucoup de couples malheureux.

Beaucoup restent dans des relations malsaines car ne savent pas ce que le lendemain sera. Certains ont peur de le regretter, de se tromper, de ne plus pouvoir revenir en arrière. De simplement sacrifier leur ancien amour même si moribond.

Il faut avoir un certain courage pour rompre, car cela signifie rompre avec ses repères, ses habitudes, votre zone de confort. Mais la réalité objective vous le dira, il faut en avoir les moyens, car le divorce, la rupture, et le chamboulement que cela implique pour vous et les enfants, est un véritable tsunamis émotionnel et matériel.

Et bien souvent les personnes en rupture sont obligées de se faire accompagner pour « digérer » car cela n’est pas simple. C’est un traumatisme.

Pour avoir connu cela dans ma vie, je ne peux dire que seul le courage, le temps et la résilience feront le boulot.

Les épreuves de la vie écornent l’estime de vous même

Lorsqu’une personne est « malmenée » par la vie, par les relations amoureuses, l’image qu’elle a d’elle-même est souvent ternie. Déboussolée, elle manque de bienveillance avec elle-même et aussi les autres.

Elle s’enferme soit dans le déni, la culpabilisation, le chagrin et ou la rancœur.

Toutes ces étapes sont nécessaires, car il s’agit d’un véritable d’un deuil, celui d’un amour perdu, sauf que votre ex, est vivant et qu’il vivra sa vie ailleurs et sans vous.

Cela est d’une violence inouïe.

Que ce soit un divorce à l’amiable ou pas, une rupture conciliante (ou pas), cela fait très mal et il n’y a pas de médicaments pour le chagrin d’amour ou la rupture.

Apprenez à vous aimer d’abord

Pour parvenir à surmonter, il vous faut de la douceur, de la compréhension et une écoute pour avancer et se reconstruire.

Je ne parle pas de la bonne copine ou de la maman ou de la collègue divorcée qui parle de son expérience, mais d’un professionnel qui aura une distanciation bienveillante et les moyens de vous aider.

Car on ne guérit pas tout seul !

Je ne vous demande pas de prendre des cachetons, mais il vous faut évacuer, vider votre sac ou sinon c’est le syndrome de la cocotte minute.

Chaque histoire est singulière, et il n’y a pas un mode d’emploi copié collé, c’est pour cela que l’écoute et l’adaptabilité de la sophrologie sont importantes.

Bien sûr je dois écarter la dépression. Si vous l’avez développée suite à un choc affectif, il vous faudra vous faire accompagner par un psychothérapeute ou par la médecine conventionnelle et je ne pourrai travailler qu’en binôme.

Si la dépression est absente, les thérapies comportementales brèves suffiront.

Chaque histoire, chaque femme, chaque parcours est différent, c’est pourquoi le sophrologue s’adapte à chacune. Il n’y a pas de protocole copié-collé, même si les lignes directrices sont les mêmes.

Cassez le syndrome de la fuite en avant

Beaucoup d’entre nous sortons profondément blessés par l’amour et nous avons peur de refaire confiance dans le lien affectif, le couple, le mariage, la cohabitation de lâcher prise somme toute. Ceci est une stratégie de défense normale, qui à l’excès par contre peut vous rendre paranoïaque et méfiant.


Quelques lectures intéressantes:

L’équilibre reste fragile et précaire et votre mémoire n’arrive pas à oublier la souffrance et la douleur que vous avez subi face à l’échec d’un lien qui dans le passé vous avait comblés.

Syndrome de l’abandon

Ce pattern trouve son origine dans une fracture affective, on peut par exemple évoquer la possibilité d’un père absent ; une mère débordée et peu démonstrative, un couple de parents fusionnels ou en opposition totale, une violence conjugale que l’on vit à travers nos yeux d’enfant.  Un séjour en pension, le décès d’un grand-père ou d’une grand-mère auquel nous étions particulièrement attachés. La mort traumatique d’un animal…

La peur de l’abandon… on l’a déjà enfant.

Rappelez-vous de votre premier jour de maternelle, quand on vous avez été arraché des bras de votre maman et que vous avez dû affronter soudainement le monde des grands.

Peut-être aussi que papa ou maman étaient trop « occupés » et qu’ils n’avaient plus le temps pour vous, ou alors vous avez mal vécu la séparation d’un de vos parents…

Peur de l’abandon: «L’Abandonite»

C’est vraisemblablement une peur qui vous tenaille et qui vous colle à la peau. Un mécanisme de défense qui s’enclenche instinctivement quand vous vous sentez en « danger d’amour » et que vous avez peur de lâcher prise.

Cette peur d’être désaimé et abandonné, se glisse sournoisement en vous et prend racine dans votre inconscient.

Une fois adulte cette peur de l’abandon se transpose dans le rapport amoureux.

Attention à l’effet pervers d’une reconstruction trop rapide !

Beaucoup s’adonnent aux sites de rencontres, aux sites extra car ils ne veulent plus s’investir émotionnellement, pensant que la libido viendrait combler ce vide énorme en eux.

Ce sont surtout les hommes qui ont tendance à adopter ce genre de comportement.

Cela n’exclut pas les femmes pour autant, mes les hommes restent cérébraux alors que les femmes sont plus dans l’émotionnel, sans vouloir bien sur faire des généralités. il y a de tout !

Ne reproduisez pas à l’infini l’échec affectif

Car la surconsommation de rencontres éphémères ou pas peut aussi déstabiliser. Nous cherchons tous cet autre meilleur, or peut être qu’il n’existe pas et qu’on fait on s’est loupés avec l’ex et vice versa, et que le retour en arrière n’est ni simple ni possible.C’est que dans les films à l’eau de rose, il part avec une “nouvelle” et réalise qu’il aime encore son “ex” oui mais les dommages collatéraux sont là. Mais bon mon côté fleur bleue vous dira que tout est possible, la vie est le narrateur le moins fiable.

Pansez vos blessures

L’estime de soi  est importante pour se redonner de la valeur mais pour cela il faut que les blessures soient  pansées. En fonction de vos besoins, vous retrouverez confiance en vous.

Cultivez par tous les moyens la force, la sérénité et le courage.

 

Article rédigé par Fériel Berraies,
Chercheur en Sciences Sociales Experte Genre
Sophrologue certifiée RNCP spécialisée (cancer, sexualité, périnatalité, enfance, adolescence, personnes âgées et Entreprise)
Hypnothérapeute, en formation en Naturopathie
Prix Sanitas de l’innovation santé à Monastir Tunisie en 2018
Prix UFA 2015 à Bruxelles
Site: www.feriel-berraies-thérapeute.com
Lui écrire: fbsophro@gmail.com

 

Vous êtes praticien santé ou paramédical ? Boostez votre visibilité en vous inscrivant gratuitement sur Therapeutes.com