Currently set to Index
Currently set to Follow

Comment l’hypnose peut aider à surmonter une dépression ?

Et aux troubles du sommeil souvent associés ?

La dépression est une véritable maladie, souvent mal-connue, et dont les proches de la personne souffrante, n’ont pas les clefs pour l’en sortir.

En France, on estime qu’1 personne sur 5 a souffert ou souffrira d’une dépression dans sa vie. (Source : https://www.la-depression.org).


Souvent, l’entourage recommande les mêmes conseils : sortir, voir ses amis, faire du sport… Mais la plupart du temps, une personne dépressive n’a pas envie de cela.

Alors que faire lorsque l’on tombe dans la dépression ?

Premièrement, faire ce que l’on a envie de faire !

Et non pas ce que les autres nous suggèrent.

Et si jamais on a envie de rien, ce qui n’est pas rare, faire la démarche de consulter un professionnel de santé, comme un psychiatre.

Après avoir vu le psychiatre, il peut être pertinent de se tourner vers l’hypnothérapeute en complément du soin médical.

En effet, il s’agit d’une toute autre approche, l’hypnothérapeute va aller chercher dans l’inconscient les causes de ce mal-être et trouver les solutions pour le faire disparaître.

Cependant, parfois, dans le cas d’une dépression, le patient a connaissance de la raison qui le fait souffrir (par exemple : un deuil, une rupture aussi appelé deuil affectif, la perte d’un emploi…).

Celle-ci peut se manifester de différentes façons : profonde tristesse, sentiment de vide, anxiété, angoisses, troubles du sommeil, cauchemars, phobie sociale, pleurs, fatigue, perte de motivation, perte d’appétit, mutilations, idées noires…

La liste n’est pas exhaustive.

Il est fortement recommandé de consulter un médecin et si possible un psychiatre si un ou plusieurs de ces symptômes apparaissent durablement. Sommeil et dépression.

Par ailleurs, il est important de noter qu’au niveau du sommeil, la dépression peut se manifester sous deux formes différentes : -La personne a du mal à dormir car elle est trop triste et préoccupée, cela signifie que c’est son esprit conscient qui prend le dessus.

Elle a pleinement conscience de ce qui se passe dans sa vie et cela la perturbe beaucoup.

Au contraire, la personne dort énormément, car son inconscient cherche à apaiser sa douleur par le sommeil, un moment où elle ne risque pas de ruminer des pensées anxieuses ou qui lui font du mal.

De plus, on notera, qu’en psychiatrie, il existe des antidépresseurs avec des effets plutôt sédatifs, type mirtazapine (Norset), qui sont généralement indiqués le soir.


Quelques lectures intéressantes:

Ou au contraire des antidépresseurs plutôt « dynamisants » comme la venlafaxine (Effexor), ou bien la fluoxétine (Prozac), qui sont généralement recommandés le matin (Source : https://www.vidal.fr).

Mais les effets secondaires, varient énormément d’une personne à une autre, donc il est très difficile d’établir une généralité.

Et il est très rare de trouver la bonne molécule du premier coup. Dans les 2 cas, il est aussi possible d’intervenir en hypnose.

L’hypnose et la dépression

Dans le premier cas (manque de sommeil), il faut faire appel à l’inconscient afin qu’il intervienne.

On ne peut pas donner d’exemple précis, car il existe d’innombrables cas possibles. Mais cela peut être, par exemple, permettre à la personne de conscientiser des éléments positifs de sa vie que son état actuel ne lui permet pas de voir et de ressentir.

Dans le second cas (trop de sommeil), l’inconscient est trop présent et joue un rôle surprotecteur.

De la même manière, on va lui demander d’intervenir, mais différemment. Il doit garder son rôle protecteur, mais en même temps, agir « main dans la main » avec le conscient afin de lui laisser sa place et de lui transmettre toutes les informations nécessaires au rétablissement de la personne.

Ces informations peuvent paraître très abstraites mais on ne peut pas faire de généralités dans les cas de dépressions.

Les séances d’hypnose que je pratique sont toujours uniques et sur-mesure, mais c’est encore plus précis et adapté à chacun pour cette maladie.

Pour finir, nous pouvons dire qu’il est absolument nécessaire pour le thérapeute de poser beaucoup de questions à un patient dépressif (plus que d’ordinaire), afin de mieux cibler ses intentions envers l’inconscient. Ainsi, le patient pourra retrouver du courage et de l’énergie pour aller de l’avant dans sa vie, surement différente de sa vie passée, mais probablement avec encore plein de joies et de plaisirs.

Attention : Veillez à toujours consulter un professionnel de santé avant tout traitement

Article rédigé par Gauthier Fara,
Praticien en hypnose ericksonienne
Voir le profil et Prendre RDV avec Gauthier Fara




Vous êtes praticien santé ou paramédical ? Boostez votre visibilité en vous inscrivant gratuitement sur Therapeutes.com