3 plantes médicinales à cultiver chez soi: comment les choisir, les cultiver, et profiter de leurs bienfaits

Qui n’a pas rêvé un jour de faire pousser dans son jardin des plantes médicinales capables de soulager les troubles et petits bobos du quotidien ? Eh bien ce rêve est accessible à tous, en aménageant un petit potager qui ne sera pas plus exigeant, voire moins, qu’un potager alimentaire classique. Bonne nouvelle, certaines plantes médicinales pouvant être cultivées en pot, cet Éden végétal est également à la portée de ceux qui ont un balcon ou un rebord de fenêtre disponible.

Comment cultiver les plantes en pot

Parmi les plantes médicinales qui se plaisent en pots, on recense le souci, le basilic, la menthe, le persil ou encore la verveine. Du compost ou un terreau pour plantes d’intérieur aideront à leur bonne reprise. L’arrosage doit être plus contrôlé qu’au jardin, en particulier si les plantes sont placées à l’intérieur et donc soumises à la sécheresse causée par le chauffage central. À noter, certaines plantes en pleine terre apprécient d’être rempotées à l’automne afin de passer l’hiver au chaud.

Comment choisir les plantes médicinales à cultiver ?

Plusieurs plantes médicinales peuvent agir sur les mêmes maux, vous laissant alors le choix des saveurs pour vous soigner. Pour les troubles digestifs, la badiane, la centaurée, le fenouil, le genièvre, la gentiane jaune ou encore la menthe poivrée sont recommandés. Vous pouvez également vous tourner vers la camomille ou vers l’original radis noir. Contre la toux, le rhume et autres pathologies respiratoires, misez sur la molène, la guimauve, l’eucalyptus, le plantain, et l’églantier. Le thym serpolet, qui relève vos plats, est également très efficace. Pour réduire votre stress de façon naturelle, tournez-vous vers la ballote, la scutellaire et la verveine citronnelle. Quant aux troubles de l’anxiété qui se traduisent parfois par un mauvais sommeil, ils peuvent être calmés grâce à la passiflore, la valériane, la lavande ou le houblon.

Comment effectuer la récolte et la préparation

Une fois que vos plantes médicinales ont atteint leur maturité, il est temps de les récolter. Selon les espèces, on utilise différentes parties de la plante. Il peut s’agir des feuilles, des fleurs, des graines, des racines ou encore des écorces. L’élément essentiel de la plante médicinale se récolte toujours à pleine maturation, ou parfois quand elle est un peu verte (ne jamais laisser trop mûrir une plante médicinale ni la laisser sécher sur pied). En revanche, sa consommation doit s’opérer après une période de séchage qui va dépendre du type de plante concernée. Contrairement à ce que l’on pense, le séchage ne s’effectue pas en plein soleil. En effet, une exposition prolongée aux rayons sur la partie coupée peut lui ôter toute propriété bienfaitrice. Gardez-les donc dans un endroit aéré et sec, à l’abri de la lumière directe. Après séchage, conservez votre récolte dans des pots ou des bocaux hermétiquement fermés qui vous permettront d’en profiter toute l’année. Attention à ne pas les stocker dans un endroit humide, ou dans un contenant peu hermétique, ce qui aurait pour conséquence la prolifération de champignons type moisissures, et vous obligerait à jeter votre récolte. (www.femmeactuelle.fr)

Vous aimerez aussi :  Cheville tordue, essayez l'acupression !

 

1.  La camomille

camomille

La camomille est une plante médicinale que nous devrions tous avoir chez nous. Elle nous aide à nous relaxer, à mieux dormir, elle réduit l’anxiété et régule les problèmes cardiaques. C’est pourquoi, cela vaut la peine de l’avoir toujours à portée de main pour faire une infusion ou pour tout autre type de besoin.

Comment la cultiver ? Très facile : il faut toujours la planter en été, au moment le plus chaud possible. Il faut trouver une portion de terre bien noire, puis une autre de sable afin de faciliter le drainage de l’eau au maximum. Ensuite, vous devrez la mettre dans un endroit de la maison où il y a de la lumière, mais il ne faut pas qu’elle soit trop exposée au soleil, pas directement en tout cas.

Souvenez-vous que pour faire les infusions de camomille, nous avons besoin des fleurs. ll faut donc attendre que les pétales soient complètement ouverts pour les cueillir. Mais attention, n’arrachez pas le pied par mégarde, sinon les fleurs ne pourront jamais repousser.(amelioretasante.com)

2. L’Aloe Vera

aloe vera

L’aloe vera ne pousse que sous le soleil avec de la terre sèche ou humide bien drainée. Bien que la plante ait un goût fade, elle est comestible. La sève de l’aloe vera est extrêmement utile pour accélérer la guérison et réduire le risque d’infections pour les blessures, les coupures, les brûlures, l’eczéma et pour réduire l’inflammation. Elle est parfois considérée comme une plante miraculeuse…Découvrez pourquoi.

En dehors de son utilisation en externe sur la peau, l’aloe vera est également pris en interne dans le traitement de :

  • Colite ulcéreuse (jus d’aloe vera à boire)
  • Constipation chronique
  • Manque d’appétit
  • Problèmes digestifs
Vous aimerez aussi :  Fatigue permanente : comment s'en sortir?

C’est une plante très résistante, particulièrement à la chaleur, elle sera aussi bien en extérieur l’été qu’à l’intérieur de votre maison l’hiver. L’aloé vera réclame une bonne lumière mais redoute le soleil direct qui favorise l’assèchement de la plante. Une exposition trop ensoleillée pourrait en effet assécher rapidement le feuillage et le faire jaunir de manière durable. Choisissez donc de l’installer près d’une fenêtre qui laisse passer le maximum de lumière mais évitez qu’elle soit soumise aux rayons du soleil.

La température d’une maison ou d’un appartement est idéal car elle doit être comprise en 18 et 21° toute l’année.
De mai à septembre, vous pourrez sortir la plante sans aucun problème mais n’hésitez pas à la rentrer le soir si les nuits sont fraîches. (www.jardiner-malin.fr)

3. Passiflore

passiflore

La passiflore ou ses dérivés sont reconnus pour calmer le système nerveux, on les utilise beaucoup de nos jours comme hypnotiques et sédatifs. On recommande la passiflore dans les cas d’insomnie dus à l’intoxication alcoolique, la ménopause, l’excitation nerveuse ou la neurasthénie. Chez les personnes soucieuses ou surmenées, la passiflore diminue l’angoisse. Bon à savoir : le sommeil qu’elle entraîne est naturel. Son usage n’entraîne pas d’accoutumance ni de dépression nerveuse. Soyez rassuré.

Taillez la plante après la floraison afin de limiter sa végétation. Son développement est rapide et la taille ne fera qu’améliorer la prochaine floraison.

  • Vous pouvez réduire les rameaux de l’année d’une bonne moitié.
  • Supprimez les fleurs fanées au fur et à mesure.

En cas de climat rude en hiver, préférez une plantation en pot que vous rentrerez à l’abri du gel avant les premières gelées. En cas de climat doux l’hiver, vous pourrez planter la passiflorea caerulea en plein terre en protégeant le pied avec un bon paillage. (www.jardiner-malin.fr)