L’approche thérapeutique chinoise “Yang Sheng”

La thérapeutique chinoise de santé ou « Yang Sheng » par Grégory Cros
On entend aujourd’hui beaucoup parler du Yoga, du Taï Chi et du Qi Gong, qui sont très en vogue. Le commun des mortels a l’image de pratiques où l’on apprend à « faire le vide », à « devenir zen » et à développer une forme de bien-être. Mais, globalement, dans l’esprit des gens cela reste abstrait et peu savent faire la différence entre les disciplines qu’on leur propose.
Le Yoga, pour sa part, est d’origine indienne et il existe énormément de styles différents ; les approches modernes sont parfois éloignées de leur origine, dans le but de s’adapter au public occidental. Je vais m’arrêter ici pour le Yoga, n’étant pas un spécialiste de cette pratique.
Le Qi Gong et le Taï Chi (ou plutôt Taijiquan) sont tous 2 d’origine chinoise. Malgré les différences concernant leur pratique, leurs objectifs concernant l’amélioration et le renforcement de la santé sont identiques : le but est l’entretien du principe vital « Yang Sheng » à travers « la circulation et l’accumulation de l’énergie Qi ».

Nous verrons un peu plus loin ce que ces termes signifient concrètement.

Le Qi Gong ou « pratique de l’énergie »

Il existe en Chine près de 600 styles de Qi Gong différents. Les origines sont millénaires, leurs principes sont communs mais les approches diffèrent ; cependant tous mettent l’accent sur la pratique de l’énergie.


D’ailleurs, le nom lui-même de la discipline en contient le sens : « Qi »(qu’on prononce « tchi ») représente l’énergie vitale qui anime tous les êtres vivants (humains, animaux, plantes).

« Gong » représente le travail, la pratique ou plus précisément le travail qui se réalise dans le temps avec de la régularité. La langue chinoise est une langue qui « image » le sens de ses caractères, le peuple chinois est un peuple essentiellement pragmatique qui ne s’embarrasse pas de concepts intellectuels ; l’important est le ressenti et la façon d’atteindre l’objectif…
La plupart des approches que l’on retrouve en occident n’ont pas trop subi de modifications ; on pratique le Qi Gong assis, allongé, en marchant, en faisant des mouvements ou en immobilité. Les mouvements sont assez épurés et les exercices pratiqués sont simples, ils sont volontairement répétitifs afin de laisser place au ressenti et à la subtilité des sensations. La part belle est faite au « travail intérieur » (nei gong), qui insiste sur le calme de l’esprit, la détente du corps et la visualisation/imagination d’images de trajets d’énergie dans les méridiens du corps (les canaux imaginaires sur lesquels se base l’acupuncture), qui amènent la personne à rester dans le moment présent et à progressivement lâcher prise tout en rééquilibrant la circulation du sang dans les organes internes, les muscles et les articulations. De ce fait, les pratiques en immobilité rejoignent la pratique de la méditation, puisqu’on peut plus facilement se concentrer sur l’esprit sans être perturbé par les mouvements…


Quelques lectures intéressantes:

2) Le Taijiquan ou « boxe du Yin et du Yang »

Le Taijiquan (ou Taï Chi) a ceci de commun avec le Qi Gong qu’il vise à intensifier le bien-être des personnes par la circulation du Qi ; la pratique se caractérise par des mouvements lents et arrondis qui respectent un ordre et un enchaînement précis. La différence avec le Qi Gong est que les mouvements du Taijiquan proviennent des arts martiaux à l’origine et sont pratiqués debout. Ici, point d’immobilité ou de pratique assise. De ce fait, le Taijiquan est préconisé pour les personnes âgées puisqu’il renforce tout en légèreté la musculature, les système osseux et tendineux ainsi que l’équilibre.
Les styles de Taijiquan reconnus officiellement en Chine sont au nombre de 5 : on trouve les styles Chen, Yang, Wu, Hao et Sun, du nom des familles qui ont créé les enchaînements et perpétué les lignées de Grands Maîtres. Il est à savoir que les enchaînements (taolus) pratiqués actuellement, en Chine comme dans le reste du monde, ont été systématisés au 20ème siècle sur demande de l’état chinois dans le double but de renforcer la santé du peuple au lendemain de l’invasion japonaise et de la guerre de l’opium, qui ont énormément affaibli les chinois, et de s’adapter à tout le monde (personnes âgées, enfants et adultes) ; les mouvements d’arts martiaux de départ, caractérisés par une alternance de lenteur et de rapidité, de sauts et de coups de pieds exécutés en hauteur ont été modifiés pour laisser place à une lenteur harmonieuse et régulière, des coups de pieds bas et l’abaissement souple du corps. Le pratiquant apprend en 2 temps : tout d’abord il mémorise l’ordre des mouvements puis il apprend à concentrer son esprit sur l’exécution correcte de l’enchaînement, notamment à travers les applications martiales des mouvements. Il peut éventuellement pratiquer avec un partenaire le « tui shou » (mains collantes ou « qui poussent ») par la suite.
Malgré la création récente des enchaînements pratiqués actuellement, on trouve les prémices du Taijiquan à partir du 17ème siècle. Ceux qui ont codifié les styles actuels sont sortis de l’antique transmission familiale en diffusant le Taijiquan dans toute la Chine au cours du 20ème siècle ; certains de leurs disciples ont quand à eux exporté la pratique en occident à partir des années 1960, ce qui en fait une discipline relativement jeune et en plein essor.

Grégory Cros: Expert taijiquan et Qi Gong

Contact: gregorycros@hotmail.fr

Vous êtes praticien santé ou paramédical ? Boostez votre visibilité en vous inscrivant gratuitement sur Therapeutes.com