La visualisation : gagner pour « de faux », pour gagner en vrai !

Par Fritznel Guerrier, Sophrologue certifiée RNCP et préparateur mental

Pourquoi « muscler » son mental ?

La préparation mentale est moins connue en France qu’aux États-Unis ou en Angleterre où cette pratique est devenue indispensable à tous les sportifs de haut niveau.  Elle fait partie de la préparation globale du sportif : au même titre que la préparation physique, technique ou tactique. C’est un accompagnement qui se fait avec un spécialiste formé pour cela : le préparateur mental. Celui ci travaille souvent en synergie avec le sportif lui même, l’entraineur et/ou sa structure.

Si les sportifs intègrent de plus en plus l’aspect mental dans leur préparation, c’est qu’ils ont compris que « muscler » leur mental avait des bénéfices très important. En plus d’accroitre le potentiel physique et psychique, la préparation mentale est également utile pour gérer toutes les situations liées au stress et à la gestion des émotions. Lors des blessures ou des défaites, elle peut également être d’une grande aide pour retrouver rapidement le haut niveau et le chemin de la victoire.


Les neuroscientifiques en sont maintenant certains : visualiser et s’entrainer activent les mêmes zones du cerveau ! Bruce Jenner, décathlonien plusieurs fois médaillé, a d’ailleurs déclaré: “Le tout est d’entraîner son esprit comme on entraîne son corps.”

Mais concrètement, la visualisation c’est quoi ?

Une des techniques les plus utilisée en préparation mentale est la VISUALISATION. On l’appelle également « imagerie mentale ».  Elle fait partie de la panoplie des outils dits de concentration. La psychologue Emilie Pelosse Beaudoin la définit ainsi « la visualisation consiste à imaginer une action à venir dans les meilleures conditions de réussite. ». Elle précise: « c’est une reconstruction mentale active de l’expérience. ».

Dit autrement,  la visualisation c’est la capacité d’un sportif à s’imaginer le déroulement futur d’un évènement, d’une compétition ou d’un entrainement. En visualisant étape par étape ce qui va se passer, le sportif se prépare mentalement à vivre l’évènement. Il est donc important d’en préciser les détails : date, lieu, heure… afin de se l’imaginer de la manière la plus réaliste possible. Répété de manière intensive, l’exercice de visualisation aura un effet conditionnant sur l’organisme, qui sera ainsi plus susceptible de se conformer au scénario prévu le jour J.


Quelques lectures intéressantes:

Le préparateur mental joue un rôle important dans la mise en place de cette visualisation. En effet son premier travail sera de déterminer les « dominantes » du sportif, à savoir s’il est à dominante visuelle, auditive ou kinesthésique. En fonction de cela il pourra adapter ses exercices de visualisation en prenant en compte la sensibilité du sportif vis-à-vis de ses 5 sens. Par exemple, visualiser le bruit de l’impact du gant de boxe sur le sac, aura plus d’effet sur une personne dite « auditive » alors que parler du ressenti musculaire aura plus d’effet sur une sportif dit à dominante kinesthésique.

Comment s’entrainer à la visualisation ?

La visualisation est possible si le sportif est dans un état de relaxation profonde, un état entre le sommeil et l’éveil, que l’on nomme niveau sophroliminal. Cet état est atteint grâce au travail de respiration et de relaxation guidé par le préparateur mental. Cette relaxation profonde provoque un lâché prise, menant à un état modifié de conscience : ce fameux niveau sophroliminal. Dans cet état nous recréons ou renforçons le lien entre nos deux hémisphères cérébraux, ce qui libère notre imagination et notre créativité.  Elle se pratique donc dans un endroit calme, souvent assis ou allongé. L’important est que le sportif ne soit pas parasité par des éléments extérieurs. Dans cet état de relaxation profonde, le cerveau ne fait pas la différence entre la réalité et le virtuel. Il a l’impression de réellement vivre les évènements, c’est ce qui fait la force de la visualisation.

Les bienfaits pour le sportif

Le jour J de l’événement où de la compétition, le sportif est confiant : c’est la deuxième fois qu’il « vit » les choses. De plus, en se visualisant en train de réussir, d’atteindre son objectif, il améliore inconsciemment sa confiance. Or il est prouvé qu’un sportif en confiance possède un ascendant non négligeable sur son adversaire. Bien sûr cela n’empêche pas les imprévus, propre au contexte du jour J et qui était par définition impossible à prévoir lors de la visualisation. Néanmoins puisque le sportif a « engrangé de l’expérience » dans son cerveau, il analysera plus rapidement la situation le jour J et son éventail de réaction sera aussi plus vaste, quel que soit les situations non prévues qui pourraient survenir. Grâce à la visualisation, le sportif est « armé » d’une force invisible mais incroyablement puissante.

Pourquoi vous en priver ?

Fritznel Guerrier
Sophrologue et préparateur mental pour sportifs
www.sophrologue-guerrier.fr
Contactez moi: fritznel.guerrier@gmail.com

 

 

Vous êtes praticien santé ou paramédical ? Boostez votre visibilité en vous inscrivant gratuitement sur Therapeutes.com