Thérapie cellulaire (par cellules souches) : cette thérapie peut-elle vraiment empêcher l’opération ?

Thérapie cellulaire : mythe ou réalité ?

La thérapie par cellules souches et Les injections de Plasma Riche en Plaquettes (PRP) sont des injections régénératrices qui exploitent le pouvoir des cellules d’une personne pour stimuler la guérison et la réparation pour toutes sortes de problèmes de santé. L’éventail des maladies que les cellules souches et des PRP peuvent aider à guérir est impressionnant, de la douleur dorsale et de l’arthrose aux déchirures de ligaments  et d’autres blessures courantes. Pourtant, il existe encore beaucoup de mythes sur les cellules souches et les PRP.

 

Quelle est la différence entre les cellules souches et les PRP?

Pour comprendre ces deux traitements et leurs rôles dans la réparation du corps, nous devons revenir en arrière et évoquer la prolothérapie.  La prolothérapie est une procédure d’injection qui consiste à injecter une substance bénigne et irritante dans le tissu qui stimule la guérison dans cette zone.

Aujourd’hui, l’utilisation d’injections de cellules souches et / ou de PRP est une façon plus avancée de faire cela. Le concept de prolothérapie est apparu dans les années 1930 car les médecins orthopédiques ont cherché des moyens de renforcer les ligaments sans passer par l’opération . À l’époque, il s’agissait à la fois d’injections dans les articulations et les veines.



À l’origine appelée sclérothérapie – le terme encore utilisé aujourd’hui pour les injections les veines variqueuses, les hémorroïdes et les veines araignées – le terme prolothérapie se réfère aujourd’hui spécifiquement aux injections articulaires, ligamentaires et tendineuses. Les injections de prothérapie contiennent des substances naturelles qui déclenchent une guérison dans le corps. Les anesthésiques locaux sont également utilisés pour minimiser la douleur.  Tandis que les injections de prolothérapie originales consistaient en des ingrédients comme le dextrose, la solution saline, la sarapine et la procaïne ou la lidocaïne, les formules d’aujourd’hui peuvent dorénavant inclure le plasma riche en plaquettes (PRP) et les cellules souches prises à partir d’une même personne. Ces cellules souches sont souvent retirées de la moelle osseuse ou du tissu adipeux d’un patient.

Selon le patient, les méthodes de prolothérapie comme les PRP et les injections de cellules souches peuvent être plus efficaces que la chirurgie ou les médicaments anti-douleur pour réparer les articulations blessées et les ligaments ou les tendons étirés ou déchirés et stabiliser de façon permanente les articulations faibles, endommagées et douloureuses . (1)

 

PRP

Le PRP consiste à injecter du plasma riche en plaquettes pour stimuler les cellules souches du derme qui fabriquent le collagène et l’élastine. Il permet de rajeunir et d’embellir la peau du visage, du cou, du décolleté et des mains ou de traiter certaines imperfections cutanées. (source : crpce.com)

 

La plupart des patients reçoivent des injections multiples à chaque session. Des injections répétées peuvent être nécessaires en quatre semaines ou plus. Dans de nombreux cas, le problème peut être guéri (lésions du ligament ou du tendon), mais dans d’autres cas, les injections peuvent être répétées périodiquement pour maintenir le bénéfice clinique (par exemple, une arthrite modérée). L’objectif du traitement PRP est de renforcer et d’améliorer la qualité du tissu ciblé et de réduire l’inflammation chronique, ce qui entraîne des articulations ou autres tissus plus stables et fonctionnelles , et bien sûr, moins de douleur.

 

Alors, comment ça marche? Les plaquettes du sang sont connues pour leurs capacités de réparation: les facteurs de croissance libérés sont essentiels dans un processus triphasé pendant une blessure qui comprend l’inflammation, la prolifération et le remodelage. Ces facteurs de croissance envoient au corps un signal sur le fait qu’il est temps de réparer une zone endommagée du corps.

Dans le traitement PRP, les médecins peuvent utiliser des plaquettes concentrées et des facteurs de croissance du patient et les guider précisément aux tissus ciblés  par ultrasons et / ou radiographie visuelle (fluoroscopie), en administrant une dose puissante de ces composés pour améliorer le processus de guérison dans de nombreux troubles musculo-squelettiques Blessures qui peuvent toucher les os, les articulations, les ligaments, les tendons, les disques, le labrum, le ménisque et les nerfs.

 

 

Cellules souches

Ces  12 dernières années, les injections de cellules souches pour les maladies orthopédiques sont devenues de plus en plus fréquentes. Conduite par la recherche clinique et scientifique (en grande partie par la société pionnière Regenexx), la disponibilité des cellules souches et les bons résultats augmentent énormément. Les procédures offrent un soulagement pour les patients souffrant de douleurs chroniques et de blessures difficiles à guérir, sans médicament ni chirurgie risquée. Aujourd’hui, les chercheurs découvrent également des moyens d’appliquer des traitements de cellules souches pour des maladies chroniques courantes telles que les maladies cardiaques, les maladies neurodégénératives et le diabète, bien qu’une recherche beaucoup développée soit nécessaire.

 

La gestion de la douleur se classe parmi les utilisations les plus courantes pour les traitements par les cellules souches. De là, un nouveau domaine médical a émergé – la  médecine orthopédique interventionnelle. Ces techniques non chirurgicales et peu invasives sont administrées par des médecins spécialisés dans la santé musculo-squelettique tels que: la médecine physique et de réadaptation, traitement interventionnel de la douleur, la médecine sportive et la médecine neuromusculo-squelettique. Le traitement implique l’injection de cellules souches (avec une anesthésie et parfois d’autres substances) autour de nerfs, tendons, articulations, ligaments, disques, labrum, ménisque ou tissu musculaire douloureux et endommagé.

Beaucoup de mythes sur les cellules souches circulent, alors nous voulions les éclaircir.

 

 

Principaux mythes  sur les PRP et cellules souches

 

Les cellules souches et la thérapie PRP peuvent faire des miracles. Mais il est également important de comprendre les principaux mythes circulant sur les cellules souches pour mieux comprendre ces procédures.

 

Mythe n ° 1. Tous les traitements sont égaux.

Beaucoup de médecins font de la publicité pour les traitements PRP et les thérapies par cellules souches. Il est important de noter que la qualité de ces procédures varie considérablement. En effet, certaines injections ne sont pas plus que des cellules mortes liquéfiées, comme on le voit avec des injections de liquide amniotique. Cela ne vous aidera pas à guérir.

Vous aimerez aussi :  Préparer son accouchement avec la nature

 

Mythe n ° 2. Les traitements sont des balles magiques.

Alors que des médecins affirment que de nombreuses personnes peuvent éviter l’utilisation chronique de stupéfiants et même la chirurgie par le biais de traitements PRP / cellules souches, le patient doit également faire des ajustements dans son style de vie. Il s’agit notamment de manger des aliments anti-inflammatoires, de faire du sport et de prendre certains compléments.

 

Mythe n ° 3: l’utilisation de cellules souches dans la médecine est considérée contraire à l’éthique par certaines religions.

L’utilisation de cellules souches fœtales est à l’origine d’une grande controverse. Mais ici il s’agit plutôt du  processus qui consiste à utiliser les cellules souches d’une personne pour créer une solution avec un  pouvoir guérisseur puissant. Par ailleurs utiliser ses propres cellules souches est  le moyen le plus sûr d’effectuer ce traitement.

 

Intéressé(e) par le traitement de cellules souches / PRP ? Voici 5 questions incontournables

 

1. Utilisez-vous un kit de centrifugeuse?

De nombreux médecins qui administrent des traitements avec des cellules souches n’ont pas une grande expérience de la prolothérapie, des injections de PRP ou de cellules souches et sont plus habitués à injecter des cibles uniques avec de la cortisone. Utiliser simplement un kit de centrifugeuse. Le problème avec ce processus est que le produit cellulaire aboutit à une approche de taille unique. Il n’y a pas d’adaptation.

 

2. Comment les cellules sont-elles injectées ?

Il est essentiel d’injecter les cellules souches et le PRP directement dans le tissu cible qui est blessé ou faible. Beaucoup de médecins vous diront qu’ils peuvent sentir le tissu et l’injecter avec précision. Malheureusement, les études nous montrent que cela est incorrect. Le positionnement précis requiert des techniques hautement avancées qui utilisent des ultrasons et des radiographies.

Beaucoup de ces techniques n’ont jamais été enseignées auparavant et nécessitent une formation spécialisée par le biais d’organisations telles que The Interventional Orthopaedic Foundation pour acquérir  un niveau de compétence adéquat.

 

3. Quel est le pourcentage de cellules vivantes dans l’injection ?

Vous devez vous assurer que votre médecin a un moyen de mesurer le niveau de cellules vivantes dans votre solution injectée. La plupart des médecins n’ont pas la capacité de mesurer cela. Étant donné que la solution injectable provient essentiellement de vous, il est important de savoir ce qui se trouve dans le produit final. Certains patients ont seulement 75% de cellules vivantes injectées, tandis que d’autres peuvent avoir 98% de cellules vivantes. Cela est important plus vous avez de cellules vivantes plus vos chances de rétablissement augmentent. Les facteurs liés au mode de vie tels que l’alimentation, la pratique physique, le tabac et l’alcool et le stress peuvent également avoir un effet sur ce nombre de cellules vivantes.

 

4. D’où proviennent les cellules souches ?

Les médecins peuvent extraire les cellules souches de la moelle osseuse ou du tissu adipeux du patient. Bien que l’extraction du tissus adipeux à l’air d’un traitement cellulaire attrayant, malheureusement, ce n’est pas le cas. La prise de cellules souches à partir de graisse est moins efficace pour se transformer en tissu orthopédique et présente un risque accru d’infection et de douleur.

 

5. Que faut-il faire avant les injections ?
Il faut commencer à adopter un mode de vie sain, ce qui implique un régime principalement à base de plantes, à faible glycémie avec une quantité modérée de protéines saines (principalement à partir de plantes ou de certains poissons.) Cela comprend également des graisses saines comme les avocats, la noix de coco et les noix.

 

A qui ce traitement peut-il bénéficier ?

Ce de thérapie par cellules souches / PRP décrit dans cet article peut aider à traiter :

  • Douleurs chroniques du dos ou du cou liées à des disques et des articulations dégénérés
  • Douleurs articulaires causées par l’arthrose ou l’instabilité (comme le genou, la hanche, l’épaule, la cheville, etc.)
  • La bursite
  • L’épaule gelée et rupture de la coiffe des rotateurs
  • Lésions chroniques du ligament et du tendon – entorses ou tensions telles que la fasciite plantaire, la tendinite d’Achille, la tendinite rotulienne et les lésions chroniques au coude comme le coude du joueur de tennis et du golfeur
  • De plus, les personnes suivantes peuvent en bénéficier :
  • Celles qui prennent des médicaments réduisant la douleur fréquemment (y compris Advil, aspirine, ibuprofène, stéroïdes oraux) mais ne pensent pas que leur état s’améliore
  • Celles qui ne se sentent pas mieux après une intervention chirurgicale
  • Celles qui ont essayé la thérapie physique mais souffrent et sont encore touchées par des raideurs
  • Celles qui ont du mal à faire de l’exercice, à dormir ou à bouger normalement sans éprouver des douleurs articulaires et des limitations

 

Récapitulatif

 

  • Beaucoup de mythes sur les cellules souches circulent, mais une fois que vous comprenez  comment fonctionne le traitement, cela peut être un moyen puissant de faire face à une série de problèmes de santé douloureux, notamment les symptômes de l’hernie discale et abdominale, l’arthrose,déchirures et élongations des ligaments,  des déchirures du tendon, des blessures sportives et de nombreuses autres pathologies.
  • Méfiez-vous des médecins qui ne veulent pas vous dire le pourcentage de cellules vivantes dans une formule ou qui ne vous prescrivent pas un de mode de vie à suivre pendant plusieurs semaines pour améliorer votre alimentation avant les injections.
  • Assurez-vous que votre médecin est assez compétent pour utiliser une échographie qui aidera à évaluer le problème et qui pourra, plus tard, guider précisément les injections. Les compétences en radiographique sont également nécessaires pour certaines injections. Les deux compétences (échographie et radiographie) sont importantes.
  • Rappelez-vous, la moelle osseuse est une meilleure option que les cellules souches dérivées de graisse.
  • Dans de nombreux cas, les injections de PRP et la thérapie par cellules souches est capable d’empêcher la chirurgie orthopédique et la prise fréquente de médicaments contre la douleur.

 

Source : draxe.com

Crédit photo : wikimedia.org