Remède naturel contre le stress : 8 clés pour mieux le gérer selon une psychologue

Marie Lucas est psychologue au 21 Rue Léon Jost à Paris dans le 17ème arrondissement.

Consultez son profil et prenez un RDV avec elle sur therapeutes.com

Changer son quotidien pour mieux gérer le stress

Il s’agit de conseils de bon sens, et pourtant plus que jamais ce dernier est utile dans une société qui pousse à la consommation et à un mode de vie rapide et virtuel, déconnecté de la nature et de ceux qui nous entourent. Apprendre à être réceptif, restaurer cette 2e fonction du cerveau, la réceptivité, au lieu d’être essentiellement en émissivité, faire des actes conscients, va rééquilibrer le fonctionnement cérébral, rendre l’esprit plus clair pour résoudre ce qui nous rend anxieux, nous stresse, et faire prendre du recul. A la clé, on est plus heureux.

Remède naturel contre le stress : des habitudes à adopter

1- Méditer

La méditation, un mot très à la mode aujourd’hui. Pourtant existant depuis des millénaires, dans un sens différent. Utilisée en technique de pleine conscience elle est très efficace. Elle se centre sur la réceptivité à l’instant présent, sensations, perceptions, pensées. La méditation zen se base sur des postures, un rythme respiratoire particulier, et l’élimination des pensées.

Il est bon pour notre bouche, notre palais, de goûter une nourriture qui plaît aux papilles, nos yeux se réjouissent de voir de belles choses, notre peau aime à être caressée par la douceur d’une main aimante, ou être réchauffée par la chaleur du soleil, n’est-ce pas ? D’où l’importance en méditation d’une bonne position corporelle, qui va aider l’esprit à s’apaiser, s’élever, et la personne de rentrer à l’intérieur d’elle-même. Le corps et l’esprit sont unifiés.

L’esprit a ses besoins propres. La méditation porte sur un objet. Cet objet de méditation est donc spirituel. Ce qui réjouit notre intelligence, son objet, c’est la vérité, le Bien, non l’erreur ou le flou, la méditation sur des vérités profondes, le Bien, le Beau, le Vrai, l’Amour. Notre soif d’apprendre est illimitée, nos capacités aussi, il n’y a pas de stop à la pensée, car celle-ci est immatérielle.

Quand le corps est détendu, comme en hypnose, et que l’on rentre à l’intérieur de soi, au plus profond, derrière le tumulte des pensées de surface, des habitudes, il y a une place de paix. Elle est accessible plus ou moins facilement selon que l’on agit en accord ou non avec notre conscience, nous même, nos valeurs. Et là se trouve l’Amour, la Paix, la Pitié, la Vérité de ce qui est bon pour nous, de ce qui nous convient à chaque situation.

Notre désir d’aimer n’a pas de limites, aussi la méditation nous amène à la contemplation, à la réflexion sur des vérités éternelles qui réjouissent notre esprit et apaisent ses anxiétés puisque celui-ci en atteint une compréhension plus grande. La méditation nous connecte à quelque chose de plus grand que nous, l’Amour. Et si on travaille cette connexion, si on y puise des ressources, des enseignements, nos actes en procèdent. On devient meilleur et ce que l’on apporte aux autres participe de cette joie.  La vie, nos actes prennent un sens différent, orienté vers le Bien, l’Amour, la Justice. Une méditation profonde se traduit par un rayonnement qui attire tout à soi et chasse l’anxiété et le stress par une capacité de recul et de paix ancrée solidement.

2- Se poser, aller dans la nature, avoir son « lieu sûr »

Même si c’est pour un laps de temps court, aller se poser dans un endroit tranquille autant que possible, calme et silencieux. Le bruit est un agent stressant, insidieux. Pour être en paix, le calme intérieur et extérieur sont nécessaires et apaisent l’esprit. Aller en forêt tôt le matin, flâner dans un parc en sortant du travail, longer les quais en vélo pour rentrer chez soi, même 15 minutes, oxygène le cerveau et procure une grande sensation de détente. On se sent régénéré, plus ouvert à ce qui nous entoure. Et donc étant plus ouvert à ce qui nous entoure, on l’est aussi à nous même. Identifiant mieux nos pensées anxieuses et étant physiquement loin des soucis, dans un endroit calme, on prend du recul et on trouve la force nécessaire de faire face à nos problèmes, prendre les bonnes décisions. Le fait de se ressourcer fait le ménage dans les pensées inutiles et apporte l’éclairage essentiel.

Vous aimerez aussi :  Le rôle des épices dans l'alimentation ayurvédique

Développer son lieu sûr lorsqu’on ne peut sortir dans la nature. Le lieu sûr est un endroit où l’on se sent en sécurité, où l’on est nous-même, où l’on peut agir et être fier de soi, où l’on peut y être heureux seul. Bref notre lieu ressource, imaginaire ou réel.  Ce n’est pas un lieu de fuite, mais un lieu où l’on est en mesure d’affronter les difficultés car ce lieu évoque le bonheur pour nous, la paix. Même si c’est notre salle de bain, le tout est de s’y sentir bien, réceptif, en sécurité.

3- Bonne hygiène de vie, sommeil de qualité et diminution de la consommation de sucre

L’anxiété que l’on ressent, qu’elle soit latente et existentielle, ou précise et ponctuelle, chronique, traumatique ou insidieuse, est produite par notre perception plus ou moins consciente face aux évènements. Et le message envoyé par le cerveau se répercute en symptômes et sensations physiques.

Chacun de nos organes a un rôle particulier dans le fonctionnement de notre corps et ses besoins qui lui permettent d’accomplir sa fonction lui sont propres. Un corps tout entier en bonne santé permet à l’intelligence et toutes les facultés cognitives de mieux se développer. Il permet ainsi à la personne de se sentir à sa place, en mesure d’accomplir tout ce qu’elle a à faire plus facilement et plus paisiblement. Il est donc primordial d’avoir une bonne hygiène de vie. Retrouver de bonnes habitudes avant de se coucher également, optimiser son rythme de vie, ses priorités, manger léger le soir et sans sucre qui alourdit le corps et l’esprit, ne pas regarder son téléphone avant de dormir, les news, twitter… la lumière bleue du téléphone entrave la sécrétion de mélatonine nécessaire au sommeil. Préférer la médiation, la tendresse amoureuse, un bon livre, une musique douce, tout ce qui tout doucement vous amène à décompresser, vous reconnecter à vous-même et à l’amour…

4- Remercier le soir et faire plaisir

Chaque soir, en se couchant, remercier pour 3 choses positives, 3 choses qui vous sont arrivées qui vous ont fait du bien. Avoir pu rendre tel dossier à temps, tel entretien qui s’est bien passé, le sourire de quelqu’un quand on allait pas bien, la présence de notre enfant, la place assise dans le métro bondé, la tendresse d’un être cher… il est prouvé que si vous faites cela avant de dormir, non seulement vous dormez plus en paix, mais cela permet également de diminuer l’anxiété, et de renforcer le sentiment de satisfaction, et de bonheur .

Le plus possible, se mettre dans un état de bienveillance, par de petits actes au quotidien, même un sourire. Ce qui veut dire bien sûr savoir s’affirmer quand c’est nécessaire, et se défendre quand il le faut. Peu importe la réaction des autres, l’Amour appelle l’Amour, comme un écho, comme une énergie qui attire les énergies des personnes sur la même longueur d’onde que vous. La graine semée germe toujours, et on en récolte les fruits, même si ce n’est pas là où on les attendait, on agit en cohérence avec nous même, comme le vent porte certaines graines et fait pousser sur les talus les fleurs des champs et non dans les jardins d’où on les a semées.

5- Prendre ses problèmes en face = trouver la solution

Commencer par se poser. S’asseoir. Seul. Juste soi et un carnet pour noter.  Mettre de côté le téléphone ou toute distraction. Ecrire ce qui nous pose souci, nous inquiète, et voir ce qui est à notre disposition pour le régler, les émotions que l’on ressent. Poser des actes, ceux que l’on est capable de faire : appeler telle personne, ranger telle chose, écrire tel mail, prendre tel rdv…. Se faire aider si l’on a besoin d’y voir plus clair et que les difficultés rejaillissent sur divers domaines et entravent notre épanouissement. Avoir l’humilité de le faire et reconnaitre la situation. Se fixer des objectifs clairs. Le remède à l’anxiété et au stress : agir ! Calmement, factuellement, en étant uniquement centré sur la tâche en cours, en pleine conscience. Ainsi on n’est pas stressé, car « la concentration est un repos » dit Vittoz.

Vous aimerez aussi :  Exercice et condition physique

6- Faire des activités qui nous plaisent

Aristote dit que le moteur de la volonté c’est l’amour. On agit toujours pour ce qui nous paraît un bien. Si on a la chance d’aimer son travail, ses collègues, alors ce n’est plus du travail, mais un épanouissement. Si ce n’est pas le cas, alors il faut y trouver un sens profond qui soit assez grand pour nous faire nous lever le matin avec le sourire et savoir pourquoi on se lève. Les anxiétés sont relativisées. Avoir des passions, des hobbies, le plus possibles créatifs. Diminuer les écrans, et lire, dessiner, bricoler, décorer, créer, jouer d’un instrument, se balader… toutes les activités où nous sommes nous-mêmes et qui nous ressourcent. Elles sont une vraie thérapie. Et les bienfaits sont énormes. Même si c’est 20min par jour, c’est déjà très bien.

7- Faire des actes conscients être réceptif

C’est essentiel. La méthode Vittoz, grand médecin suisse du XXe, montre comment retrouver le contrôle cérébral, que nous perdons en étant sans cesse en émissivité, au lieu d’être également et le plus possible en réceptivité. Ce qui crée un déséquilibre dans le cerveau et entraine anxiété, tensions, confusions, (on est perdu, on ne sait plus où on en est). Etre dans l’instant, réceptif à ce que l’on ressent, ce que nos yeux voient, nos oreilles entendent, notre corps touche…c’est ainsi que nous mémorisons, comprenons, pensons, tout passe par nos 5 sens. Autant y être connecté !

Etre conscient de ce que l’on est en train de faire, là maintenant tout de suite. Les couleurs autour de nous, notre dos sur le dossier, nos pieds posés sur le sol, leur position, leur température… Développer toutes les activités qui nous mettent en réceptivité, à nous même, au monde. L’anxiété ainsi ne peut avoir de place : dans la seconde où l’on sent le parfum d’une rose, où nos yeux regardent notre clavier, ou les arbres, où que nous nous concentrons sur la respiration, on fait taire le cerveau, la peur, le stress, c’est la sensation T qui prime.

8- Respirer

La respiration c’est la vie. Aussi est t-elle directement liée à nos émotions. Un choc, un trauma, la respiration se bloque ou se raréfie, un danger, un stress, elle devient plus rapide et haletante, ect. Des problématiques émotionnelles, et elle est « à l’envers » … Prendre l’habitude de faire de grandes inspirations ventrales apaise et diminue le stress. Etre réceptif, et simplement accueillir l’état de sa respiration, de ses émotions ou de ses sensations physiques désagréables va aussi aider à réguler le stress et naturellement retrouver une respiration plus sereine et un début de recul qui va permettre une action plus adaptée lors d’un stress. Utiliser surtout le soir toutes les techniques de respiration décrites aujourd’hui, particulièrement la cohérence cardiaque améliorera votre mental et votre corps.

Marie Lucas est psychologue au 21 Rue Léon Jost à Paris dans le 17ème arrondissement.

Consultez son profil et prenez un RDV avec elle sur therapeutes.com

Crédit photo : pexels.com