Currently set to Index
Currently set to Follow

Quel type de procrastinateur(trice) êtes-vous ?

Procrastination versus Action !

Découvrez les 7 profils et les clés du coaching pour vous mettre à l’action tout de suite…

par Flore Thuong,


Le mot Procrastination est apparu au XVème siècle sous la plume de traducteurs italiens savants, puis cette tendance a disparu pour réapparaître au XIXème siècle avec Marcel Proust qui dans son roman « Du côté du chez Swann » parle déjà de la procrastination.

On sait à quel point cet écrivain était attaché à la notion du temps.

Procrastination : Mot dérivé du latin « pro » (pour, vers) et « crastinus » (le futur).

C’est une tendance à remettre systématiquement  ce que l’on peut faire le jour même au lendemain ayant comme synonymes, report, délai ou ajournement.

On peut considérer deux effets de la procrastination.

Le premier est un effet positif car on peut de temps en temps s’accorder des moments de rêverie, où le stress généré sera positif et utile pour accomplir une action.

En revanche, si vous commencez à vous rendre compte que le fait de procrastiner vous porte préjudice, vous fait perdre votre temps, votre emploi voire même votre conjoint(e)…

Je vous encourage vivement à lire cet article!

Aujourd’hui, tout le monde procrastine et le fait d’être fortement sollicités par nos objets connectés va amplifier ce phénomène car ceux-ci vont nous distraire. Sachez que lorsque nous sommes distraits de notre tâche, nous mettrons vingt minutes pour retrouver la concentration nécessaire pour nous y remettre.

Quel est votre profil de procrastinateur (trice) ?

7 profils et les clés du coaching pour vous aider à vous y mettre tout de suite…

« Dire à un procrastinateur de faire quelque chose, c’est un peu comme demander à un dépressif de garder le moral ».

   Giuseppe Ferrari, philosophe et homme d’affaires italien.

 

Profil N°1 : Ceux qui recherchent des sensations fortes

Vous êtes à la recherche d’adrénaline, de frissons et vous fonctionnez mieux sous pression. On peut parler alors de stress positif, comme booster ou carburant à l’action. Si cela vous convient, surtout ne changez pas vos habitudes !

D’ailleurs, qu’est-ce qui prouve que le fait de diluer une tâche dans le temps était plus efficace ? Rien pour le moment.

Le fait d’avoir un délai plus court permet de mieux rassembler vos ressources et vos capacités pour donner la meilleure version de vous-même.

=> Vous pouvez fixer vos propres dates butoirs (le J-8 pour les autres sera un J-2 pour vous).

 

Profil N°2 : Ceux qui évitent (par manque de confiance)

Le manque de confiance vous bloque dans la réalisation de vos actions.

Vous attendez que d’autres personnes ou des événements de la vie (comme la crise sanitaire du COVID-19) décident à votre place.

Surtout ne pensez pas que parce que vous allez aborder une nouvelle tâche ou fonction,  (donc sortir de votre zone de confort), vous allez  systématiquement vers l’échec…

=> Transformez l’échec comme une possibilité de réussite, transformez cette possibilité de réussite en merveilleuse opportunité pour apprendre, avancer et vous améliorer.

L’idée, c’est de pouvoir renforcer votre manque de confiance pour OSER davantage en se faisant accompagner, car seul, ce n’est pas si aisé (des thérapies brèves comme la sophrologie, l’hypnose, le coaching peuvent être très pertinentes).

 

Profil N°3 : Ceux qui hésitent (par excès de perfectionnisme)

Si vous avez entendu vos parents vous tenir ces propos dans votre enfance « Fais attention, ne prend pas de risques »,  « Reste dans la moyenne, ne te fais pas remarquer … », « Ne fais rien si tu ne maîtrises pas totalement ce que tu fais… ».

Vous vous êtes alors construit autour de ces croyances limitantes.

Gouverné par le driver « Sois parfait »… Cet excès de perfectionnisme vous empêche d’avancer, vous paralyse.

Si vous avez peur du jugement, de ne pas réussir, et que vous avez mis la barre très haut, la solution semble être pour vous,  de ne pas accomplir la tâche demandée pour être sûr  de vous préserver de ces jugements. Vous savez très bien que cela n’est pas une solution satisfaisante mais une fuite.


Quelques lectures intéressantes:

=> Autorisez-vous à ne pas être parfait(e) et suivez plus votre intuition, votre petite voix intérieure.

Osez ! Déconstruisez vos croyances en vous mettant à l’action.

 

Profil N°4 : Ceux qui réfléchissent trop

Vous réfléchissez trop en pesant sans cesse le pour et le contre.

Cela n’aura comme effet que de générer en vous des pensées parasites ou des cogitations mentales.

=>Passez de la réflexion à l’action : seule l’expérience vous fera avancer, même si des ajustements sont parfois nécessaires.

 

Profil N°5 : Ceux qui sont irréalistes (les optimistes)

Vous avez tendance par optimisme, à minimiser la durée d’une tâche.

Il n’est pas aisé d’escalader une montagne en une seule fois, au risque de se décourager ou de s’énerver; il sera plus facile de gravir une colline à la fois…C’est la stratégie « des petits pas ».

=> Programmez 3 « grosses » tâches par jour que vous pourrez nommer vos 3 caillous, pierres ou cibles et estimez le  temps que vous consacrerez pour chacune d’entre elles.

Réservez 30% de temps de plus par tâche (par exemple, vous aviez estimé 1h pour la préparation d’une présentation PowerPoint, prévoyez 1h20) .

 Ainsi, vous resterez dans une réalité objective et un objectif atteignable.

 

Profil N°6 : Ceux qui sont (un peu) désorganisés

Vous avez du mal à gérer vos priorités.

Vous ne faites pas la différence entre ce qui est urgent et important.

=> Vous pouvez vous baser sur un outil « La matrice d’Eisenhower » qui permet de faire ce tri entre l’urgent et l’important :

 

Si ce n’est ni urgent, ni important : ELIMINEZ (jetez)

Si c’est urgent mais pas important : DELEGUEZ

Si c’est urgent et important : FAITES-LE (là, vous n’avez pas d’autre choix !)

Si c’est important mais pas urgent : PLANIFIEZ (déployez un plan d’actions et surtout posez des dates butoir. Quand vous posez une date, vous pouvez mettre en place un rétro-planning).

«  Un objectif sans date est juste un rêve. » Milton Erickson

 

Profil N° 7 : Ceux qui rêvent

« Les temps sont durs pour les rêveurs »

réplique extraite du film le Fabuleux destin d’Amélie Poulain

Vous avez tendance à laisser votre esprit vagabonder et à faire une pause avec votre mental.

Déculpabilisez-vous !

S’arrêter permet d’oxygéner son cerveau, développer sa créativité, trouver des solutions…

La rêverie est nécessaire, mais lorsque trop rêver vous empêche de respecter les délais qui ne sont pas négociables,

=> Mettez votre rêverie entre parenthèses (vous la reprendrez plus tard) et mettez vous à l’action.

 

Mon dernier conseil de coach :

Vous êtes plus ou moins efficace selon le moment de la journée. En fonction de cela, si vous savez que vous êtes plus concentré(e) le matin, vous pouvez programmer des tâches à effectuer sur ce créneau et n’oubliez pas de réserver vos moments de rêverie sur les autres créneaux.

Commencez toujours par ce que vous aimez le moins faire…

… Et gardez le meilleur pour la fin !

 

Article rédigé par Flore Thuong,  le 13/06/20
Coach professionnelle de transitions de vie certifiée RNCP
Sophrologue certifiée RNCP
Praticienne en hypnose Ericksonienne certifiée
Consultez les avis et prenez RDV avec Flore Thuong (Consultation à distance)
email : flore.thuong@free.fr
tel : 06 75 04 08 92

 

Un accompagnement en coaching, sophrologie ou hypnose ne peut se substituer à un traitement médical

 




Vous êtes praticien santé ou paramédical ? Boostez votre visibilité en vous inscrivant gratuitement sur Therapeutes.com