Prêle: Propriétés, Bienfaits, Utilisations

Parmi les plantes qui furent pendant des siècles consi­dérées comme panacées, dans le peloton de tête : la Prêle.

Comme beaucoup de plantes, YEquisetum arvense a été quelque temps négligé pour le plus grand préjudice de nombreux malades. Mais ce végétal qui n’a aucune valeur marchande (pour 30 F de poudre, vous avez un traitement d’1 ou 2 mois, associé à d’autres bien entendu dans certains cas) a provoqué, depuis, de nombreuses recherches et analyses modernes.

On sait maintenant pourquoi la prêle a de tels pou­voirs. Et une fois de plus, les travaux de notre époque n’ont pu que confirmer la réalité des connaissances de nos Anciens. La seule question qui se pose depuis long­temps : pourquoi, il y a des siècles, les hommes utili­saient les plantes avec autant de discernement ?


Equisetacée vient du latin : equus, cheval et seta, soie, crinière. La prêle ressemble à une queue de cheval. Arvense dérive également du latin : arva, les champs.

L’Equisetum arvense est la prêle des champs, l’une des plus utilisées. Il en existe d’autres variétés.

Une plante des plus précieuses dont on devrait se sou­venir plus souvent chez les asthéniques, les déminérali­sés, les athéroscléreux, les pléthoriques, les patraques habituels, les malades atteints d’affections dégénératives.

Il s’agit d’une plante vivace herbacée sans feuilles ni fleurs, de 20 à 60 cm de hauteur, qui pousse dans les champs humides — siliceux et argileux — dans toute l’Europe, l’Asie, l’Afrique, l’Amérique septentrionale. Elle est commune en France, foulée chaque jour aux pieds, ce qui sans doute l’a fait quelque peu mépriser depuis vingt ou trente ans. Or les Anciens la tenaient en haute estime et de nombreux travaux modernes, expérimentations ani-
maies et humaines, l’ont réhabilitée ce que, pour notre part, nous nous sommes depuis longtemps attaché à faire.

(Equisetum arvense, Equisetacée)

  • Autres appellations : queue de cheval, de rat, de renard, herbe à récurer (autrefois les étains).
  • Parties utilisées : les tiges ou la plante entière.
  • Principaux composants : la plante séchée donne près de 14% de cendres dont environ 6,40 de Silice (proportion considérable qui fait de la prêle la plante la plus riche en cet élément majeur, l’un des douze principaux de notre organisme, voir B. 3), 5,50 de carbonate de calcium, et en moindres propor­tions : sulfate de potassium, chlorure de potassium, magnésie, phosphate de calcium, fer, manganèse… et aussi un tanin, un principe amer, une résine, des subs­tances pectiques, des acides linoléique, oléique, stéari- que, linolénique, l’équisétine (mélange alcooloïdique), palustrine, un phytostérol, des hétérosides…Dans la plante fraîche, on trouve 200 à 260 mg de vitamine C par kg.

Propriétés :

  • diurétique
  • hémostatique, astringent
  • reminéralisant
  • hémopoïétique (provoque la formation de globules rouges)
  • favorisant des règles
  • antidégénératif
  • cicatrisant (abbé Kneipp)

(la plante fraîche serait plus active).


Quelques lectures intéressantes:

Indications :

Usage interne :

  • oliguries, hydropisies
  • cystites, certaines infections rénales
  • albuminurie
  • goutte
  • hémorragies (hémoptysies, hématémèses, épistaxis, hématuries, métrorragies) Cazin, H. Leclerc
  • certaines diarrhées
  • déminéralisation (tuberculose, rachitisme, tétanie, asthénie, fractures, lésions osseuses diverses)
  • insuffisance des règles
  • athérosclérose, hypertension
  • arthrose
  • diabète
  • nervosisme
  • état cancéreux.

Usage externe :

  • plaies, ulcères de jambe, cancers ulcérés

Utilisation thérapeutique de la prêle :

Usage interne :

  • jus frais ; 2 ou 3 cuillerées à café ou à soupe par jour
  • décoction de la plante fraîche : 50 à 100 g par litre d’eau, bouillir 30 minutes — ou de la plante sèche, 10 à 20 g par litre d’eau

enfants . 1 ou 2 cuillerées à café ou à soupe par jour

adultes : 200 g par jour

  • poudre ; 1 à 2 g avant ou à la fin des 2 grands repas (en cachets, gélules, ou telle quelle)
  • Mieux, action meilleure avec décoction de poudre : 1 cuillerée à café de poudre pour 1 grande tasse d’eau froide. Bouillir 5-10 secondes. Infuser 10 mi­nutes. Passer. 1 tasse par jour. Et dernières décou­vertes : les Solutions intégrales de plante fraîche (Vaillant-Defresne) : 1 cuillerée à café par jour (cf. Annexes)
  • extrait fluide : 2 à 5 g par jour (diurétique), 5 à 20 g par jour (hémostatique)
  • teinture-mère : 20 à 50 gouttes 2      fois par jour
  • on peut aussi consommer les jeunes pousses en salade.

Usage externe :

  • décoction en compresses ou lavages : plaies, ulcè­res de jambe, cancers ulcérés
  • en lavages de bouche (aphtes)

Crédit photo: www.jpdugene.com

 

Vous êtes praticien santé ou paramédical ? Boostez votre visibilité en vous inscrivant gratuitement sur Therapeutes.com