Noyer plante médicinale aux 8 propriétés étonnantes

Le noyer (Juglans regia, Juglandée) est un arbre fruitier originaire d’Asie. Il est cultivé aussi bien pour ses noix que pour ses feuilles. Les fruits sont souvent utilisés en cuisine, mais les feuilles possèdent des propriétés astringentes, intéressantes en phytothérapie

  • Parties utilisées : feuilles,tronc, huile.
  • Principaux composants : tanin, juglandine (Tan- ret), juglone, une naphtoquinine, vitamine C…

Propriétés du Noyer :

  • tonique astringent
  • reconstituant
  • excitant du foie et du pancréas
  • antidiabétique
  • stomachique
  • dépuratif
  • anliscrofuleux
  • antiseptique

Indications :

Usage interne :

  • rachitisme
  • lymphatisme, adénopathies, scrofulose (Juzine)
  • asthénie
  • maladies osseuses
  • tuberculose, bronchites chroniques
  • diabète
  • anémie
  • goutte, rhumatismes
  • diarrhées
  • tænia

Usage externe :


  • pertes blanches
  • nyperhidrose palmaire et plantaire
  • angines
  • plaies atones, abcès froids, scrofules, eczémas suin­tants
  • blennorragie

Quels sont les remèdes à base de Noyer ?

Usage interne :

  • infusion de feuilles : une poignée par litre d’eau bouillante. Infuser 15 minutes. Boire à volonté, au moins 3 verres par jour, à jeun : tuberculose, lym­phatisme, rachitisme, affections osseuses, gourme, diabète.

Cette infusion calme la soif des diabétiques

  • extrait : 1 à 2 g par jour.
  • Potion contre la tuberculose (G. Küss) :
    • extrait de feuilles de noyer : 60 g
    • glycérine : 120  g
    • eau : q.s.p 300 ml

1 cuillerée à café après les repas (une cuillerée à café = 1 g d’extrait)

  • vin tonique : macération de 50 g de feuilles fraî­ches par litre de vin, pendant 8 jours. 1 verre à liqueur avant les repas.

Usage externe :

1 décoction concentrée : deux poignées de feuilles, ou de brou de noix, pour 2 litres d’eau. Bouillir 15 minutes :


Quelques lectures intéressantes:

  • en injections vaginales (leucorrhées, ulcérations du col)
  • en lavements (diarrhées, dysenteries)
  • en gargarismes (angines)
  • en bains (engelures, rougeur des mains)
  • en lavages et compresses dans les eczémas, l’impé­tigo, les pyodermites, le psoriasis, les ulcères de jambe, plaies atones.
  • en bains de pieds : hyperhidrose
  • en rinçages, pour l’entretien de la chevelure, qu’elle rend souple et luisante (la fonce légère­ment)
  • pour activer la pousse des cils et sourcils : les humecter chaque jour avec cette décoction mise dans un petit flacon auquel on aura ajouté une tête d’épingle de sulfate de quinine ;
  • forte décoction : 500 g de feuilles bouillies dans 5 litres d’eau, ajoutées à un bain général (pour les scrofuleux, les nerveux, les rachitiques, les affai­blis). On peut y ajouter 2 kg de sel marin ;
  • transpiration des mains : lavages fréquents avec une infusion de feuilles de noyer et poudrage avec poudre de lycopode (soufre végétal) ;
  • on évite les piqûres d’abeilles et d’insectes en se frottant le visage et les mains avec des feuilles de noyer ;
  • les feuilles appliquées localement calment les dou­leurs de la goutte ;
  • bouillies dans un peu d’eau, les feuilles de noyer forment un excellent cataplasme contre les ulcères atones, la gale, la teigne ;
  • contre Y eczéma suintant : faire bouillir un mélange de feuilles de noyer et d’écorce de chêne (25 g de chaque pour 2 litres d’eau). Exposer à la vapeur.

N.B. :

  • On a démontré l’action bactéricide locale des feuil­les de noyer, par une substance antibiotique active sur le charbon (travaux de Pomayrol, Raphaël, Davaine).
  • Pour préserver les chiens des puces : mélanger des feuilles de noyer à leur litière.

Pour préserver la literie des puces : mettre des feuilles de noyer dans les sommiers.

  • Pendues dans les appartements, les feuilles de noyer éloignent mouches et insectes.
  • La décoction concentrée, en lavages, préserve les animaux des mouches et des taons (en Franche-Comté, on l’utilise pour les chevaux de trait).

Sert également pour éloigner les fourmis (en laver les placards).

  • L’écorce des jeunes rameaux écrasée sur cors, durillons, verrues, peut les faire disparaître.
  • Bourgeons de nover, en pommade contre les pelli­cules et la chute des cheveux : faire bouillir 20 minutes une poignée de bourgeons dans 300 g d’axonge. Retirer du feu. Ecraser dans un mortier. Conserver dans un pot de grès.
  • Les fleurs — ou chatons — auraient des propriétés antiépileptiques.
  • Contre les névralgies dentaires et les parasites intestinaux, mâcher du brou de noix.
  • Contre les névralgies et sciatiques : cataplasmes de brou de noix haché.

Crédit photo: www.plantes-et-sante.fr

 




Vous êtes praticien santé ou paramédical ? Boostez votre visibilité en vous inscrivant gratuitement sur Therapeutes.com