Ménorragie (saignement vaginal): Découvrez tous les traitements et les solutions naturelles

La ménorragie signifie des règles anormalement abondantes et étendues, survenant à des intervalles réguliers.

Les caractéristiques de l’anomalie sont la durée, l’intervalle et la quantité de saignements vaginaux et ceux-ci peuvent définir le type d’anomalie responsable du saignement.

Causes

Les causes peuvent être dues à des troubles sanguins anormaux de coagulation du sang, de la régulation hormonale normale des règles ou de troubles de l’endomètre de l’utérus. Selon la cause, elles peuvent être associées à des menstruations anormalement douloureuses (dysménorrhée). Les troubles de plaquettes sanguines ou de coagulation (par exemple la maladie de von Willebrand) ou l’utilisation de tout anticoagulant (warfarine), pourraient aussi être des causes possibles.


Habituellement, la cause du problème peut être difficile à identifier et donc le traitement est destiné aux symptômes, plutôt qu’à un mécanisme spécifique. Avec l’effusion des vaisseaux sanguins de revêtement endométrial, le processus de coagulation normal doit ultérieurement limiter et éventuellement arrêter l’écoulement du sang.

Traitement

Le traitement de la ménorragie dépend de chaque cas.

La pharmacothérapie comprend:

  • Suppléments de fer pour traiter l’anémie
  • Acide tranexamique, ou Lysteda, pris au moment du saignement pour aider à réduire la perte de sang
  • Contraceptifs oraux pour réguler le cycle menstruel et diminuer la durée et la quantité des saignements
  • Progestérone orale pour traiter le déséquilibre hormonal et réduire les saignements
  • DIU hormonal pour amincir la paroi de l’utérus, en réduisant les saignements et les crampes
  • Chez les femmes atteintes d’un trouble de la coagulation, comme la maladie de von Willebrand ou l’hémophilie légère, la Desmopressine en vaporisateur nasal ou le Stimate peut augmenter les taux de protéines de la coagulation sanguine.
  • Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), comme l’ibuprofène ou l’Advil, peuvent être utilisés pour traiter la dysménorrhée ou les crampes menstruelles douloureuses, et ils peuvent aider à réduire la perte de sang. Cependant, les AINS peuvent aussi augmenter le risque de saignement.

Traitements naturels

Suggestions diététiques pour le traitement de la ménorragie:

Si vous souffrez de ménorragie, il est important d’apporter des changements à votre alimentation pour améliorer votre état. Voici quelques-unes de ces suggestions:

Consommez un régime alimentaire riche en légumes, fruits riches en vitamine C, grains entiers, légumineuses, poissons riches en huiles oméga-3, noix, graines et aliments riches en fer comme la levure de bière, le germe de blé et la mélasse.

Réduisez les graisses animales saturées (bœuf, poulet, produits laitiers) pour favoriser la formation de prostaglandines.

Mangez autant que possible des viandes biologiques. La consommation de viandes non biologique augmente les produits malsains que vous intégrez dans votre corps de manière indirecte: hormones, antibiotiques et autres produits chimiques qui aggraveront probablement la ménorragie.

Éliminez les hypersensibilités alimentaires, car elles sont connues pour causer une inflammation dans le corps, ce qui peut aggraver la ménorragie.

Évitez l’alcool, car la consommation peut augmenter l’inflammation et aggraver vos symptômes.

Suppléments:

Flavonoïdes et vitamine C: Chez les femmes en bonne santé, l’intégrité des capillaires diminue à la fois après l’ovulation et prémenstruellement. Les flavonoïdes et la vitamine C améliorent l’intégrité capillaire et il a été démontré qu’ils réduisent la ménorragie lors d’essais cliniques. En outre, les bioflavonoïdes peuvent occuper les sites de récepteurs des œstrogènes sur l’utérus, réduisant ainsi l’effet stimulateur des œstrogènes sur l’endomètre. Ceci, à son tour, pourrait réduire la perte de sang menstruel. Par conséquent, les femmes qui ont une ménorragie peuvent avoir besoin de plus grandes quantités de vitamine C et de bioflavonoïdes que la femme moyenne. La vitamine C contribue également à l’absorption du fer. Il est à noter que la supplémentation en vitamine C seule n’est pas aussi efficace que l’utilisation de la vitamine C en association avec des bioflavonoïdes.


Quelques lectures intéressantes:

Fer: Même s’il est bien connu qu’un saignement menstruel abondant peut mener à une anémie ferriprive, il n’est pas aussi bien connu que l’anémie ferriprive peut en fait causer ou aggraver la ménorragie. Une carence en fer peut affaiblir les muscles de l’utérus, réduisant ainsi la capacité de ces muscles à serrer les vaisseaux sanguins, ce qui est nécessaire pour diminuer ou arrêter les saignements. Un saignement abondant peut alors aggraver la carence en fer, ce qui aggrave le saignement, créant ainsi un cercle vicieux.

Vitamine A: Des recherches ont montré qu’une carence en vitamine A entrave la production d’hormones et l’activité enzymatique dans les ovaires des animaux. Bien que le mécanisme d’action de la vitamine A sur la perte de sang pendant les menstruations ne soit pas clair, des études ont montré qu’elle a une interaction complexe avec les œstrogènes. Par exemple, l’administration d’œstrogènes a réduit les taux sériques de vitamine A chez les animaux. En outre, les femmes souffrant de ménorragie présentent des taux sériques de vitamine A inférieurs à ceux des femmes en bonne santé. Il est à noter qu’une carence en vitamine C, zinc, protéine ou hormone thyroïdienne peut nuire à la conversion des carotènes en vitamine A, créant ainsi une carence en vitamine A.

Vitamines B: Des études ont montré qu’une carence en vitamines B fait perdre au foie sa capacité d’inactiver les œstrogènes, ce qui pourrait théoriquement entraîner un excès d’œstrogènes. Puisque certaines formes de ménorragie sont causées par un excès d’œstrogènes, une supplémentation en vitamines B peut rétablir la capacité du foie à métaboliser correctement les œstrogènes, réduisant ainsi le flux de la période.

Vitamine E: Réduit la fragilité capillaire et favorise la production de prostaglandines bénéfiques.

Vitamine K: Bien qu’une carence en vitamine K soit assez rare, son rôle dans la fabrication des facteurs de coagulation a des implications évidentes pour le traitement de la ménorragie. Cependant, il a également été démontré que la supplémentation en vitamine K élimine les pertes menstruelles excessives chez les femmes qui ne souffrent pas d’un trouble de la coagulation connu.

Gingembre: On pense que la ménorragie est due à une altération du rapport prostaglandine-2 et il a été démontré que le gingembre inhibe les enzymes liées à ce rapport modifié: la prostaglandine-synthétase et la cyclooxygénase.

Vitex Agnus Castus (Chaste Tree): C’est peut-être l’herbe la mieux connue en Europe pour la gestion des déséquilibres hormonaux chez les femmes. Elle agit sur l’hypothalamus et les glandes hypophysaires pour augmenter la production de LH et inhiber légèrement la libération de FSH. Il en résulte un changement dans le rapport œstrogène-progestérone, ce qui contribue à réduire le flux menstruel. Le Vitex inhibe également la libération de prolactine par l’hypophyse, en particulier chez les femmes stressées. Cette herbe est à consommer sur le long terme:  4 à 6 mois avant de faire effet.

Autres herbes à considérer: Sac à main de berger, cannelle, achillée millefeuille

Autres suppléments à considérer: huile de lin, huile de poisson, huile d’onagre (tous ces suppléments favorisent la formation de prostaglandines bénéfiques).

Hormones bio-identiques: Ces hormones fabriquées en laboratoire sont dérivées d’ignames sauvages mexicaines ou de fèves de soya et sont biologiquement identiques à la progestérone dans le corps d’une femme. Substituts naturels de la progestérone en remplacement d’un manque de progestérone en raison de l’insuffisance de la progestérone

Vous êtes praticien santé ou paramédical ? Boostez votre visibilité en vous inscrivant gratuitement sur Therapeutes.com