L’osteoporose : ce que l’on doit savoir

L’osteoporose est une maladie qui fragilise les os des personnes qui en sont atteintes. Ostéoporose signifie littéralement « os poreux ». Ce qui est effrayant au sujet de l’ostéoporose, c’est que la maladie est habituellement « silencieuse », se développant sur de nombreuses années, et passant souvent inaperçue, jusqu’à ce qu’il soit trop tard. Pour de nombreuses personnes, l’ostéoporose ne cause aucun symptôme évident ou inconfort (vous ne pouvez pas « sentir » l’affaiblissement de vos os) jusqu’à ce que la personne atteinte soit finalement très fragilisée au niveau de l’ossature et puisse subir des fractures osseuses.

Ce que l’on doit savoir sur l’ostéoporose

L’ostéoporose est généralement observée chez les femmes de plus de 50 ans, bien que les femmes et les hommes plus jeunes puissent également développer cette maladie. On estime qu’environ une femme sur deux (50 %) et jusqu’à un homme sur quatre (25 %) de plus de 50 ans se briseront un os à un moment donné en raison de l’ostéoporose.

Lorsqu’ils sont examinés au microscope, les os ostéoporotiques contiennent visiblement une structure tissulaire anormale. L’ostéoporose se produit lorsque de petits trous ou des zones affaiblies se forment dans les os, ce qui peut entraîner des fractures osseuses (fractures), des douleurs osseuses et parfois d’autres complications comme la bosse de Dowager (une courbure extérieure anormale des vertèbres thoraciques du haut du dos, causant l’apparition d’une bosse).



Comment l’ostéoporose se compare-t-elle à l’ostéopénie ? L’ostéopénie est une autre affection associée à la perte osseuse et à l’affaiblissement des os, mais elle n’est pas aussi grave que l’ostéoporose.

Signes et symptômes de l’ostéoporose

Quelle est la gravité de l’ostéoporose en termes de symptômes et de conséquences à long terme ? Cette maladie ne doit pas être prise à la légère, car les os faibles et cassés peuvent être difficiles à traiter et à gérer.

Les fractures osseuses, ou la chirurgie nécessaire pour réparer les fractures, peuvent aussi parfois causer des complications mettant la vie en danger et une invalidité permanente chez les personnes âgées. Les pauses, comme les chutes ou les glissades, peuvent aussi limiter la mobilité et l’indépendance, ce qui entraîne des problèmes émotionnels comme le désespoir et la dépression.

  • L’os ostéoporotique se brise. Les fractures et les ruptures se produisent le plus souvent dans les os de la hanche, de la colonne vertébrale ou du poignet. Ils affectent également les pieds, les genoux et d’autres parties du corps. (1)
  • Mobilité limitée, difficulté à se déplacer et difficulté à accomplir les activités quotidiennes. De nombreuses personnes âgées qui se cassent un os devront vivre à long terme dans des maisons de soins infirmiers ou auront besoin de l’aide d’une aide à domicile.
  • Douleur osseuse, parfois permanente et intense.
  • Perte de taille.
  • Posture voûtée ou voûtée. Cela se produit parce que les vertèbres, les os de la colonne vertébrale, peuvent s’affaiblir.
  • Sentiments d’isolement ou de dépression.
  • Chez les personnes âgées, risque accru de décès. Environ 20 % des personnes âgées qui se fracturent la hanche meurent dans l’année qui suit. (2)
Vous aimerez aussi :  6 bienfaits de la bromélaïne prouvés par la science

Comment diagnostique-t-on l’ostéoporose ?

Si votre médecin pense que vous souffrez d’ostéoporose, il peut commencer par mesurer votre taille pour voir si vous avez raccourci. Les os de la colonne vertébrale sont souvent les premiers touchés par la maladie, ce qui peut modifier votre taille.

Votre médecin peut également vous recommander un test pour mesurer votre densité osseuse. Un test appelé DEXA scan est l’outil le plus couramment utilisé pour mesurer la densité osseuse et diagnostiquer la perte osseuse et l’ostéoporose à un stade précoce. La tomodensitométrie quantitative est une autre méthode, mais elle utilise des niveaux de radiation plus élevés que les autres tests de densité osseuse. Les ultrasons, qui testent typiquement le talon de votre pied, peuvent également détecter les premiers signes d’ostéoporose.

En plus de ces tests de densité osseuse, votre médecin pourrait prélever des échantillons de sang ou d’urine et les analyser pour voir si vous avez une autre maladie qui cause une perte osseuse.

Les médicaments contre l’ostéoporose

L’objectif de la plupart des médicaments contre l’ostéoporose est d’aider vos os à rester aussi forts que possible. Mais chacun d’entre eux fonctionne différemment :

Les bisphosphonates, comme l’acide risédronique (Actonel, Atelva), l’alendronate (Binosto, Fosamax) et l’acide ibandronate (Boniva), traitent l’ostéoporose en empêchant le corps de décomposer les os. Vous prenez Boniva une fois par mois, tandis que les autres peuvent être pris une fois par semaine. Si vous prenez ces médicaments de manière incorrecte, ils peuvent provoquer des ulcères dans l’œsophage, il est donc important de suivre les instructions à la lettre.

Vous aimerez aussi :  Accompagner la fibromyalgie par la sophrologie

L’acide zolédronique (Reclast, Zometa) est une infusion d’une fois par an de 15 minutes à travers une veine. Il s’agit d’un bisphosphonate qui peut augmenter la solidité des os et réduire les fractures de la hanche, de la colonne vertébrale, du poignet, du bras, de la jambe ou de la côte. Les effets secondaires les plus courants sont les douleurs osseuses, les nausées et les vomissements. Les personnes dont les reins ne fonctionnent pas très bien devraient l’éviter ou l’utiliser avec prudence.

Les risques de l’ostéoporose

Voici des exemples d’états de santé qui sont des facteurs à risque d’ostéoporose (3) :

  • Cancer du sein ou de la prostate
  • Diabète
  • Hyperparathyroïdie ou hyperthyroïdie
  • syndrome de Cushing
  • Maladie inflammatoire de l’intestin
  • Maladies auto-immunes, y compris la polyarthrite rhumatoïde (PR), le lupus, la sclérose en plaques ou la spondylarthrite ankylosante.
  • Maladie de Parkinson
  • Thyrotoxicose
  • Troubles hématologiques du sang
  • Triade athlétique féminine, périodes irrégulières/absentes ou ménopause prématurée.
  • SIDA/VIH
  • Maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC), y compris l’emphysème.
  • Maladie rénale chronique
  • Maladie du foie, y compris la cirrhose biliaire
  • Greffes d’organes
  • Polio et syndrome post-polio
  • Scoliose
  • Lésions de la moelle épinière