Laminaire saccharina: Propriétés, Indications, Mode d’emploi

  • Autres appellations : Ceinture ou baudrier de Neptune, varech sucré…
  • Parties utilisées : stipe et thalle desséchés et pulvérisés (pour usage interne et bains).
  • Principaux composants : iode (0,25-0,30 % de la poudre), sels minéraux : chlorures de sodium, de potassium, phosphates de magnésium, de calcium, silice ; nombreux oligo-éléments… un glucide (lamina- rine), un mucilage, un acide faible (Valgine), un alcool (mannitol), algulose… Vitamines A, B, C, D, E… (voir N.B. 1 et 2).

Propriétés :

Usage interne :

  • stimulant des échanges des glandes endocrines
  • rééquilibrant organique, correcteur de terrain
  • reminéralisant
  • stimulant circulatoire
  • antigoitreux
  • antiscrofuleux
  • amaigrissant (pour certains pléthoriques)
  • mobilisateur des graisses (antiathéroscléreux).

Usage externe :

les mêmes


Indications :

Usage interne :

  • troubles glandulaires
  • déficience de terrain, fatigue générale
  • toutes les indications de l’iode
  • obésité (déséquilibre glandulaire)
  • hypercholestérolémie
  • hypothyroïdie, myxœdème
  • rachitisme
  • retards intellectuels et staturaux de l’enfance
  • adénites, lymphatisme, scrofulose
  • artériosclérose, hypertension, coronarite (voir N.B. 5)
  • ménopause
  • sénescence
  • asthme, emphysème
  • rhumatismes chroniques, arthritisme
  • entérites, colites.

Usage externe :

  • toutes les indications précédentes
  • gynécologie, fistules (comme dilatateur).

Contre-indications des bains d algues :

  • maladies infectieuses à leur phase aiguë
  • inflammations aiguës, affections évolutives
  • certaines dermatoses (eczémas suintants)
  • certaines tuberculoses pulmonaires
  • abcès pulmonaires
  • décompensation cardiaque
  • affections cardio-rénales
  • rhumatisme articulaire aigu
  • hyperthyroïdie (maladie de Basedow)
  • maladies mentales.
  • Mode d emploi :

Usage interne

  • Décoction :
    • frondes séchées de L. saccharina : 1 partie
    • eau : 10 parties

laisser macérer 4 heures. Faire bouillir et filtrer.

  • Cette décoction servait autrefois à préparer une émulsion d’huile de foie de morue qu’elle rendait plus facile à digérer :
    • huile de foie de morue : 10 parties
    • décoction froide de L. saccharina : 9 parties
    • glycérine : 1  partie
  • poudre, en comprimés : de 0,50 g à 5 g par jour, aux repas (à considérer souvent comme un apport minéral alimentaire). 1 g contient environ 1/2 cg d’iode
  • enfants de   1 à 3 ans : 0,50 g par jour
  • enfants de 3 à 7 ans : 1 à 2 g par jour
  • enfants de 7 à 11 ans : 2 à 3 g par jour
  • adultes : 3 à 5 g par jour

Usage externe :


Quelques lectures intéressantes:

  • cataplasmes émollients
  • bains d’algues (voir N.B. 6)
  • les sels de sodium de l’algine (alginates) sont des sels utilisés comme excipients dans certaines pom­mades et autres préparations pharmaceutiques à usage externe — on utilise le stipe de laminaire, stérilisé, comme dilatateur du col utérin, de l’urètre de certains tra­jets fistuleux…

N.B. :

  • Composition du plasma de Laminaria flexicaulis, en pourcentage (donnée par le Dr de la Farge, La Santé par la mer, Vigot édit., 1961) :
    • Sucres : 54 Protides : 9 Graisses : 3 Calcium 4,1  Magnésium : 2,6  Potassium  : 7,5
    • Chlore : 2,7    Bromure :  0,2   Iode : 0,7
    • Sodium : 5,4     Phosphore : 0,8   Soufre : 0,9
    • Aluminium : 1,1    Fer :  0,6 Manganèse : 0,05

Silicium, étain, rubidium, germanicum, gallium, argent, plomb, bismuth, arsenic, antimoine, lithium, bore, zinc, or, strontium, baryum, cobalt, argon, crypton, glucinium, cérium, titane, vanadium, zénon, etc.

Parmi les éléments glucidiques : mannitol, laminarine, algulose… On trouve, en outre, des diastases et les vita­mines A, Bl, B2, B3, C, D, D2, E, F, K, PP.

  1. Monceaux a pu extraire, par une technique spéciale, d’un broyât de laminaires, un composé très riche conte­nant de grandes quantités d’acides aminés, constituants des protéines, composantes essentielles de la cellule vivante (acide glutamique, leucine, valine, sérine, tyro- sine, méthionine, cystine…).

La Laminaria flexicaulis renferme de l’iode sous forme d’iodure de rubidium combiné à un complexe bétaïnique (désintoxicant hépatique, protecteur des endothéliums vasculaires).

  • La Laminaria saccharina est considérée par les Extrême-Orientaux comme étant douée de propriétés aphrodisiaques.
  • L’algine en poudre, appliquée sur les plaies et les blessures, en favorise la cicatrisation (Smith, C.A.H. « Sciences » 1946).
  • Besterman et Evansjohn ont démontré les proprié­tés mobilisatrices des lipides du sulfate de laminarine (extrait de L. cloustoni) chez des malades atteints de coronarite. (« Un agent antilipémique dépourvu d’action anticoagulante », British Médical Journal,)
  • Pour être efficaces, les bains d’algues doivent évi­demment contenir des algues en proportion suffisante, récoltées et séchées avec art. Il s’en faut de beaucoup qu’il en soit toujours ainsi et, de temps à autre, une mar­que se trouve retirée de la vente par ordre supérieur. Il faut louer cet aspect intéressant de la législation fran­çaise qui, dans ce cas, protège — ainsi que c’est son devoir — l’utilisateur trop confiant.

Pour que les bains d’algues soient efficaces, voir comment faire un bain aux algues marines.

Crédit photo: www.lestaxinomes.org




Vous êtes praticien santé ou paramédical ? Boostez votre visibilité en vous inscrivant gratuitement sur Therapeutes.com