La Lithothérapie, la régulation par les roches

Si le grand public connait les minéraux pour leur diversité de formes et de couleur ou leur utilisation réputée dans les soins énergétiques, bien peu connaissent leur utilisation buvable, en ampoules, sous forme diluée et dynamisée comme les médicaments homéopathiques. Elle est souvent associée ou confondue avec l’oligothérapie, bien que de grandes différences les séparent…

 

Lithothérapie ou Oligothérapie ?

L’oligothérapie est l’utilisation d’un minéral ou d’un oligo élément sous forme de trace infime : quelques millionièmes de grammes seulement.

Cet apport joue un rôle de catalyseur c’est-à-dire d’activateur et/ou de déclencheur de divers mécanismes nécessaires aux enzymes et donc à la vie ; c’est l’approche défendue par le Dr Ménétrier, précurseur de l’oligothérapie, qui avait remarqué que des quantités pourtant infimes avaient la faculté de modifier le terrain.


Il n’est pas vraiment question avec l’oligothérapie de combler des carences en supplémentant, mais plutôt d’obtenir une juste régulation. En oligothérapie, on trouve l’oligo élément seul ou associé au maximum à deux autres éléments.

La lithothérapie est l’utilisation d’une roche totale ou d’un minéral total, préparés selon la méthode homéopathique de dilution et de dynamisation.

La lithothérapie est donc disponible en pharmacie, en ampoules dont la dilution est de 8DH, soit 8 décimales hahnemanniennes. Comme l’oligothérapie, elle représente un apport infime qui joue le rôle de catalyseur. Mais les roches représentent aussi un assemblage unique de plusieurs minéraux naturels et parfaitement biodisponibles, qui agissent en synergie.

Quand l’union (des minéraux) fait la force

Selon les docteurs Tetau et Scimeca, auteurs de plusieurs livres sur le sujet, le remède lithothérapique possèderait une bien meilleure affinité avec les récepteurs cellulaires et donc une meilleure information de la cellule, permettant une entrée de minéraux beaucoup plus importante.

Sa composition associant plusieurs minéraux agissant conjointement pourrait expliquer ce phénomène. On parle même de « totum » minéral, comme pour les plantes : c’est-à-dire qu’un minéral ou un oligo-élément est bien mieux assimilé s’il n’est pas pris seul !

La lithothérapie bénéficie d’une profondeur d’action supérieure à l’oligothérapie, de part sa position au carrefour de l’apport minéral et de l’homéopathie.

 

Une action déchélatrice

La lithothérapie est qualifiée de déchélatrice car on l’a vu, son but est davantage de remettre les minéraux à disposition de l’organisme que d’en apporter.


Quelques lectures intéressantes:

Mais la lithothérapie possède un atout majeur : la libération et la remise en circulation des ions métalliques bloqués par des chélateurs (métaux lourds, molécules de synthèses…etc).

Le problème de la chélation des minéraux par les métaux lourds est un obstacle récurent : beaucoup de personnes ont ainsi du mal à assimiler les oligo-éléments et minéraux utilisés en complémentation.

Malgré les prises régulières, les minéraux sont inutilisés par l’organisme, car chélatés, c’est-à-dire emprisonnés par des molécules qui les rendent alors indisponibles pour l’organisme. Les métaux lourds, omniprésents de nos jours, font partie des principaux chélateurs.

Souvent, il ne s’agit pas à proprement parler d’intoxication aux métaux lourds, mais plutôt d’un phénomène insidieux qui crée des carences alors même que l’apport peut être tout à fait satisfaisant.

 

Quelques exemples :

L’idéal est de consulter un thérapeute formé à l’utilisation de la lithothérapie qui saura reconnaitre la roche la plus adaptée à chaque terrain, car bien choisie, la lithothérapie permet de réguler en douceur et surtout de prévenir les dérèglements.

La lithothérapie peut être utilisée dans des domaines très vastes :

  • Par exemple en cas de nervosité et/ou d’insomnie deux roches contenant du magnésium, la Dolomite et la Diopside peuvent être particulièrement indiquées. En effet, non seulement elles apportent ces deux minéraux dans un rapport équilibré, mais elles contiennent également du silicium, nécessaire à leur absorption.
  • Le remède lithothérapique Silica marina D8 (sable de mer) est également un classique pour réguler les terrains déminéralisés.
  • L’hématite, une roche riche en fer est régulièrement conseillée pour accompagner le traitement des anémies

Mais la lithothérapie peut accompagner bien d’autres régulations de terrain : le renforcement du système immunitaire, le traitement des infections ORL chroniques, l’accompagnement d’une perte de poids, une période de convalescence, la croissance, la ménopause, les troubles des règles …

Divers problèmes de peau comme l’eczéma, l’acné ou le psoriasis peuvent bénéficier de l’apport de la lithothérapie, ainsi que les allergies, l’intestin irritable, les rhumatismes, l’arthrose…etc.

Les minéraux et oligo éléments étant nécessaires pour toutes les réactions organiques, la lithothérapie est donc aussi utile en prévention qu’en régulation

 

Article rédigé par Marie Chetaille

Naturopathe

chetaille.marie@orange.fr

 

Vous êtes praticien santé ou paramédical ? Boostez votre visibilité en vous inscrivant gratuitement sur Therapeutes.com