Giardiase: Traitement naturel qui fonctionne, causes, symptômes, prévention (4 conseils en bonus)

La giardiase ou lambliase est une maladie parasitaire courante, provoquée par le parasite Giardia intestinalis qui vit dans l’intestin. Elle contamine aussi bien les humains que les animaux (comme les chats, chiens, castors). Elle est d’ailleurs aussi appelée « la fièvre du castor » car elle peut se transmettre dans les cours d’eau contaminés où se trouvent des barrages de castors. Les personnes affectées par cette maladie ne présente pas forcément de symptômes. Les symptômes fréquents sont la diarrhée, la nausée … Découvrez les moyens de préventions de cette maladie ainsi que les traitements naturels possibles.

Qu’est ce que la Giardiase ?

La giardase est une infection du système digestif causée par de très petits parasites appelés Giardia intestinalis, également connu sous le nom de Giardia lamblia, ou Giardia duodenalis. Ces parasites peuvent vivre dans les intestins des humains et des animaux, et certaines personnes peuvent transporter le parasite sans présenter de symptômes. Dans d’autres cas, il provoque des symptômes d’infection intestinale, comme la diarrhée aiguë.

Le parasite peut être trouvé dans le sol, les aliments ou l’eau contaminée par les fèces de personnes infectées ou d’animaux. L’infection est acquise en absorbant les kystes du parasite à partir d’une source contaminée. La source d’infection la plus fréquente est l’eau contaminée, mais elle peut également être contractée directement auprès d’autres personnes, de surfaces ou d’objets qu’ils ont manipulés.


 

La giardiase est-elle une maladie courante ?

La maladie est plutôt fréquente. Il y a par exemple plus de 3 500 cas de giardiases signalés en Angleterre et au Pays de Galles chaque année. Cependant, le nombre réel est probablement plus élevé car de nombreux cas ne sont pas diagnostiqués. Environ un quart des cas sont censés être contractés à l’étranger, mais les symptômes peuvent ne pas se développer jusqu’à ce que la personne soit revenue à la maison.

Quels sont les symptômes ?

Vous ne savez pas nécessairement que vous avez récupéré l’infection jusqu’à ce que les symptômes apparaissent. Le délai entre l’infection et l’apparition des symptômes (période d’incubation) est habituellement de 7 à 14 jours, mais peut durer jusqu’à 45 jours. Les symptômes les plus fréquents sont:

  • La diarrhée
  • Crampes abdominales
  • Flatulences
  • Nausée
  • Ballonnements
  • Indigestion
  • Fatigue extrême
  • Déshydratation
  • Perte d’appétit
  • Perte de poids

Vous devriez voir votre médecin traitant si vous avez de la diarrhée, des crampes, des ballonnements et des nausées qui durent plus d’une semaine, surtout si vous avez récemment été à l’étranger.

Si votre bébé ou votre enfant a une diarrhée pendant plus de 2 ou 3 jours, ou  eu 6 épisodes de diarrhée ou plus au cours des 24 dernières heures, ou présentent des signes de déshydratation, amenez-les consulter votre médecin généraliste.

Votre médecin généraliste peut envoyer des échantillons de selles pour être testés dans un laboratoire pour diagnostiquer la giardiase.  Cela peut nécessiter jusqu’à 3 échantillons pendant plusieurs jours pour confirmer l’infection.

 

 

Giardiase: Causes et facteurs de risque

Comment est-on contaminé exactement ? Ce type de parasite microscopique peut survivre à l’intérieur des humains et des animaux en s’installant dans l’intestin.  Il peut même vivre à l’extérieur des intestins pendant une période où une couche dure forme une coquille autour du parasite. Cette couche (appelé kyste) protège le parasite. La coquille du parasite se dissoudra quand elle entrera dans le système digestif « de l’hôte ». Les parasites de Giardia se transmettent le plus souvent à de nouveaux hôtes lorsque quelqu’un consomme de l’eau contaminée par le parasite. Ou, ils peuvent se transmettre si quelqu’un mange des aliments qui les contiennent.

 

La recherche montre que certains des plus grands facteurs de risque associés au développement de l’infection par giardia comprennent:
• La nage dans l’eau contaminée, en particulier les ruisseaux de « l’arrière-pays », les rivières, les étangs et les lacs. Des parasites peuvent également être trouvés dans certains approvisionnements en eau contaminés, dans les piscines, les spas à remous, les puits, les parcs aquatiques et les spas.
• Certains aliments et eau potable peuvent également être contaminés en raison du ruissellement et d’autres effets agricoles. Par exemple, les eaux de surface situées à proximité d’un complexe agricole industriel ou d’un abattoir peuvent être exposées à des rejets ou des excréments d’animaux contenant des parasites.
• Le contact entre personnes peut transmettre des infections par giardia, dans certains cas.  Il aussi peut être transmis par des selles dans les zones où les gens nagent. Par exemple, quand un enfant ou une personne malade souffrant de diarrhée va dans la salle de bain d’une piscine publique. Les adultes qui travaillent avec des enfants ont un risque accru. Les personnes qui travaillent dans une garderie et changent des couches peuvent être exposées à des matières fécales contaminées. En effet les infections sont transmises dans les crèches à un rythme croissant. (3)
• Le rapport sexuel anal est un autre facteur de risque, tout comme un contact direct avec les selles et les matières fécales.
• Dans certains cas, des produits ( comme les fruits et légumes) peuvent être arrosés, irrigués ou lavés avec de l’eau contaminée. Il est considéré que la nourriture est une source d’infection moins commune que l’eau potable; cependant, c’est toujours possible. La cuisson des aliments aide à tuer le parasite, c’est pourquoi la consommation de nourriture à l’état brut présente un risque plus important.
• Les personnes travaillant dans les restaurants, dans la fabrication d’aliments ou dans les milieux agricoles peuvent également contaminer certaines parties de l’alimentation. Si les personnes manipulant de la nourriture et infectées par la giardiase ne se lavent pas bien les mains pour enlever le parasite, ils peuvent le transmettre à des aliments que quelqu’un d’autre consommera.
• Les personnes qui travaillent avec des animaux sauvages et domestiques  où qui en possèdent comme animaux de compagnie (comme les agriculteurs) sont également exposées à un risque accru car les animaux peuvent passer des parasites dans leurs selles. Parfois, le propriétaire / l’agriculteur attrape le parasite sur ses mains. Ou il peut contaminer l’approvisionnement en eau et / ou toucher les aliments ou les récoltes à proximité.


Quelques lectures intéressantes:

 

Giardiase: traitement naturel (4 traitements et conseils)

1. Consultez votre médecin si vous soupçonnez une infection (surtout si vous êtes enceinte)

Dans la plupart des cas, la giardiase disparaîtra seule. Mais si cela n’est pas le cas, un professionnel de la santé devra le traiter ou vous pouvez le traiter avec des remèdes maison. Votre médecin établir un diagnostic en testant des échantillons de vos selles. Il n’est pas toujours nécessaire de consulter un médecin (beaucoup de gens ne le font pas, car ils ne présentent aucun symptôme). Mais si vous pensez que vous ou votre enfant pourrait avoir une infection, consultez votre médecin pour obtenir un diagnostic médical adéquat. Ceci est particulièrement important si vous êtes enceinte.

Les symptômes causés par des infections parasitaires peuvent imiter ceux dus à d’autres pathologies. Donc, lorsque les symptômes sont modérés à graves, il est préférable d’en parler à votre médecin avant de tenter de traiter l’infection afin d’exclure d’autres causes. Il faut toujours prendre en considération les cas graves qui durent plusieurs semaines et qui interférent sérieusement avec l’alimentation, l’alcool et la santé digestive. Ils doivent être traités aussi rapidement que possible avec des traitements tels que des antibiotiques (si nécessaire).

Au besoin, plusieurs médicaments antibiotiques utilisés pour traiter la giardiase comprennent: le Flagyl   (métronidazole), le Tinidazole (Tindamax) et l’Alinia (Natazoxanide). Les effets secondaires potentiels de ces médicaments peuvent inclure des nausées, un goût métallique dans la bouche, des flatulences, des yeux jaunes et des urines jaunes foncés. Ils ne conviennent pas aux femmes enceintes et parfois ne sont pas donnés aux enfants. Mais, c’est à votre médecin que revient la décision.

 

2. Prévention

Si vous passez du temps près ou dans des plans d’eau tels que les sources, les cours d’eau ou les lacs (par exemple en camping ou en randonnée), ne buvez pas l’eau à moins de la filtrée et vous que êtes sûr de qu’elle ne présente aucun danger. En général, ne buvez pas d’eau d’une étendue à moins que l’eau ne soit filtrée et / ou bouillie pendant au moins 10 minutes à 70 C d’abord. Ne pas faites pas de glaçons avec cette l’eau. Évitez de cuisiner avec cette eau, et ne lavez pas les fruits et les légumes avec.

La cuisson aide à tuer le parasite, donc manger des fruits et des légumes crus présente un risque plus important. Il est préférable de boire de l’eau en bouteille quand ne vous n’êtes pas sûr d’un approvisionnement en eau, en particulier pour les enfants et les femmes enceintes. Si vous nagez dans une eau potentiellement contaminée, essayez fortement de ne pas avaler l’eau et de vous doucher peu après.

Si vous avez un risque accru d’infections intestinales parce que vous travaillez avec des enfants qui portent des couches (comme dans une crèche), assurez-vous de vous laver les mains après avoir manipulé toute matière fécale. Idem pour  pour toute personne qui nettoie des toilettes, travaille avec des patients dans un hôpital ou  dans un centre de soins, ou manipule des selles / matières fécales dans tout autre environnement. Les personnes travaillant dans un restaurant ou dans les fermes devraient également faire très attention à se laver les mains afin de ne pas transporter des microbes ou parasites nocifs dans l’alimentation.

 

3. Protéger ceux qui vous entourent

Si vous êtes atteint de giardiase, lavez-vous toujours les mains avant de manger, douchez vous quotidiennement et adopter une bonne hygiène de vie.
• Ne partagez pas de nourriture ou de boissons avec d’autres personnes sauf si vous avez soigneusement lavé vos mains au préalable. Ne pas travailler autour de la nourriture qui est servi aux autres jusqu’à ce que l’infection disparaisse.
• Les gens autour de vous doivent se laver les mains soigneusement après avoir utilisé un toilette partagé.
• Évitez de nager dans les piscines publiques, les bains à remous, etc. pour le moment.
• Toujours pratiquer des rapports sexuels sans risque, en particulier pour le sexe anal ou oral, en utilisant un préservatif pour protéger votre partenaire. Il est plus sûr d’éviter les relations sexuelles lors d’une infection.
• Ne pas amener les enfants infectés à la crèche jusqu’à ce qu’ils soient rétablis.

 

4. Des suppléments et des plantes pour purifier le corps

Certaines personnes pensent que la prise de certaines herbes purifiantes, les huiles essentielles antiparasitaires et les suppléments aident leur corps à se débarrasser du parasite plus facilement. Il s’agit notamment des substances végétales naturelles suivantes, utilisées de manière sûre pendant de nombreuses années. Vous pouvez les trouver dans la plupart des magasins d’alimentation bio ou en ligne:
• Noix noire (environ 250 milligrammes 3x par jour) – historiquement utilisé pour le traitement des parasites et d’autres infections intestinales. (4)
• Absinthe (200 milligrammes pris 3x par jour) – connue pour ses propriétés antiparasitaires. (5)
• Huile d’origan (500 milligrammes pris 4x par jour) – L’huile d’origan contient des substances antibactériennes et antiparasitaires naturelles qui ont de nombreux effets purifiant. (6)
• Extrait de pépins de pamplemousse (lire les instructions et en consommer la quantité indiquée) (7)
• L’huile de girofle (500 milligrammes pris 4x par jour ou 4 tasses de thé) – aide à tuer les parasites et les autres organismes envahisseurs qui peuvent causer des troubles digestifs et des infections. (8)
• Les aliments notamment les herbes fraîches ou les épices comme le gingembre et le curcuma, l’anis / fenouil, le jus de citron, l’aloe vera, le miel brut et l’ail cru peuvent également aider à réduire les symptômes notamment la diarrhée ou la nausée.

 

Crédit photo: pixnio.com

 

 

 

 

Vous êtes praticien santé ou paramédical ? Boostez votre visibilité en vous inscrivant gratuitement sur Therapeutes.com