Gastralgie: Traitement naturel par la médecine traditionnelle chinoise

Les altérations fonctionnelles de l’estomac sont fréquentes. Les dyspeptiques nerveux souffrent de troubles vasomoteurs qui se caractérisent par des crampes et des douleurs de l’estomac.
Les patients sont particulièrement sensibles aux ballonnements, aux brûlures et aux fameux « renvois » de l’estomac.
Les digestions difficiles entraînent le dilatement de l’estomac et des intestins. La constipation favorise la congestion de la partie infé­rieure de l’intestin. Elle provoque de pénibles hémorroïdes, déjà signalées dans le Miroir d’or de la Médecine (xviii siècle).
Plus difficiles à définir sont les douleurs de l’estomac, en raison de leur caractère : sourdes, continues ou vagues, elles peuvent s’étendre à tout l’abdomen. L’acupuncture améliore généralement les fonctionnels « déréglés ».

Pour combattre les gastralgies, le médecin dispose des plantes dites digestives. Elle permettent de combattre les spasmes digestifs, les états nauséeux et les vomissements.
Les Chinois rangent les douleurs stomacales dans la pathologie de la région supérieure de l’abdomen (tiraillement épigastrique) et l’étudient en fonction du foie et du pancréas. La gastralgie ou la sen­sation de douleur est difficile à préciser. Elle obéit à de nombreux facteurs subjectifs. Le vaisseau concerné, en médecine traditionnelle, est le méridien de l’Estomac. Les premières médications tendent à rétablir un équilibre de fonction, la fonction normale de l’estomac.

Gastralgie: Traitement naturel simple

Les douleurs gastriques sont traitées par des plantes médicinales que l’on retrouve dans tous les Pen-ts’ao (Materia Medica). Il s’agit principalement de sédatifs, antispasmodiques et antalgiques.


Citrus (oranger)
L’écorce d’orange amère ou “Peau verte” (Ts’ing-p’i), dite Exo­carpium Citri Rubrum du Kouang-tong et du Kouang-si, active les sécrétions gastriques. Elle facilite la fonction digestive de l’estomac. On distingue l’écorce méridionale du fruit du Sseu-tch’ouan (Fructus Citri immaturus exsiccatus). Le Citrus aurantium Linné (Tche-kou), tonifie la rate et l’estomac.

Cyperus (souchet rond)
Le Hiang-fou, Rhizoma Cyperi, Cyperus rotudundus L. ( Cypera­ceae) du Tchö-kiang, du Chan-tong, du Sseu-tch’ouan, du Hou-nan, du Ngan-houei, et du Kiang-sou est employé comme stomachique. Les tubercules renferment de l’amidon et de la résine. Elles donnent une huile essentielle qui renferment de la cypérine, du cypérol et du cypérone.
Curcuma
Le Kiang-houang, Rhizoma Curcumae, Curcuma longa Linné (Zingiberaceae), est un sédatif gastrique. L’espèce du Sseu-tch’ouan est la plus estimée. Le rhizome cylindrique coupé est présenté en tranches de un à quatre centimètres. La racine de Curcuma contient une huile essentielle qui donne du turmérol et du phellandrène. La curcumine est une poudre cristalline de couleur jaune. Elle traite les douleurs et distensions abdominales.

Aconit
La racine de Wou-t’eou (“tête noire”), Aconitum chinense Paxton (Ranunculaceae), traite les névralgies et les douleurs abdominales.
Wou-t’eou (« tête noire») désigne plus précisément le tubercule qui pousse la première année. On le différencie du tubercule secondaire blanc du Nord-Est, ou Pai Fou-tseu (Radix Aconiti koreani), qui a une action antispasmodique comparable.

Aquilaria (bois d’aigle)
Le Tch’en-hiang, Lignum Aquilariae (Thyrnelaeaceae), des îles de Haï-nan et de Taïwan (Formose) traite les états nauséeux et les vomissements. Le bois d’aigle (Aquilaria sinensis Merril) est tonique et stomachique.

Areca (aréquier)
Les Pin-fang, Semen Arecae (Palmae) poussent dans les îles de Haï-nan et de Taïwan, au sud du Yun-nan et dans le Kouang-si. Le terme chinois Pin-Lang (aréquier) viendrait du Malais Pinang (île), qui suggérerait son origine. L’Areca catechu Linné, est un ver­mifuge réputé des « Passes du Sud » (Ling-nan) de la Chine méridio­nale. Il renferme l’arécoline, l’arécadine, la guvacoline et la guva­cine. La noix d’arec est active contre les embarras gastriques et les douleurs de l’estomac. Elle est souvent associée au Heou-p’o (Cortex Magnoliae) et au Mou-hiang (Radix Saussureae).


Quelques lectures intéressantes:

Gastralgie: Traitement naturel combiné

Le vomissement est souvent précédé de dou­leurs stomacales au cours de l’indigestion. Il peut être traité par l’acupuncture et la moxibustion. Le point spécifique de !’Estomac est le Tsou san-li (n° 36 de !’Estomac). On l’emploie avec le Nei-kouan (n° 6 du Maître du Cœur) et le Tchong-kouan (point n° 12 de la ligne médiane antérieure, dit « point digestif de l’Estomac », au milieu de la ligne qui va de l’ombilic à l’extrémité inférieure de l’appendice xyphoïde. Les points adjuvants sont le Ho-kou (point n° 4 du Gros Intestin) et le Lie-k’iue (point n° 7 des Poumons).
L’auriculothérapie indique les points « Estomac », « Sympathi­que», Chen-men (point sédatif) et «Sous-cortical». On peut pres­crire des injections sédatives et notamment de la Dolantine.

Par voie buccale, on recommande en décoction le gingembre ou Cheng-kiang (Zingiber ojficinalis Rose) avec le Pan-hia (Pinellia) contre les vomissements. Le Rhizoma Zingiberis est dit originaire du Pacifique. Il est cultivé dans le Sseu-tch’ouan, le Kouang-tong (District de Sin-houei) et les Provinces du Fou-kien, du Tchii-kiang et du Yun-nan. Il est réputé antalgique, traite les ballonnements et les vomissements. Les sédatifs gastriques adjuvants sont le M ai-ya (orge germé) et le Chan-tch’a (aubépine).
Flos Mume (Mei-houa); Prunus Mume Siebold et Zuccarini, (Ra· saceae), est recommandé contre la gastrite aiguë et la diarrhée.

On conseille également l’écorce brune de cannelier ( Cortex Cinnamomi), stimulante et stomachique.

Le cannelier de Chine, Cinnamomum Cassia Blume (Lauraceae), plante aromatique, croît dans la partie sud-est du Kouang-si et dans la région sud-ouest du Kouang-tong. Elle pousse également dans les îles de Haï-nan et de Taïwan (For­mose). Les espèces de Ceylan et d’Indochine sont identifiées sous Cinnamomum zeylanicum Nees.

L’écorce de cannelier que nous avons trouvée à Saïgon (Cholon) se rapporte à Cinnamomum lou­reiri Nees. Le Cortex du Vietnam se rapproche de celui du Yun-nan (Chine).
Le cannelier est le médicament spécifique du Ming-men (« Porte du destin »), organe symbolisant la fonction rénale. L’écorce du can­nelier de Chine est tonique et astringente. Elle traite les douleurs abdominales et les diarrhées.
Le Se men Litchi (Sapindaceae) est particulièrement indiqué contre les douleurs stomacales. Les espèces les plus appréciées viennent des districts cantonnais de P’an-yu, Tong-kouan, Tseng-tch’eng et Sin­houei. Le fruit du Litchi est tonique, astringent et antalgique.

L’étude de l’irritation des organes creux (estomac-intestin) et de leur sensibilité a permis une réutilisation progressive et améliorée des recettes Song. Les malades digestifs sont, on le sait, le plus sou­vent des « fonctionnels ». C’est en effet le froid, le surmenage, les ennuis, l’angoisse ou simplement une ingestion trop rapide qui pro­voquent les gastralgies. On les combat avec la caféine ou l’éphédrine.
Les tablettes protectrices de l’estomac (wei-pao) sont confection­nées à Kirin. Elles sont composées de Concha Ostrea (93 %), de Rhizoma Rhei (3 %), de Radix Gentianae (4 %). Il ne faut pas les confondre avec les tablettes sédatives de l’estomac (p’ing-wei p’ien), utilisées à Canton, qui sont aromatiques, stomachiques, carminati­ves et diurétiques. Elles stoppent la douleur, les spasmes et la diar­rhée. Elles comprennent quatre ingrédients : A tractylodes, Magno­lia, Citrus nohilis et Glycyrrhiza.

A Sou-tcheou, on emploie !’Herba Portulacae contre la diarrhée et à Kouei-lin (Kouang-si) on recommande la médication lactique. On introduit dans l’intestin des cultures de bacilles lactiques antago­nistes de la putréfaction intestinale sous forme de tablettes ou de poudres (lactasine).
Le traitement conjugué de type occidental prévoit l’action inhibi­trice de ratropine. Elle est associée au bromure de propanthdine qui tarit la sécrétion gastrique et traite les spasmes. La morphine est destinée aux crises des cancéreux.
Il est difficile d’établir une classification précise des algies de l’abdomen, tout en restant pratique.

Les informations, les opinions et les conseils contenus dans cet article ne doivent pas être utilisés comme outil de diagnostic ni être substitués à un diagnostic médical.
Il est fortement recommandé de demander un avis médical auprès d’un professionnel de santé avant d’envisager tout traitement.

Vous êtes praticien santé ou paramédical ? Boostez votre visibilité en vous inscrivant gratuitement sur Therapeutes.com