Fracture: Définition et précisions

En traumatologie, on designe une fracture par la lésion par rupture d’un os, avec ou sans déplacement,

Les fractures sont de deux types

Fractures par choc direct, avec contusion des téguments et risque d’ouverture du foyer de fracture de dehors en dedans;
Fractures par choc indirect, provoquant une torsion, un étirement ou un tassement <le l’os. Le risque d’ouverture est moindre, cependant l’un des fragments osseux peut ouvrir la peau de dedans en dehors.


Signes de fracture

Sur le plan clinique, une fracture se traduit par des douleurs, une impotence fonctionnelle et, à l’examen, par une déforma­tion et des mouvements anormaux. La radio­graphie précise l’importance du déplacement. En présence de toute fracture il faut recher­cher des complications immédiates : l’ouver­ture du foyer de fracture, une lésion vascu­laire, une atteinte nerveuse. (Les fractures des différents os sont traitées aux mots corres­pondants.)

Trait de fracture

Le trait de fracture peut avoir différents aspects : transversal, oblique, spiroïde (trait hélicoïdal se voyant parfois dans les fractures des os longs des membres), etc.
Les fragments peuvent présenter un chevau­chement ou même être engrenés; lorsqu’ils sont très nombreux, la fracture est dite comminutive.


Quelques lectures intéressantes:

Consolidation des fractures

La réparation des fractures est obtenue, après réduc­tion, par une contention dont la durée est variable, selon le type de la fracture et le terrain. Cette réparation se fait à partir d’un tissu de granulation (tissu conjonctif) qui appa­raît dans les premiers jours qui suivent le trau­matisme. Un cal fibreux se forme progres­sivement, qui va se charger en calcium et phosphore, en même temps que se différencient des cellules osseuses : les ostéoblastes. La bonne vascularisation du foyer de fracture est un él’ément capital de la consolidation. Les aspects pathologiques de la réparation des fractures sont nombreux. Sans insister sur le retard de consolidation, qui dépend de condi­tions locales et générales, il faut signaler deux complications tardives :

– la pseudarthrose qui se caractérise par la formation d’une nouvelle articulation, anor­male, duc à l’absence complète de consolida­tion osseuse;
– le cal vicieux, qui est une consolidation en mauvaise position d’un foyer de fracture.

Vous êtes praticien santé ou paramédical ? Boostez votre visibilité en vous inscrivant gratuitement sur Therapeutes.com