Désir d’enfant: comment la Sophrologie accompagne la PMA

Par Fériel Berraies Sophrologue certifiée RNCP spécialisée en Périnatalité, Sexualité et Enfance

Chaque année, un nombre croissant de couples connaissant des problèmes d’infertilité se lancent dans un parcours d’Assistance Médicale à la Procréation (AMP). En 2012, 145 000 tentatives de procréation médicalement assistée ont ainsi été menées, permettant la naissance de près de 24 000 enfants. (Source INED : Institut National des Etudes Démographiques). La plupart de ces naissances ont été rendues possibles grâce à une FIV (Fécondation In Vitro).

Un parcours dans la difficulté et dans la durée

Le Traitement en lui-même amène des bouleversements, notamment physiques :



  • Mal au bas ventre
  • Maux dorsaux
  • Maux de tête
  • Douleur du traitement
  • Bouffée de chaleur et prise de poids

Mais l’impact émotionnel et psychique est celui qui déstabilise le plus…

Flash Back sur la PMA

L’assistance médicale à la procréation (AMP) est un terme employé par l’Agence de la biomédecine en charge des dossiers des personnes voulant accéder à ses soins.

Selon l’Agence de la biomédecine, environ 3%  des naissances en France sont issues d’une AM, soit un couple sur dix.

AMP ou PMA (procréation médicalement assistée), désignent  l’ensemble des techniques utilisées pour permettre à des couples infertiles d’avoir des enfants.

Selon le type et le degré d’infertilité (masculine, féminine, ou les deux) différentes techniques sont proposées aux couples.

Les techniques d’assistance  médicale à la procréation sont diverses mais les plus connues sont les suivantes:

  • L’insémination artificielle consiste à déposer  les spermatozoïdes à l’aide d’un cathéter directement dans l’utérus
  • La fécondation in vitro FIV,  consiste à prélever des ovocytes et des spermatozoïdes afin de les mettre en contact dans la boite de culture et d’injecter directement  le spermatozoïde dans le cytoplasme de l’ovocyte (injection intra-cytoplasmique (ICSI) Après fécondation, les embryons sont implantés dans l’utérus de la femme)
  • L’accueil d’embryon, plus rare, consiste à implanter un embryon issu d’un don d’un couple ayant déjà bénéficié d’une AMP

Quelque soit la technique utilisée, l’incertitude des résultats rend le parcours de soins générateur de beaucoup  d’angoisses pour la femme. Les nombreux examens et traitements médicaux subit génèrent parfois des douleurs et de gros bouleversements émotionnels pour la femme.

Vous aimerez aussi :  Top 20 aliments riches en fer, d'origine animale ou végétale

Il faut savoir avant tout que l’on rentre dans un acte de procréation conditionné et que les techniques restent très contraignantes, ce qui peut déstabiliser le rapport du couple, mais surtout la femme qui le subit.

Pourquoi on risque de « craquer » en parcours ?

Au fur et à mesure des étapes, il n’est pas rare que l’on peine face à l’observance thérapeutique. Certaines personnes vont se démotiver, car le parcours est long, douloureux et les résultats ne sont pas forcément immédiats.

La femme peut alors s’enfermer dans des croyances et se laisser parasiter.

Elle peut culpabiliser et se dire « je ne suis pas comme les autres mamans » et ne plus croire en son corps, « on n’est pas des humains car on ne sait pas procréer ».

Elle peut aussi se sentir « prisonnière » et avoir honte du regard des autres, la société, la famille.

En PMA les femmes qui ont recours à la Sophrologie, viennent me voir quand elles sentent qu’elles risquent de lâcher et quel que soit l’étape du traitement.

Les demandes les plus exprimées sont :

  • Ne plus angoisser
  • Etre forte et rester positive
  • Ne pas avoir mal

Bien sûr, cela est juste une approche anecdotique, d’autres besoins peuvent apparaître, selon la personne.

Durant la 1ere anamnèse on peut recevoir, le mari et la femme mais jamais les deux en même temps.

Il est toujours plus judicieux, de recevoir les conjoints  et de travailler sur une thématique donnée, mais séparée. C’est important de veiller à ce que les deux partenaires soient à l’aise, sans peur du jugement du conjoint.

Il est important d’identifier et comprendre en toute bienveillance, l’origine de l’infertilité de la femme ou du mari.

Cela va aussi jouer dans le choix des exercices que nous allons plus tard leur proposer et le type de protocole.

Vous aimerez aussi :  Séance de sophrologie à Paris: 3 sophrologues incontournables de la capitale

Mais il est clair, qu’au départ, le problème est plus « féminin », et ce sera surtout la femme qui sera demandeuse (il n’est pas rare que le mari, se désinvestisse, aussi)

L’Objectif du parcours d’accompagnement sera d’amener la patiente à vivre sereinement le parcours de la FIV  (pour cela, il faut respecter toutes les étapes et aller au bout du processus)

Pour cela le Sophrologie accompagne à toutes les étapes, pour aider à gérer les yoyos émotionnels, les crises d’angoisse, les maux physiques et pour casser le cercle négatif des pensées  parasites qui peuvent amener à lâcher les traitements.

La Sophrologie interviendra à toutes les étapes du Traitement, que des difficultés surgissent soit en cours, suite à des tentatives, ou dès la délivrance du traitement.

Ici il s’agit avant tout d’un Accompagnement relatif à un traitement médical. La Sophrologie interviendra en bout de parcours aux côtés de la médecine. La FIV  il faut aussi le rappeler, reste la technique médicale la plus globale.

La Sophrologie est une alliée efficace dans la procréation médicalement assistée

La Sophrologie est une méthode d’accompagnement précieuse. En effet, la Sophrologie a beaucoup à offrir en tant qu’outil de lâcher prise, d’équilibre et de confiance en soi. D’autant que se sentir bien dans sa tête et dans son corps, avoir le moral et être sereine optimise les chances de réussite d’une FIV ou d’une insémination.

La Sophrologie permet également de préparer chaque étape du protocole de PMA en visualisant un vécu positif des interventions successives : stimulation ovarienne, ponction des follicules et transfert de l’embryon pour les FIV, Insémination pour les IAC et IAD. Il s’agit également de préparer positivement la grossesse.

Attention :

Si la sophrologie ne peut garantir le succès du protocole thérapeutique, elle mettra en revanche l’accent sur l’optimisation des moyens utilisés de manière à placer la personne dans des conditions psychologiques favorables au succès.

Article rédigé par Fériel Berraies

www.feriel-berraies-therapeute.com

Contact: fbsophro@gmail.com