Comment fonctionne l’hypnose ?

Le mécanisme de l’hypnose nous est aussi inconnu que celui du sommeil, ce qui explique la floraison des théories qui prétendent l’expliquer.

Là encore, comme partout ailleurs, quand un processus connu ne répond pas à un mécanisme précis capable de le faire comprendre entièrement, il faut se contenter d’analyser l’ensemble des explications qui, dans l’état actuel des choses, nous permet d’avoir, grâce à chaque théorie, une vue partielle, fragmentaire, comportant une part de vérité sur le  processus étudié.

Il est bien entendu que tous les théoriciens qui l’analysent considèrent, eux, que seule leur théorie correspond à la vérité.


Nous décrirons donc les différentes théories de l’hypnose en essayant de mettre en évidence ce que chacune d’entre elles peut nous apporter sur le plan concret et pratique de la compré­hension du phénomène.

Tout d’abord, nous essaierons d’en donner une définition dont nous savons au départ qu’elle est incomplète, entachée d’erreurs, mais qui nous a semblé l’une  des  moins  mauvaises  : l’hypnose  est un sommeil incomplet de type spécial provoqué artificielle­ment par des manœuvres de suggestion, des actions physiques et mécaniques au cours desquelles le sujet est capable d’obéir aux suggestions de l’hypnotiseur.


Quelques lectures intéressantes:

Sommeil incomplet de type spécial

l’état hypnoïde, inter­médiaire entre la veille et le sommeil, est défini par des modi­fications existentielles,  en premier lieu par des  altérations de notre position dans le monde, caractérisées essentiellement  par une diminution des corrélations avec le monde extérieur, ce der­nier s’estompant pour disparaître complètement parfois dans les transes profondes.

Cet état hypnoïde possède un régime électro­ encéphalographiqne et neurophysiologique spécial s’exprimant, au point de vue psychologique, par un processus d’intériorisation ; c’est-à-dire que le sujet se replie sur lui-même et isole un type de relation tout à fait spécial, exclusif, avec son thé­rapeute, ce type de relation se caractérisant essentiellement  par une dépendance voulue et acceptée.

Cette relation est favorisée par un état psychologique particulier : la suggestibilité.  L’effet de la technique hypnotique peut être essentiellement  d’augmen­ter la suggestibilité,  donc la réceptivité du patient.

Sommeil spécial provoqué artificiellement

pour provo­quer cet état il est nécessaire d’utiliser une technique  hypnotique qui comprend un certain nombre d’éléments fondamentaux, mais comporte cependant des variations plus ou moins importantes suivant les auteurs.

L’état hypnotique est donc un état psycho­logique renforcé par certains processus physiologiques, répon­dant à la définition d’un état psychophysiologique.

 

Vous êtes praticien santé ou paramédical ? Boostez votre visibilité en vous inscrivant gratuitement sur Therapeutes.com