Bistorte (Polygonum bistorta), plante médicinale aux 1000 vertus

La bistorte (Polygonum bistorta, Polygonacée) est une plante poussant dans les climats humides d’Europe et d’Asie. Le terme bistorte signifie étymologiquement ”deux fois tordues” ou ”double torsion” en référence à la forme de sa tige. La fleur très particulière de la bistorte en fait une plante fréquemment utilisée à des fins ornementales. Les rhizomes sont comestibles et sont notamment consommés en Russie. L’usage médicinal de la bistorte est traditionnel en Europe central dans le traitement des inflammations locales, des troubles digestifs et des hémorroïdes. On retrouve des traces dans la littérature d’un usage médicinal de la bistorte dès l’époque de Charlemagne.

Autres appellations: serpentaire femelle ou bistordue, langue de bœuf…

Parties utilisées : racine.


Principaux composants : tanin (15 à 20%), ami­don, acides gallique, oxalique…

Propriétés :

(comparables à celles de la tormentille)

  • astringent (intestin, voies génitales)
  • modificateur des muqueuses
  • tonique
  • vulnéraire

Indications :

Usage interne :

  • diarrhées, dysenterie
  • métrorragies
  • pertes blanches
  • urétrites
  • hémorroïdes
  • aphtes
  • tuberculose
  • fièvres intermittentes (associée à la gentiane). Usage externe :
  • plaies
  • stomatites, pharyngites
  • urétrites, pertes blanches
  • hémorroïdes, diarrhées.

Comment l’utiliser :

Usage interne :


Quelques lectures intéressantes:

  • décoction : 30 g pour 1 litre d’eau. Bouillir 5 mi­nutes. 4 tasses par jour
  • poudre : 2 à 4 g par jour
  • extrait mou : 0,50 à 2 g par jour, en pilules
  • vin (conseillé par H. Leclerc) :

Laissez macérer 24 heures 125 g de racine de bistorte concassée dans 250 g d’alcool à 45°. Ajouter quantité suffisante de vin rouge de Bordeaux pour amener à un litre. Laissez macérer 4 jours. Passer. De 50 à 100 g par jour.

Usage externe :

  • 2 poignées par litre d’eau. Bouillir 15 minutes : en injections dans les leucorrhées, urétrites ; en lavements dans hémorroïdes, diarrhées ; en com­presses comme antiseptique et cicatrisant des plaies ; en gargarismes dans angines, aphtes, et pour fortifier les gencives.
  • Suppositoires astringents et calmants ((hémorroïdes, diarrhées) :
    • extrait de bistorte: 0,50 g
    • extrait de jusquiame: 2 cg
    • beurre de cacao: 5 g

pour un suppositoire.

Crédit photo: soisic.canalblog.com

Vous êtes praticien santé ou paramédical ? Boostez votre visibilité en vous inscrivant gratuitement sur Therapeutes.com