Bien dans sa tête, bien dans son corps: Comment l’esprit agit sur le corps ?

Une équipe de neuroscientifiques de l’Université de Pittsburgh ont identifié les réseaux neuronaux qui relient le cortex cérébral à la moelle surrénale, qui est responsable de la réponse rapide du corps dans des situations stressantes. Ces résultats, rapportés dans la première édition en ligne de la revue Proceedings de la National Academy of Sciences (PNAS), fournissent des preuves pour la base neurale d’une connexion esprit-corps.

Plus précisément, les résultats apportent une nouvelle lumière sur la façon dont le stress, la dépression et d’autres états mentaux peuvent modifier la fonction de l’organe et montrent qu’il existe une base anatomique réelle pour les maladies psychosomatiques. La recherche fournit également un substrat neuronal concret qui peut aider à expliquer pourquoi la méditation et certains exercices comme le yoga et le Pilates peuvent être si utiles dans la modulation des réponses de l’organisme au stress physique, mental et émotionnel.


« Nos résultats se sont révélés beaucoup plus complexes et intéressants que ce que nous avions imaginé avant de commencer cette étude », a déclaré l’auteur Peter L. Strick, président du département de neurobiologie et directeur scientifique de l’Université du cerveau de Pittsburgh.

Dans leurs expériences, les scientifiques ont tracé le circuit neuronal qui relie les régions du cortex cérébral à la moelle surrénale (la partie interne de la glande surrénale, qui est située au-dessus de chaque rein). L’équipe scientifique comprenait l’auteur principal Richard P. Dum, professeur agrégé de recherche au Département de Neurobiologie; David J. Levinthal, professeur adjoint au Département de médecine; Et le Dr Strick.

Les scientifiques ont été surpris par le grand nombre de réseaux de neurones qu’ils ont découvert. D’autres chercheurs avaient soupçonné qu’une ou, peut-être, deux zones corticales pourraient être responsables du contrôle de la moelle surrénale. Le nombre réel et l’emplacement des zones corticales étaient incertains. Dans l’étude PNAS, le laboratoire Strick a utilisé une méthode de traçage unique qui implique le virus de la rage. Cette approche est capable de révéler de longues chaînes de neurones interconnectés. En utilisant cette approche, le Dr Strick et ses collègues ont démontré que le contrôle de la moelle surrénale provient de multiples zones corticales. Selon les nouvelles découvertes, les plus grandes influences proviennent des zones motrices du cortex cérébral et d’autres régions corticales impliquées dans la cognition et l’affect.

Vous aimerez aussi :  Comment gérer le stress au naturel ?

Pourquoi importe-t-il quelles zones corticales peuvent influencer la moelle surrénale?

Les réponses aiguës au stress comprennent une grande variété de changements tels que les palpitations cardiaques, la transpiration et la dilatation des pupilles. Ces réponses aident à préparer le corps à l’action et sont souvent qualifiées de «réponses de combat ou de fuite». De nombreuses situations dans la vie moderne exigent une réaction plus nuancée que la simple réponse de «lutte ou fuite», et il est clair que nous avons un certain contrôle cognitif sur nos réponses au stress.

«Parce que nous avons un cortex, nous avons des options», a déclaré le Dr Strick.

« Si quelqu’un vous insulte, vous n’avez pas à les frapper ou à fuir. Vous pouvez avoir une réponse plus nuancée et ignorer l’insulte ou faire un trait d’humour en retour. Ces options font partie de ce que le cortex cérébral peut fournir. »

Un autre résultat surprenant a été que les zones motrices dans le cortex cérébral, impliqués dans la planification et la performance du mouvement, fournissent une contribution substantielle à la médullosurrénale. L’une de ces zones est une partie du cortex moteur primaire qui concerne le contrôle du mouvement et de la posture du corps axial. Cette contribution à la médullosurrénale peut expliquer pourquoi les exercices de base du corps sont si utiles pour moduler les réponses au stress.

Des exercices d’apaisement comme le Pilates, le yoga, le tai chi et même la danse dans un petit espace exigent tous un alignement, une coordination et une flexibilité esthétique appropriés.

Vous aimerez aussi :  9 étirements de la colonne vertébrale pour le mal de dos

L’étude PNAS a également révélé que les zones du cortex qui sont actives quand nous sentons le conflit, ou sommes conscients que nous avons fait une erreur, sont une source d’influence sur la médullosurrénale. «Cette observation, déclare le Dr Strick, soulève la possibilité que l’activité dans ces zones corticales lorsque vous ré-imaginer une erreur, ou que vous pensez à un événement traumatique, se traduit par des signaux descendants qui influencent la Médullaire surrénalienne de la même manière que l’événement réel.  » Ces résultats anatomiques ont une pertinence pour les thérapies qui traitent du stress post-traumatique.

Des liens supplémentaires avec la moelle surrénale ont été découverts dans les régions corticales qui sont actives pendant la médiation consciente et les zones qui montrent des changements dans la dépression familiale bipolaire.

«Une façon de résumer nos résultats est que nous avons peut-être découvert le stress et la dépression», dit le Dr Strick.


Dans l’ensemble, ces résultats indiquent que des circuits existent pour relier le mouvement, la cognition et l’affect à la fonction de la moelle surrénale et le contrôle du stress. Ce circuit peut servir de médiateur aux effets des états internes comme le stress chronique et la dépression sur la fonction de l’organe et, ainsi, fournir un substrat neuronal concret pour certaines maladies psychosomatiques.