Aurone male, plante médicinale efficace mais oubliée

C’est une « artémise » peu connue (au regard des armoises,estragon et autres absinthe) que nous abordons aujourd’hui. Pratiquement oubliée de la médecine, même l’herboristerie ne lui rend plus guère hommage à travers phytothérapie et aromathérapie entre autres. Pourtant, on la découvre encore dans certains « jardins de curé » parmi d’autres simples. Cette plante, reléguée aux oubliettes, sent bon l’apothicairerie d’antan.

Chez les anciens Grecs et Romains, on trouve une plante qui répond au nom d’abrotonon (ou habrotonon). Ce sont essentiellement Pline et Dioscoride qui évoquent cette plante du sud. Que l’on indique que le mot grec artemisia signifie « intégrité », et par extension « bonne santé », et l’on aura déjà une belle idée de ce dont l’aurone est capable. Quant à l’adjectif abrotanum, il provient d’un autre mot grec, abrotès (bonheur, prospérité, magnificence, délicatesse, raffinement), lui-même issu d’abrotos, lequel confine au divin et à l’immortalité qui le caractérise. Pas mal pour une plante tombée depuis en désuétude. De là, on peut donc tranquillement dérouler l’existence multimillénaire de l’aurone, à moins que… Oui, en effet, avant de poursuivre, il est incontournable de mentionner le fait suivant : dans les textes anciens, on ne trouve pas qu’une seule aurone, mais deux ! Celle à laquelle cet article est dédié est dite mâle, l’autre femelle. C’est un usage assez répandu chez les Anciens que d’appliquer une dichotomie sexuée à deux plantes, ce qui est d’autant plus délicat que nos deux aurones appartiennent à deux genres bien distincts. Source: booksofdante.wordpress.com


Quelques lectures intéressantes:

Autres appellations: citronnelle, armoise aurone, ivrogne, garde- robe…


Parties utilisées : plante entière.

Principaux composants: huile essentielle (qui lui donne son parfum).

Propriétés :

  • tonique
  • vermifuge
  • détergent
  • cicatrisant

Indications

  • parasites intestinaux (oxyures, ascaris)
  • menstruations difficiles
  • digestions pénibles
  • plaies infectées, ulcères (usage externe).

Comment l’utiliser

Usage interne :

  • une cuillerée à café par tasse, infuser 10 minutes
  • comme vermifuge : 1 tasse 15 minutes avant le petit déjeuner, 3 matins de suite. A renouveler
  • comme stomachique : 1 tasse après les repas.

Usage externe :

  • une poignée par litre d’eau. Faîtes bouillir 10 minutes. Ajoutez 2 cuillerées à soupe de sel marin. En lava­ges des plaies infectées, ulcères.

 

N.B. : Placée dans les armoires, éloigne les mouches et les mites.

Crédit photo: www.plantearomatique.com

Vous êtes praticien santé ou paramédical ? Boostez votre visibilité en vous inscrivant gratuitement sur Therapeutes.com